Accueil

CPU_SET
INFINITY
MB_CUR_MAX
MB_LEN_MAX
__setfpucw
_exit
_syscall
a64l
abort
abs
accept
access
acct
acos
acosh
addpart
addseverity
adduser
adjtime
adjtimex
aio_cancel
aio_error
aio_fsync
aio_read
aio_return
aio_suspend
aio_write
alarm
alloc_hugepages
alloca
apropos
arch
arch_prctl
argz_add
armscii-8
arp
ascii
asin
asinh
asprintf
assert
assert_perror
at
atan
atan2
atanh
atd
atexit
atof
atoi
atq
atrm
atrun
backend-spec
backtrace
basename
bash
bashbug
batch
bcmp
bcopy
bdflush
bind
bindresvport
blockdev
boot
bootlogd
bootparam
bosskill
brk
bsd_signal
bsearch
bstring
btowc
btree
builtin
builtins
byteorder
bzero
c
cabs
cacheflush
cacos
cacosh
cal
canonicalize_file_name
capabilities
capget
carg
casin
casinh
catan
catanh
catgets
catopen
cbrt
ccos
ccosh
ceil
cerf
cexp
cexp2
cfree
chage
charmap
charsets
chatise
chdir
chgrp
chmod
chown
chpasswd
chroot
chrt
chsh
cimag
clearenv
clock
clock_getcpuclockid
clock_getres
clock_nanosleep
clog
clog10
clog2
clone
close
closedir
cmp
cmsg
col
complex
confstr
conj
connect
console
console_codes
console_ioctl
consoletype
copysign
core
cos
cosh
cp
cp1251
cpow
cproj
cpuid
cpuset
creal
create_module
createrepo
credentials
cron
crond
crontab
crypt
crypttab
csin
csinh
csqrt
ctan
ctanh
ctermid
ctime
ctluser
ctrlaltdel
daemon
db2dvi
db2html
db2pdf
db2ps
db2rtf
dbopen
dd
ddp
delete_module
delpart
depmod
des_crypt
df
diff
diff3
difftime
dir
dir_colors
dircolors
dirfd
div
dl_iterate_phdr
dlopen
dmesg
docbook2dvi
docbook2html
docbook2man
docbook2man-spec
docbook2pdf
docbook2ps
docbook2rtf
docbook2tex
docbook2texi
docbook2texi-spec
docbook2txt
doexec
domainname
dprintf
drand48
drand48_r
dsp56k
du
dup
dysize
ecvt
ecvt_r
egrep
eject
elf
encrypt
end
endian
environ
envz_add
epoll
epoll_create
epoll_ctl
epoll_wait
erf
erfc
err
errno
error
ether_aton
ethers
euidaccess
eventfd
evim
exec
execve
exit
exit_group
exp
exp10
exp2
expm1
exportfs
exports
fabs
faccessat
faillog
fallocate
fchmodat
fchownat
fclose
fcloseall
fcntl
fd
fdformat
fdim
fdisk
feature_test_macros
fenv
ferror
fexecve
fflush
ffs
fgetgrent
fgetpwent
fgetwc
fgetws
fgrep
fifo
filesystems
finite
flock
flockfile
floor
fma
fmax
fmemopen
fmin
fmod
fmtmsg
fnmatch
fopen
fopencookie
fork
fpathconf
fpclassify
fpurge
fputwc
fputws
fread
free
frexp
frontend-spec
fseek
fseeko
fstab
fstab-decode
fstatat
fsync
ftime
ftok
ftpusers
fts
ftw
full
fuser
futex
futimes
futimesat
fwide
gamma
gcvt
get_kernel_syms
get_mempolicy
get_thread_area
getaddrinfo
getcontext
getcpu
getcwd
getdate
getdents
getdirentries
getdomainname
getdtablesize
getenv
getfsent
getgid
getgrent
getgrent_r
getgrnam
getgrouplist
getgroups
gethostbyname
gethostid
gethostname
getifaddrs
getipnodebyname
getitimer
getkey
getline
getloadavg
getlogin
getmntent
getnameinfo
getnetent
getnetent_r
getopt
getpagesize
getpass
getpeername
getpid
getpriority
getprotoent
getprotoent_r
getpt
getpw
getpwent
getpwent_r
getpwnam
getresuid
getrlimit
getrpcent
getrpcent_r
getrpcport
getrusage
gets
getservent
getservent_r
getsid
getsockname
getsockopt
getsubopt
gettid
gettimeofday
getttyent
getuid
getumask
getusershell
getutent
getutmp
getw
getwchar
getxattr
glob
gnu_get_libc_version
gpasswd
grantpt
grep
group
groupadd
groupdel
groupmod
grpck
grpconv
grpunconv
gshadow
gsignal
gssd
gunzip
guru
gzexe
gzip
halt
hash
hd
hier
host
hostname
hosts
hsearch
hypot
i386
icmp
iconv
iconv_close
iconv_open
idle
idmapd
ifconfig
ilogb
index
inet
inet_ntop
inet_pton
infnan
init
init_module
initgroups
initlog
initrd
initscript
inittab
inotify
inotify_add_watch
inotify_init
inotify_rm_watch
insmod
insque
install
install-catalog
intro
io_cancel
io_destroy
io_getevents
io_setup
io_submit
ioctl
ioctl_list
ioperm
iopl
ioprio_set
ip
ipc
ipcalc
ipcrm
ipcs
ipv6
isalpha
isatty
isgreater
iso_8859-1
iso_8859-10
iso_8859-11
iso_8859-13
iso_8859-14
iso_8859-15
iso_8859-16
iso_8859-2
iso_8859-3
iso_8859-4
iso_8859-5
iso_8859-6
iso_8859-7
iso_8859-8
iso_8859-9
issue
iswalnum
iswalpha
iswblank
iswcntrl
iswctype
iswdigit
iswgraph
iswlower
iswprint
iswpunct
iswspace
iswupper
iswxdigit
j0
jade
jw
key_setsecret
kill
killall
killall5
killpg
koi8-r
koi8-u
last
lastb
lastlog
ld
ldconfig
ldd
ldexp
lgamma
libc
link
linkat
linux32
linux64
listen
listxattr
llseek
ln
locale
localeconv
lockd
lockf
log
log10
log1p
log2
logb
login
longjmp
lookup_dcookie
lp
lrint
lround
ls
lsearch
lseek
lseek64
lsmod
lspci
lsusb
madvise
mailaddr
makecontext
makedev
makewhatis
malloc
malloc_hook
man
man-pages
math_error
matherr
mbind
mblen
mbrlen
mbrtowc
mbsinit
mbsnrtowcs
mbsrtowcs
mbstowcs
mbtowc
mcookie
mdoc
mem
memccpy
memchr
memcmp
memcpy
memfrob
memmem
memmove
mempcpy
memset
mesg
mincore
mkdir
mkdirat
mkdtemp
mkfifo
mkfifoat
mkfs
mknod
mknodat
mkstemp
mkswap
mktemp
mlock
mmap
mmap2
modf
modify_ldt
modifyrepo
modinfo
modprobe
more
motd
mount
mountd
mountpoint
mouse
move_pages
mpool
mprotect
mq_close
mq_getattr
mq_getsetattr
mq_notify
mq_open
mq_overview
mq_receive
mq_send
mq_unlink
mremap
msgctl
msgget
msgop
msr
msync
mtrace
mv
nan
nanosleep
netdevice
netlink
netreport
netstat
networks
newgrp
newusers
nextafter
nfs
nfsd
nfsservctl
nfsstat
nice
nicknames
nisdomainname
nl_langinfo
nmap
nologin
nscd
nsgmls
nsswitch
ntpd
ntpdc
null
numa
offsetof
on_exit
onsgmls
open
openat
opendir
openjade
openpty
operator
osgmlnorm
ospam
ospcat
ospent
osx
outb
