Accueil

CPU_SET
INFINITY
MB_CUR_MAX
MB_LEN_MAX
__setfpucw
_exit
_syscall
a64l
abort
abs
accept
access
acct
acos
acosh
addpart
addseverity
adduser
adjtime
adjtimex
aio_cancel
aio_error
aio_fsync
aio_read
aio_return
aio_suspend
aio_write
alarm
alloc_hugepages
alloca
apropos
arch
arch_prctl
argz_add
armscii-8
arp
ascii
asin
asinh
asprintf
assert
assert_perror
at
atan
atan2
atanh
atd
atexit
atof
atoi
atq
atrm
atrun
backend-spec
backtrace
basename
bash
bashbug
batch
bcmp
bcopy
bdflush
bind
bindresvport
blockdev
boot
bootlogd
bootparam
bosskill
brk
bsd_signal
bsearch
bstring
btowc
btree
builtin
builtins
byteorder
bzero
c
cabs
cacheflush
cacos
cacosh
cal
canonicalize_file_name
capabilities
capget
carg
casin
casinh
catan
catanh
catgets
catopen
cbrt
ccos
ccosh
ceil
cerf
cexp
cexp2
cfree
chage
charmap
charsets
chatise
chdir
chgrp
chmod
chown
chpasswd
chroot
chrt
chsh
cimag
clearenv
clock
clock_getcpuclockid
clock_getres
clock_nanosleep
clog
clog10
clog2
clone
close
closedir
cmp
cmsg
col
complex
confstr
conj
connect
console
console_codes
console_ioctl
consoletype
copysign
core
cos
cosh
cp
cp1251
cpow
cproj
cpuid
cpuset
creal
create_module
createrepo
credentials
cron
crond
crontab
crypt
crypttab
csin
csinh
csqrt
ctan
ctanh
ctermid
ctime
ctluser
ctrlaltdel
daemon
db2dvi
db2html
db2pdf
db2ps
db2rtf
dbopen
dd
ddp
delete_module
delpart
depmod
des_crypt
df
diff
diff3
difftime
dir
dir_colors
dircolors
dirfd
div
dl_iterate_phdr
dlopen
dmesg
docbook2dvi
docbook2html
docbook2man
docbook2man-spec
docbook2pdf
docbook2ps
docbook2rtf
docbook2tex
docbook2texi
docbook2texi-spec
docbook2txt
doexec
domainname
dprintf
drand48
drand48_r
dsp56k
du
dup
dysize
ecvt
ecvt_r
egrep
eject
elf
encrypt
end
endian
environ
envz_add
epoll
epoll_create
epoll_ctl
epoll_wait
erf
erfc
err
errno
error
ether_aton
ethers
euidaccess
eventfd
evim
exec
execve
exit
exit_group
exp
exp10
exp2
expm1
exportfs
exports
fabs
faccessat
faillog
fallocate
fchmodat
fchownat
fclose
fcloseall
fcntl
fd
fdformat
fdim
fdisk
feature_test_macros
fenv
ferror
fexecve
fflush
ffs
fgetgrent
fgetpwent
fgetwc
fgetws
fgrep
fifo
filesystems
finite
flock
flockfile
floor
fma
fmax
fmemopen
fmin
fmod
fmtmsg
fnmatch
fopen
fopencookie
fork
fpathconf
fpclassify
fpurge
fputwc
fputws
fread
free
frexp
frontend-spec
fseek
fseeko
fstab
fstab-decode
fstatat
fsync
ftime
ftok
ftpusers
fts
ftw
full
fuser
futex
futimes
futimesat
fwide
gamma
gcvt
get_kernel_syms
get_mempolicy
get_thread_area
getaddrinfo
getcontext
getcpu
getcwd
getdate
getdents
getdirentries
getdomainname
getdtablesize
getenv
getfsent
getgid
getgrent
getgrent_r
getgrnam
getgrouplist
getgroups
gethostbyname
gethostid
gethostname
getifaddrs
getipnodebyname
getitimer
getkey
getline
getloadavg
getlogin
getmntent
getnameinfo
getnetent
getnetent_r
getopt