package-cleanup
packet
passwd
path_resolution
pause
pciconfig_read
pcilib
perror
personality
pgrep
pidof
pipe
pivot_root
pkill
plipconfig
pmap
poll
popen
posix_fadvise
posix_fallocate
posix_memalign
posix_openpt
posixoptions
pow
pow10
poweroff
ppp-watch
pppoe
pppoe-connect
pppoe-relay
pppoe-server
pppoe-setup
pppoe-sniff
pppoe-start
pppoe-status
pppoe-stop
pppoe-wrapper
prctl
pread
printf
proc
profil
program_invocation_name
protocols
psignal
pstree
pthread_atfork
pthread_attr_destroy
pthread_attr_getdetachstate
pthread_attr_getinheritsched
pthread_attr_getschedparam
pthread_attr_getschedpolicy
pthread_attr_getscope
pthread_attr_init
pthread_attr_setaffinity_np
pthread_attr_setdetachstate
pthread_attr_setguardsize
pthread_attr_setinheritsched
pthread_attr_setschedparam
pthread_attr_setschedpolicy
pthread_attr_setscope
pthread_attr_setstack
pthread_attr_setstackaddr
pthread_attr_setstacksize
pthread_cancel
pthread_cleanup_pop
pthread_cleanup_pop_restore_np
pthread_cleanup_push
pthread_cleanup_push_defer_np
pthread_cond_broadcast
pthread_cond_destroy
pthread_cond_init
pthread_cond_signal
pthread_cond_timedwait
pthread_cond_wait
pthread_condattr_destroy
pthread_condattr_init
pthread_create
pthread_detach
pthread_equal
pthread_exit
pthread_getattr_np
pthread_getcpuclockid
pthread_getschedparam
pthread_getspecific
pthread_join
pthread_key_create
pthread_key_delete
pthread_kill
pthread_kill_other_threads_np
pthread_mutex_destroy
pthread_mutex_init
pthread_mutex_lock
pthread_mutex_trylock
pthread_mutex_unlock
pthread_mutexattr_destroy
pthread_mutexattr_getkind_np
pthread_mutexattr_gettype
pthread_mutexattr_init
pthread_mutexattr_setkind_np
pthread_mutexattr_settype
pthread_once
pthread_self
pthread_setaffinity_np
pthread_setcancelstate
pthread_setcanceltype
pthread_setconcurrency
pthread_setschedparam
pthread_setschedprio
pthread_setspecific
pthread_sigmask
pthread_testcancel
pthread_tryjoin_np
pthread_yield
pthreads
ptrace
pts
ptsname
pty
putenv
putgrent
putpwent
puts
putwchar
pwck
pwconv
pwdx
pwunconv
qecvt
qsort
query_module
queue
quotactl
raise
ram
rand
random
random_r
raw
rbash
rcmd
re_comp
read
readahead
readdir
readlink
readlinkat
readv
realpath
reboot
recno
recv
regex
remainder
remap_file_pages
remove
removexattr
remquo
rename
renameat
renice
repo-rss
repoquery
reposync
resolv
resolver
rev
rewinddir
rexec
rgrep
rint
rm
rmdir
rmmod
round
route
rpc
rpm
rpmatch
rquotad
rtc
rtime
rtld-audit
rtnetlink
runlevel
scalb
scalbln
scandir
scanf
sched_get_priority_max
sched_getcpu
sched_rr_get_interval
sched_setaffinity
sched_setparam
sched_setscheduler
sched_yield
sd
sdiff
securetty
sed
seekdir
select
select_tut
sem_close
sem_destroy
sem_getvalue
sem_init
sem_open
sem_overview
sem_post
sem_unlink
sem_wait
semctl
semget
semop
send
sendfile
service
services
set_mempolicy
set_thread_area
set_tid_address
setaliasent
setarch
setbuf
setenv
seteuid
setfsgid
setfsuid
setgid
setjmp
setlocale
setlogmask
setnetgrent
setpci
setpgid
setresuid
setreuid
setsid
setuid
setup
setxattr
sfdisk
sg
sgetmask
sgmldiff
sgmlnorm
shadow
shells
shm_open
shm_overview
shmctl
shmget
shmop
showmount
shutdown
sigaction
sigaltstack
siginterrupt
signal
signalfd
signbit
significand
sigpause
sigpending
sigprocmask
sigqueue
sigreturn
sigset
sigsetops
sigsuspend
sigvec
sigwait
sigwaitinfo
sin
sincos
sinh
sk98lin
skill
slabinfo
slabtop
slattach
sleep
snice
sockatmark
socket
socketcall
socketpair
spam
spent
splice
spu_create
spu_run
spufs
sqrt
st
standards
stat
statd
statfs
statvfs
stdarg
stdin
stdio
stdio_ext
stime
stpcpy
stpncpy
strcasecmp
strcat
strchr
strcmp
strcoll
strcpy
strdup
strerror
strfmon
strfry
strftime
string
strlen
strnlen
strpbrk
strptime
strsep
strsignal
strspn
strstr
strtod
strtoimax
strtok
strtol
strtoul
strverscmp
strxfrm
suffixes
sulogin
svcgssd
svipc
swab
swapoff
swapon
switchdesk
sx
symlink
symlinkat
sync
sync_file_range
sys-unconfig
syscall
syscalls
sysconf
sysctl
sysfs
sysinfo
syslog
system
sysv_signal
tailf
tan
tanh
tcgetpgrp
tcgetsid
tcp
tee
telinit
telldir
tempnam
termcap
termio
termios
tgamma
time
timegm
timer_create
timer_delete
timer_getoverrun
timer_settime
timeradd
timerfd_create
times
tkill
tkpppoe
tload
tmpfile
tmpnam
toascii
touch
toupper
towctrans
towlower
towupper
trunc
truncate
tsearch
tty
ttyS
tty_ioctl
ttyname
ttyslot
ttytype
tzfile
tzselect
tzset
ualarm
udp
udplite
ulimit
umask
umount
uname
undocumented
ungetwc
unicode
unimplemented
units
unix
unlink
unlinkat
unlocked_stdio
unlockpt
unshare
update-pciids
updwtmp
uptime
uri
uselib
useradd
userdel
usermod
usernetctl
usleep
ustat
utf-8
utime
utimensat
utmp
vcs
vdir
vfork
vhangup
vigr
vim
vimdiff
vimtutor
vipw
vm86
vmsplice
vmstat
volname
w
wait
wait4
wall
watch
wavelan
wcpcpy
wcpncpy
wcrtomb
wcscasecmp
wcscat
wcschr
wcscmp
wcscpy
wcscspn
wcsdup
wcslen
wcsncasecmp
wcsncat
wcsncmp
wcsncpy
wcsnlen
wcsnrtombs
wcspbrk
wcsrchr
wcsrtombs
wcsspn
wcsstr
wcstoimax
wcstok
wcstombs
wcswidth
wctob
wctomb
wctrans
wctype
wcwidth
whatis
whereis
wmemchr
wmemcmp
wmemcpy
wmemmove
wmemset
wordexp
wprintf
write
x25
x86_64
xcrypt
xdr
xxd
y0
ypcat
ypchfn
ypchsh
ypdomainname
ypmatch
yppasswd
yppoll
ypset
yptest
ypwhich
yum
yum-builddep
yum-complete-transaction
yum-shell
yum-updatesd
yum-utils
yum-verify
yumdownloader
zcat
zcmp
zdiff
zdump
zforce
zgrep
zic
zmore
znew