getpagesize
getpass
getpeername
getpid
getpriority
getprotoent
getprotoent_r
getpt
getpw
getpwent
getpwent_r
getpwnam
getresuid
getrlimit
getrpcent
getrpcent_r
getrpcport
getrusage
gets
getservent
getservent_r
getsid
getsockname
getsockopt
getsubopt
gettid
gettimeofday
getttyent
getuid
getumask
getusershell
getutent
getutmp
getw
getwchar
getxattr
glob
gnu_get_libc_version
gpasswd
grantpt
grep
group
groupadd
groupdel
groupmod
grpck
grpconv
grpunconv
gshadow
gsignal
gssd
gunzip
guru
gzexe
gzip
halt
hash
hd
hier
host
hostname
hosts
hsearch
hypot
i386
icmp
iconv
iconv_close
iconv_open
idle
idmapd
ifconfig
ilogb
index
inet
inet_ntop
inet_pton
infnan
init
init_module
initgroups
initlog
initrd
initscript
inittab
inotify
inotify_add_watch
inotify_init
inotify_rm_watch
insmod
insque
install
install-catalog
intro
io_cancel
io_destroy
io_getevents
io_setup
io_submit
ioctl
ioctl_list
ioperm
iopl
ioprio_set
ip
ipc
ipcalc
ipcrm
ipcs
ipv6
isalpha
isatty
isgreater
iso_8859-1
iso_8859-10
iso_8859-11
iso_8859-13
iso_8859-14
iso_8859-15
iso_8859-16
iso_8859-2
iso_8859-3
iso_8859-4
iso_8859-5
iso_8859-6
iso_8859-7
iso_8859-8
iso_8859-9
issue
iswalnum
iswalpha
iswblank
iswcntrl
iswctype
iswdigit
iswgraph
iswlower
iswprint
iswpunct
iswspace
iswupper
iswxdigit
j0
jade
jw
key_setsecret
kill
killall
killall5
killpg
koi8-r
koi8-u
last
lastb
lastlog
ld
ldconfig
ldd
ldexp
lgamma
libc
link
linkat
linux32
linux64
listen
listxattr
llseek
ln
locale
localeconv
lockd
lockf
log
log10
log1p
log2
logb
login
longjmp
lookup_dcookie
lp
lrint
lround
ls
lsearch
lseek
lseek64
lsmod
lspci
lsusb
madvise
mailaddr
makecontext
makedev
makewhatis
malloc
malloc_hook
man
man-pages
math_error
matherr
mbind
mblen
mbrlen
mbrtowc
mbsinit
mbsnrtowcs
mbsrtowcs
mbstowcs
mbtowc
mcookie
mdoc
mem
memccpy
memchr
memcmp
memcpy
memfrob
memmem
memmove
mempcpy
memset
mesg
mincore
mkdir
mkdirat
mkdtemp
mkfifo
mkfifoat
mkfs
mknod
mknodat
mkstemp
mkswap
mktemp
mlock
mmap
mmap2
modf
modify_ldt
modifyrepo
modinfo
modprobe
more
motd
mount
mountd
mountpoint
mouse
move_pages
mpool
mprotect
mq_close
mq_getattr
mq_getsetattr
mq_notify
mq_open
mq_overview
mq_receive
mq_send
mq_unlink
mremap
msgctl
msgget
msgop
msr
msync
mtrace
mv
nan
nanosleep
netdevice
netlink
netreport
netstat
networks
newgrp
newusers
nextafter
nfs
nfsd
nfsservctl
nfsstat
nice
nicknames
nisdomainname
nl_langinfo
nmap
nologin
nscd
nsgmls
nsswitch
ntpd
ntpdc
null
numa
offsetof
on_exit
onsgmls
open
openat
opendir
openjade
openpty
operator
osgmlnorm
ospam
ospcat
ospent
osx
outb
package-cleanup
packet
passwd
path_resolution
pause
pciconfig_read
pcilib
perror
personality
pgrep
pidof
pipe
pivot_root
pkill
plipconfig
pmap
poll
popen
posix_fadvise
posix_fallocate
posix_memalign
posix_openpt
posixoptions
pow
pow10
poweroff
ppp-watch