Pages de MAN

URI(7)			  Manuel du programmeur Linux			URI(7)



NOM
       uri,  url, urn - Identificateur de ressource uniforme (URI), comprenant
       URL ou URN

SYNOPSIS
       URI = [ URI_absolu | URI_relatif ] [ "#" fragment ]

       URI_absolu = mécanisme ":" ( partie_hiérarchique | partie_opaque )

       URI_relatif = ( chemin_réseau | chemin_absolu | chemin_relatif ) [ "?" requête

       mécanisme = "http" | "ftp" | "gopher" | "mailto" | "news" | "telnet" |
		     "file" | "man" | "info" | "whatis" | "ldap" | "wais" | ...

       partie_hierarchique = ( chemin_réseau | chemin_absolu ) [ "?" requête ]

       chemin_réseau = "//" autorité [ chemin_absolu ]

       chemin_absolu = "/"  segments_chemin

       chemin_relatif = segment_relatif [ chemin_relatif ]

DESCRIPTION
       Un Identificateur de Ressource Uniforme (URI) est une courte chaîne  de
       caractères identifiant une ressource physique ou abstraite (par exemple
       une page web). Une Localisation de Ressource Uniforme (URL) est un  URI
       qui  identifie  une  ressource  à travers son moyen d'accès (sa « posi-
       tion » réseau par exemple), plutôt que par son nom ou un autre attribut
       de la ressource. Un Nom de Ressource Uniforme (URN) est un URI qui doit
       rester globalement unique, et persister	même  si  la  ressource	 cesse
       d'exister ou devient indisponible.

       Les  URI constituent le mécanisme standard pour nommer les destinations
       des liens hypertextes pour les outils comme  les	 navigateurs  web.  La
       chaîne  «http://www.kernelnotes.org »  est  une	URL  (et donc aussi un
       URI). Beaucoup de gens utilisent le terme URL comme vague  synonyme  de
       URI (bien que techniquement les URL soient un sous-ensemble des URI).

       Les  URI	 peuvent  être	absolus	 ou relatifs. Un identificateur absolu
       référence une ressource indépendamment du contexte, alors qu'un identi-
       ficateur relatif référence une ressource en décrivant la différence par
       rapport au contexte courant. Dans les références de  chemins  relatifs,
       les  segments  complets	«. »  et « .. » ont des significations partic-
       ulières : « le niveau  actuel  dans  la	hiérarchie »  et  « le	niveau
       au-dessus  dans	la  hiérarchie »,  respectivement, tout comme dans les
       systèmes type Unix. Un segment de  chemin  qui  contient	 un  caractère
       deux-points  ne	peut  pas être utilisé comme premier segment du chemin
       d'un URI (par exemple « ceci:cela »), car on  le	 confondrait  avec  le
       mécanisme.   Précédez   un   tel	  segment   avec   ./	(par   exemple
       « ./ceci:cela »). Notez que les descendants de MS-DOS (par ex. Windows)
       remplacent  le  deux-points du nom de périphérique par une barre verti-
       cale dans les URI, ainsi « C: » devient "C| ».

       Un identificateur de fragment, s'il est présent, référence une  portion
       particulière  de	 la  ressource ;  le texte après le « # » identifie le
       fragment. Un URI commençant par « # » référence	le  fragment  dans  la
       ressource courante.

   Utilisation
       Il  y  a plusieurs schémas d'URI différents, chacun ajoutant des règles
       et des significations spécifiques, mais ils sont volontairement	rendus
       le  plus	 ressemblants  possible.  Par exemple, plusieurs schémas d'URL
       permettent le  format  suivant  pour  décrire  l'autorité  d'un	chemin
       réseau,	que l'on appellera serveur_ip (les crochets encadrent les par-
       ties optionnelles) :

       serveur_ip = [user [ : password ] @ ] hôte [ : port]

       Ce format permet d'insérer éventuellement un nom	 d'utilisateur,	 suivi
       éventuellement  d'un  mot  de passe, et/ou un numéro de port. La partie
       hôte est le nom de l'ordinateur, soit son nom  déterminé	 par  le  DNS,
       soit  son  adresse  IP  (numéros	 séparés  par des points). Ainsi l'URI
        se connecte  dans  le  serveur
       web  sur	 l'ordinateur xyz.com avec l'identité fred (et le mot de passe
       fredpassword) en utilisant le port 8080. Évitez d'utiliser les mots  de
       passe  dans  les	 URI  à cause des risques liés à la sécurité sitôt que
       l'on écrit un mot de passe. Si l'URL indique un	nom  d'utilisateur  et
       pas  de mot de passe, et si le serveur distant réclame un mot de passe,
       alors le programme interprétant l'URL peut en demander un à  l'utilisa-
       teur.

       Voici  les  mécanismes les plus courants utilisés sur les systèmes type
       Unix, compris par de  nombreux  outils.	Notez  que  beaucoup  d'outils
       gérant les URI ont aussi des mécanismes internes ou spécialisés ; voyez
       la documentation de ces outils pour plus de détails.

       http - Serveur Web (HTTP)

       http://serveur_ip/chemin
       http://serveur_ip/chemin?requête

       Il s'agit d'une URL accédant à un  serveur  web	(HTTP).	 Le  port  par
       défaut  est  80.	 Si  le	 chemin	 référence  un	répertoire, le serveur
       choisira	 ce  qu'il  renverra.  Habituellement,	si  un	fichier	 nommé
       « index.html »  ou  «index.htm »	 est présent, son contenu est renvoyé.
       Sinon, il crée et renvoie une liste des fichiers dans le répertoire  en
       cours avec les liens appropriés. Un exemple : .

       Une  requête  peut  être formulée dans le format archaïque « isindex »,
       consistant en mot ou phrase sans signe égal  « = ».  Une	 requête  peut
       aussi  être  dans  le  format « GET » plus long, qui a une ou plusieurs
       entrées de requêtes de la forme clé=valeur séparées  par	 un  caractère
       « et  commercial »  « & ». Notez que la clé peut être répétée plusieurs
       fois, et c'est au serveur web et ses programmes applicatifs  de	déter-
       miner s'il y a une signification pour cela. Il y a une interaction mal-
       heureuse avec HTML/XML/SGML et le format	 de  requête  GET.  Quand  une
       telle requête avec plusieurs clés est incluse dans un document SGML/XML
       (y compris HTML), le «et commercial »  « & »  doit  être	 réécrit  sous
       forme  « & ». Notez que toutes les requêtes n'utilisent pas ce for-
       mat ; elles peuvent être trop longues  pour  être  stockée  en  URL  et
       utilisent  un  mécanisme	 d'interaction	différent  (appelé  POST) sans
       inclure les données dans l'URI. Voir la	spécification  Common  Gateway
       Interface  (CGI)	 à  l'adresse  	pour  plus  de
       détails.

       ftp - File Transfer Protocol (FTP)

       ftp://serveur_ip/chemin

       Cette URL accède à un fichier à travers le protocole FTP. Le  port  par
       défaut  (pour  les  commandes) est 21. Si aucun nom d'utilisateur n'est
       inclus, l'utilisateur « anonymous » est employé, et dans ce cas de nom-
       breux  clients  fournissent l'adresse courriel du requérant en guise de
       mot de passe. Un exemple est .

       gopher - Serveur Gopher

       gopher://serveur_ip/type_gopher sélecteur
       gopher://serveur_ip/type_gopher sélecteur%09recherche
       gopher://serveur_ip/type_gopher sélecteur%09recherche%09chaine_gopher+

       Le port gopher par défaut est 70. Le type_gopher est un	champ  composé
       d'un  unique caractère indiquant le type de ressource Gopher à laquelle
       l'URL fait référence. Le chemin entier paut aussi être vide, auquel cas
       le  délimiteur  « / »  est  aussi  optionnel et le type_gopher prend la
       valeur par défaut « 1 ».

       selecteur est une chaîne de sélecteur Gopher. Dans le protocole Gopher,
       la  chaîne de sélecteur est une séquence d'octets pouvant contenir tous
       les octets sauf 09 hexadécimal (HT Ascii ou Tabulation), 0A hexadécimal
       (LF Ascii), et 0D (CR Ascii).

       mailto - Adresse courriel

       mailto:adresse-courriel

       Il s'agit d'une adresse courriel, en principe de la forme nom@nom_hôte.
       Voir mailaddr(7) pour plus d'informations sur le format	correct	 d'une
       adresse	courriel.  Notez que les caractères % doivent être transformés
       en %25. Un exemple : .

       news - Groupe ou message des news

       news:nom-groupe-news
       news:id-message

       Un nom-groupe-news est un nom hiérarchique  délimité  par  des  points,
       comme   « comp.infosystems.www.misc ».  Si  nom-groupe-news  est	 « * »
       (comme  dans  ),	 l'URL	référence  tous	  les	groupes	  news
       disponibles. Un exemple : .

       Un  id-message  correspond  au  champ  identificant  Message-ID de IETF
       RFC 1036, sans  les  chevrons  « < »  et	 « > » ;  il  prend  la	 forme
       unique@nom-domaine-complet. Un identificateur de message peut être dis-
       tingué d'un nom de groupe de news par la présence du caractère « @ ».

       telnet - Connexion telnet

       telnet://serveur_ip/

       Le mécanisme d'URL Telnet est utilisé pour afficher un service interac-
       tif  accessible	par le protocole Telnet. Le caractère « / » final peut
       être  omis.  Le	port  par  défaut   est	  23.	Un   exemple :	 .

       file - Fichier normal

       file://serveur_ip/segments_chemins
       file:segments_chemins

       Ceci  représente	 un fichier ou un répertoire accessible localement. En
       particulier, hôte peut être la chaîne « localhost » ou une chaîne vide;
       elle est interprétée comme « la machine sur laquelle l'URL est en cours
       d'interprétation ». Si le chemin conduit à un répertoire, le navigateur
       devrait	afficher  le  contenu du répertoire avec des liens pour chaque
       élément. Tous les navigateurs ne le  font  pas  encore.	KDE  prend  en
       charge  les  fichiers  générés par l'URL . Si le fichier
       n'est pas trouvé, l'analyseur du navigateur peut essayer de  développer
       le nom du fichier (voir glob(7) et glob(3)).

       Le  second  format  (par	 ex. ) est le format correct
       pour référencer un fichier local. Toutefois les anciens standards ne le
       permettaient  pas, et certains programmes ne le reconnaissent pas comme
       URI. Une syntaxe plus portable est d'utiliser une chaîne vide en	 guise
       de nom de serveur  ; cette forme a le même effet et
       est reconnue facilement comme un URI par	 les  analyseurs  des  anciens
       programmes.  Notez  que	si  vous  désirez vraiment écrire « débuter de
       l'emplacement actuel », n'indiquez  pas	de  mécanisme ;	 utilisez  une
       adresse	relative  comme	 <../test.txt>, qui est indépendante du mécan-
       isme. Un exemple de ce mécanisme est .

       man - Pages de manuel

       man:nom-commande
       man:nom-commande(section)

       Ceci référence les pages de documentation en ligne  (man)  locales.  Le
       nom  de	la  commande  peut être suivi éventuellement de parenthèses et
       d'un numéro de section. Voir man(7) pour plus de renseignements sur  la
       signification  du  numéro de section. Ce mécanisme d'URI est unique aux
       systèmes Unix (comme Linux) et n'est pas encore enregistré par  l'IETF.
       Un exemple : .

       info - Page de documentation Info

       info:nom-de-fichier-virtuel
       info:nom-de-fichier-virtuel#nom-de-noeud
       info:(nom-de-fichier-virtuel)
       info:(nom-de-fichier-virtuel)nom-de-noeud

       Ce mécanisme référence les pages de documentation en-ligne info (créées
       par les fichiers texinfo), un format utilisé par	 les  outils  GNU.  Ce
       mécanisme  est  spécifique aux systèmes Unix (comme Linux) et n'est pas
       encore enregistré par l'IETF. Actuellement, Gnome et Kde divergent dans
       la  syntaxe d'URI et chacun rejete la syntaxe de l'autre. Les deux pre-
       miers formats sont ceux de Gnome ; dans	le  nom	 de  noeud,  tous  les
       espaces	sont  remplacés	 par  des soulignés. Les deux formats suivants
       sont ceux de Kde ; les espaces doivent rester tels quels, même si c'est
       interdit dans les standards d'URI. On peut espérer que dans l'avenir la
       plupart des outils comprendront les deux	 formats  et  accepteront  des
       soulignés  en  remplacement  des	 espaces. Dans tous les cas, le format
       sans nom de noeud est supposé viser le noeud « Top »". Exemples de for-
       mat  Gnome :  	 et . Exemples de format
       Kde :  et .

       whatis - Recherche de documentation

       whatis:chaîne

       Ce mécanisme parcourt une  base	de  données  de	 courtes  (une	ligne)
       descriptions  des  commandes et renvoie une liste des descriptions con-
       tenant la chaîne. Seules les correspondances de mots complets sont ren-
       voyées.	Voir  whatis(1).  Ce  mécanisme	 est  unique aux systèmes Unix
       (comme Linux) et n'est pas encore enregistré par l'IETF.

       ghelp - Documentation d'aide Gnome

       ghelp:nom-application

       Ceci charge la documentation d'aide Gnome pour l'application  indiquée.
       Notez  qu'il n'y a pas encore beaucoup de documentation dans ce format.

       ldap - Lightweight Directory Access Protocol

       ldap://hostport
       ldap://hostport/
       ldap://hostport/dn
       ldap://hostport/dn?attributs
       ldap://hostport/dn?attributs?portée
       ldap://hostport/dn?attributs?portée?filtre
       ldap://hostport/dn?attributs?portée?filtre?extensions

       Ce mécanisme prend  en  charge  les  requêtes  utilisant	 le  protocole
       Lightweight Directory Access Protocol (LDAP), pour interroger un ensem-
       ble de serveurs à  propos  d'informations  organisées  hiérarchiquement
       (comme  des  gens  ou  des  ressources  de  calcul).  Des  informations
       supplémentaires sur les mécanismes d'URL LDAP sont disponibles dans  la
       RFC 2255 : Les composants de l'URL sont :

       hostport	   le  serveur	LDAP  à	 interroger, écrit comme un nom d'hôte
		   suivi éventuellement par un deux-points  et	un  numéro  de
		   port. Le port TCP pour le LDAP est 389. Si le nom est vide,
		   le client détermine le serveur LDAP à utiliser.

       dn	   Le nom complet (Distinguished  Name)	 LDAP,	qui  identifie
		   l'objet de base de la recherche LDAP (voir RFC 2253 section
		   3).

       attributs   une liste d'attributs à renvoyer séparés par des virgules ;
		   voir	  la  RFC2251  section	4.1.5.	Par  défaut  tous  les
		   attributs sont renvoyés..

       portée	   indique la portée de la recherche qui  peut	être  « base »
		   (recherche  d'objet	de  base),  « one »  (recherche sur un
		   niveau), ou « sub » (recherche  dans	 un  sous-arbre).  Par
		   défaut, on considère « base ».

       filtre	   indique le filtre de recherche (sous-ensemble des entrées à
		   renvoyer). Par défaut, toutes les entrées  sont  renvoyées.
		   Voir RFC 2254 section 4.

       extensions  une	liste de paires type=valeur séparées par des virgules,
		   où la portion =valeur peut être omise pour les  options  ne
		   la nécessitant pas. Une extension préfixée par un « ! » est
		   critique (doit être pris en charge pour être valide), sinon
		   elle est non-critique (facultative).

       Les  requêtes  LDAP sont plus faciles à comprendre par l'exemple. Voici
       une requête demandant à ldap.itd.umich.edu des informations à propos de
       l'Université du Michigan aux U.S. :

       ldap://ldap.itd.umich.edu/o=University%20of%20Michigan,c=US

       Pour n'obtenir que l'attribut Adresse Postale, on demanderait :

       ldap://ldap.itd.umich.edu/o=University%20of%20Michigan,c=US?postalAddress

       Pour demander à host.com, sur le port 6666 des informations sur la per-
       sonne de nom courant (cn) « Babs Jensen » à l'University	 du  Michigan,
       demandez:

       ldap://host.com:6666/o=University%20of%20Michigan,c=US??sub?(cn=Babs%20Jensen)

       wais - Wide Area Information Servers

       wais://hostport/base
       wais://hostport/base?recherche
       wais://hostport/base/wtype/wpath

       Ce mécanisme désigne une base de données WAIS, une recherche ou un doc-
       ument (voir IETF RFC 1625 pour plus de renseignements sur WAIS).	 Host-
       port  est  le nom d'hôte, suivi éventuellement d'un deux-points et d'un
       numéro de port (par défaut 210).

       La première forme désigne une base de données WAIS pour les recherches.
       La  seconde  désigne  une  recherche  particulière  dans	 la  base WAIS
       indiquée. La troisième forme désigne un document particulier à  retrou-
       ver dans la base de données WAIS. wtype est la désignation WAIS du type
       d'objet et wpath est l'identificateur WAIS du document.

       Autres mécanismes

       Il existe d'autres mécanismes URI. La plupart des outils	 traitant  les
       URI  acceptent  un jeu d'URI internes (par exemple, Mozilla a un mécan-
       isme about: pour les informations internes,  et	le  navigateur	d'aide
       Gnome a un mécanisme toc: pour diverses opérations). Il y a de nombreux
       mécanismes qui ont été définis mais pas très  utilisés  pour  l'instant
       (par  exemple,  prospero). Le mécanisme nntp: est déconseillé en faveur
       de celui news:. Les URN seront prises en charge par le  mécanisme  urn:
       avec  des  espaces  de noms hiérarchique (p.ex. : urn:ietf:... pour les
       documents IETF). Pour le moment, les URN ne  sont  pas  très  largement
       implémentés. Tous les outils ne gèrent pas tous les mécanismes.

   Codage des caractères
       Les  URI utilisent un nombre limité de caractères afin d'être saisis et
       utilisés dans de nombreuses situations.

       Les caractères suivants sont réservés ; ils peuvent apparaître dans  un
       URI,  mais  leurs usages est limités aux fonctionnalités réservées (les
       données conflictuelles doivent être protégées avant de former l'URI) :

		 ; / ? : @ & = + $ ,

       Les caractères non-réservés peuvent être inclus dans un URI.  Les  car-
       actères	non-réservés  incluent les majuscules et minuscules anglaises,
       les chiffres décimaux, et l'ensemble suivant de signes  de  ponctuation
       et de symboles :

	       - _ . ! ~ * ' ( )

       Tous  les autres caractères doivent être protégés. Un octet protégé est
       encodé sous forme d'un triplet de caractères, consistant	 en  un	 signe
       pourcent « % » suivi de deux chiffres hexadécimaux représentant le code
       de l'octet (les lettres hexadécimales peuvent être en majuscules ou  en
       minuscules).  Par  exemple un espace blanc doit être protégé sous forme
       «%20 », une tabulation « %09 » et le « & » en « %26 ».  Comme  le  car-
       actère  "% »"  a toujours un rôle réservé pour protéger les autres car-
       actères, il faut le protéger sous forme	« %25 ».  Il  est  courant  de
       protéger	 le  caractère espace en symbole plus « + » dans les requêtes.
       Cette pratique n'est pas défini uniformément dans  les  RFC  correspon-
       dantes (qui recommandent %20 plutôt) mais tous les outils acceptant les
       URI avec des requêtes préparées ainsi. Une  URI	est  toujours  montrée
       dans sa forme protégée.

       Les  caractères	non-réservés  peuvent  être  protégés sans modifier la
       sémantique de l'URI, mais il faut l'éviter sauf si  l'URI  est  utilisé
       dans  un	 contexte  qui	ne  permet  pas l'utilisation du caractère non
       protégé. Par exemple « %7E » est parfois utilisé à la  place  de	 « ~ »
       dans  les  URL  HTTP  mais les deux sont en réalité équivalents dans ce
       contexte.

       Pour les URI qui doivent manipuler des caractères hors du jeu ASCII, la
       spécification  HTML  4.01  (section B.2) et la RFC 2718 (section 2.2.5)
       préconisent l'approche suivante :

       1.  traduire le caractère en séquence UTF-8 (RFC 2279) -- voir  utf-8(7)
	   -- puis

       2.  utiliser  le	 mécanisme d'échappement d'URI, c'est-à-dire, utiliser
	   les %HH pour coder les octets non-sûrs.

   Écrire un URI
       Lorsqu'il  est  écrit,  un  URI	doit  être  placé   entre   guillemets
       ("http://www.kernelnotes.org"),	   encadré     par     des    chevrons
       (), ou placé sur une ligne indépendante. Un  avertisse-
       ment  à	propos	des  guillemets : Ne jamais introduire une ponctuation
       supplémentaire (comme  le  point	 final	d'une  phrase  ou  la  virgule
       séparant	 les  éléments	d'une  liste) à l'intérieur de l'URI, car cela
       modifierait sa valeur. [Ndt : cet avertissement vaut surtout  pour  les
       anglo-saxons ;  en  français  l'usage veut que les éléments de ponctua-
       tions restent à l'extérieur  des	 guillemets.]  On  peut	 utiliser  les
       chevrons à la place, ou basculer sur un système de notation qui n'inco-
       pore aucun caractère supplémentaire à l'intérieur des marques de	 cita-
       tion.  Ce système [Ndt : le nôtre !], appelé « nouveau » ou « logique »
       par les « Hart's Rules » et le « Oxford Dictionnary for Writes and Edi-
       tors », est la pratique préférée des hackers dans le monde entier. Voir
       la  section   sur   le	style	d'écriture   dans   le	 Jargon	  File
       (http://www.fwi.uva.nl/~mes/jargon/h/HackerWritingStyle.html  pour plus
       de détails. Les documentations anciennes suggèrent d'insérer le préfixe
       «URL: »	juste  avant  un URI, mais cette forme n'a jamais été utilisée
       réellement.

       La syntaxe des URI a été conçue pour éviter les ambiguïtés.  Toutefois,
       comme  les URI sont devenus de plus en plus répandus, les médias tradi-
       tionnels télévision, radio, journaux et magazines...)  ont  utilisé  de
       manière	croissante des abréviations d'URI, consistant en la seule par-
       tie autorité et	segments  de  chemin  de  la  ressource	 (par  exemple
       ).  De tels références sont surtout prévues pour
       une interprétation humaine, avec la supposition que la compréhension du
       contexte	 permet	 de compléter l'URI (par exemple les noms d'hôtes com-
       mençant par « www » se préfixent avec  « http:// »  et  les  noms  com-
       mençant	par  «ftp »  doivent se préfixer avec « ftp:// »). De nombreux
       clients résolvent ces références avec de telles heuristiques. Elle peu-
       vent  toutefois	évoluer, particulièrement quand de nouveaux mécanismes
       sont introduits. Comme les URI abrégés ont la même syntaxe qu'un chemin
       d'URL relative, les références abrégées ne sont pas utilisables lorsque
       des URI relatifs sont autorisés. N'utilisez  pas	 d'URI	abrégés	 comme
       liens  hypertexte dans un document ; utilisez le format standard décrit
       ici.

CONFORMITÉ
       http://www.ietf.org/rfc/rfc2396.txt	    (IETF	    RFC 2396),
       http://www.w3.org/TR/REC-html40 (HTML 4.0).

NOTES
       Un  outil  acceptant  les  URI  (par  exemple un navigateur web) sur un
       système Linux devrait être capable de  traiter  (directement  ou	 indi-
       rectement)  tous	 les  mécanismes décrits ici, y compris man: et info:.
       Sous-traiter ces éléments à un autre programme est tout à fait  accept-
       able, et même encouragé.

       Techniquement, la notation d'un fragment ne fait pas partie de l'URI.

       Pour savoir comment incorporer des URI (y compris des URL) dans un for-
       mat de données, voir la documentation sur ce format.  HTML  utilise  le
       format  text . Les fichiers texinfo utilisent le for-
       mat @uref{uri}. Man et mdoc ont une  macro  UR  récemment  ajoutée,  ou
       incluent	 juste	l'URI dans le texte (les visualiseurs doivent détecter
       le :// comme portion d'URI).

       Les environnements Gnome et Kde	divergent  actuellement	 sur  les  URI
       qu'ils  acceptent, en particulier dans leurs systèmes d'aide. Pour lis-
       ter les pages de manuel, Gnome utilise  alors que Kde  utilise
       .  Pour lister les pages info, Gnome emploie  et
       Kde  (l'auteur de cette page préfère l'approche  Kde,  bien
       qu'un  format  plus  régulier  serait encore meilleur). En général, Kde
       utilise  comme préfixe pour les fichiers	 générés.  Kde
       préfère	   la	  documentation	    en	   Html,    accessible	  avec
       .  Gnome  préfère  le  mécanisme  ghelp	  pour
       stocker	et  retrouver  la  documentation. Aucun navigateur ne gère les
       références file: vers un répertoire à l'heure où j'écris ces lignes, ce
       qui rend difficile de se référer à un répertoire avec un URI navigable.
       Comme indiqué plus haut, ces environnements diffèrent sur la gestion du
       mécanisme  info:,  probablement	leur  plus  importante	divergence. On
       espère que Gnome et Kde vont converger vers des formats d'URI  communs,
       et la future version de cette page décrira le résultat de cette conver-
       gence.

   Sécurité
       Un URI ne pose pas de problème de  sécurité  par	 lui-même.  Il	n'y  a
       aucune  garantie	 qu'une	 URL,  qui  localise une ressource à un moment
       donné continuera de le faire. Pas plus qu'il n'y a de  garantie	qu'une
       URL  ne	localisera pas une ressource différente à un autre moment. Les
       seules garanties peuvent être fournies par  les	personnes  qui	gèrent
       l'espace de noms de la ressource en question.

       Il  est parfois possible de construire une URL de manière qu'une tenta-
       tive de réaliser une opération apparemment bénigne, comme accéder à  la
       ressource  associée,  va	 en réalité produire une action éventuellement
       dommageable pour le correspondant. Les URL non sûres  sont  typiquement
       construites  en indiquant un numéro de port différents de ceux réservés
       pour les protocoles en question. Le client, croyant contacter un	 site,
       va  en réalité engager un autre protocole. Le contenu de l'URL contient
       des instructions, qui interprétées par  l'autre	protocole,  produisent
       des  résultats  inattendus.  Un exemple a été l'emploi d'une URL Gopher
       pour envoyer un message falsifié et indésiré sur un serveur SMTP.

       Il faut être prudent en utilisant une URL qui indique un numéro de port
       différent de celui du protocole, particulièrement si ce numéro est dans
       l'espace réservé.

       Il faut s'assurer que lorsque l'URI contient des	 délimiteurs  protégés
       pour un protocole donné (par exemple CR et LF pour le protocole telnet)
       qu'ils ne soient pas « déprotégés » avant la  transmission.  Ceci  peut
       violer  le protocole, mais évite le risque que ces caractères servent à
       simuler une opération dans ce protocole, ce qui	peut  conduire	à  des
       actions distantes éventuellement nocives.

       Il  est	clairement déraisonnable d'utiliser un URI qui contient un mot
       de passe censé être secret. En particulier,  l'utilisation  du  mot  de
       passe dans la partie « info utilisateur » de l'URI est fortement décon-
       seillé, sauf s'il s'agit d'un de ces cas rares où le mot de  passe  est
       vraiment public.

BOGUES
       La  documentation peut se trouver dans un grand nombre d'endroit, ainsi
       il n'y a pas encore  de	bon  mécanisme	d'URI  pour  la	 documentation
       générale	 en-ligne,  dans  des formats arbitraires. Les référence de la
       forme  ne fonctionnent pas, car  différentes  dis-
       tributions  et  installations  locales peuvent placer les fichiers dans
       divers répertoires (cela peut  être  /usr/doc,  ou  /usr/local/doc,  ou
       /usr/share,  ou	autre  part).  De  même,  le  répertoire ZZZ change en
       principe avec le numéro de version (bien que le développement des  noms
       de  fichiers  puisse  partiellement  couvrir  ce problème). Finalement,
       l'utilisation du mécanisme file: n'est pas recommandée  pour  les  gens
       qui  consultent	la  documentation dynamiquement depuis Internet plutôt
       que de la télécharger sur leur système de fichiers local. Un  mécanisme
       d'URI  sera  peut être ajouté dans l'avenir (p.ex. : « userdoc: ») pour
       permettre aux programme d'inclure des références vers de la  documenta-
       tion  plus  détaillées  sans  avoir  à connaître l'emplacement exact de
       celle-ci. Autrement, une version future des spécifications  du  système
       de  fichiers  peut  décrire  les	 emplacements  de manière suffisamment
       précise pour que le mécanisme file: soit capable de situer la  documen-
       tation.

       De nombreux programmes et formats de fichiers n'incluent aucune manière
       d'incorporer ou l'implémenter des liens utilisant les URI.

       Beaucoup	 de  programmes	 ne  traitent  pas  tous   les	 formats   URI
       différents ;  il	 devrait y avoir un mécanisme standard pour charger un
       URI quelconque qui détecte automatiquement l'environnement  utilisateur
       (p.ex. :	 texte	ou  graphique, environnement de bureau, préférences de
       l'utilisateur, outils en cours d'exécution) et  invoque	le  bon	 outil
       quelque soit l'URI.

VOIR AUSSI
       lynx(1), man2html(1), mailaddr(7), utf-8(7), IETF RFC 2255

COLOPHON
       Cette  page  fait  partie  de  la  publication 3.23 du projet man-pages
       Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler  des
       anomalies   peuvent  être  trouvées  à  l'adresse  .

TRADUCTION
       Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l'aide  de	 l'outil  po4a
        par l'équipe de traduction franco-
       phone	    au	       sein	    du	       projet	      perkamon
       .

       Christophe  Blaess   (1996-2003),
       Alain  Portal  	(2003-2006).	Julien
       Cristau et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

       Veuillez	 signaler  toute  erreur  de  traduction en écrivant à .

       Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de  ce  document
       en utilisant la commande « LC_ALL=C man 
». Linux 14 mars 2000 URI(7)

 


www.eurower.info