pppoe
pppoe-connect
pppoe-relay
pppoe-server
pppoe-setup
pppoe-sniff
pppoe-start
pppoe-status
pppoe-stop
pppoe-wrapper
prctl
pread
printf
proc
profil
program_invocation_name
protocols
psignal
pstree
pthread_atfork
pthread_attr_destroy
pthread_attr_getdetachstate
pthread_attr_getinheritsched
pthread_attr_getschedparam
pthread_attr_getschedpolicy
pthread_attr_getscope
pthread_attr_init
pthread_attr_setaffinity_np
pthread_attr_setdetachstate
pthread_attr_setguardsize
pthread_attr_setinheritsched
pthread_attr_setschedparam
pthread_attr_setschedpolicy
pthread_attr_setscope
pthread_attr_setstack
pthread_attr_setstackaddr
pthread_attr_setstacksize
pthread_cancel
pthread_cleanup_pop
pthread_cleanup_pop_restore_np
pthread_cleanup_push
pthread_cleanup_push_defer_np
pthread_cond_broadcast
pthread_cond_destroy
pthread_cond_init
pthread_cond_signal
pthread_cond_timedwait
pthread_cond_wait
pthread_condattr_destroy
pthread_condattr_init
pthread_create
pthread_detach
pthread_equal
pthread_exit
pthread_getattr_np
pthread_getcpuclockid
pthread_getschedparam
pthread_getspecific
pthread_join
pthread_key_create
pthread_key_delete
pthread_kill
pthread_kill_other_threads_np
pthread_mutex_destroy
pthread_mutex_init
pthread_mutex_lock
pthread_mutex_trylock
pthread_mutex_unlock
pthread_mutexattr_destroy
pthread_mutexattr_getkind_np
pthread_mutexattr_gettype
pthread_mutexattr_init
pthread_mutexattr_setkind_np
pthread_mutexattr_settype
pthread_once
pthread_self
pthread_setaffinity_np
pthread_setcancelstate
pthread_setcanceltype
pthread_setconcurrency
pthread_setschedparam
pthread_setschedprio
pthread_setspecific
pthread_sigmask
pthread_testcancel
pthread_tryjoin_np
pthread_yield
pthreads
ptrace
pts
ptsname
pty
putenv
putgrent
putpwent
puts
putwchar
pwck
pwconv
pwdx
pwunconv
qecvt
qsort
query_module
queue
quotactl
raise
ram
rand
random
random_r
raw
rbash
rcmd
re_comp
read
readahead
readdir
readlink
readlinkat
readv
realpath
reboot
recno
recv
regex
remainder
remap_file_pages
remove
removexattr
remquo
rename
renameat
renice
repo-rss
repoquery
reposync
resolv
resolver
rev
rewinddir
rexec
rgrep
rint
rm
rmdir
rmmod
round
route
rpc
rpm
rpmatch
rquotad
rtc
rtime
rtld-audit
rtnetlink
runlevel
scalb
scalbln
scandir
scanf
sched_get_priority_max
sched_getcpu
sched_rr_get_interval
sched_setaffinity
sched_setparam
sched_setscheduler
sched_yield
sd
sdiff
securetty
sed
seekdir
select
select_tut
sem_close
sem_destroy
sem_getvalue
sem_init
sem_open
sem_overview
sem_post
sem_unlink
sem_wait
semctl
semget
semop
send
sendfile
service
services
set_mempolicy
set_thread_area
set_tid_address
setaliasent
setarch
setbuf
setenv
seteuid
setfsgid
setfsuid
setgid
setjmp
setlocale
setlogmask
setnetgrent
setpci
setpgid
setresuid
setreuid
setsid
setuid
setup
setxattr
sfdisk
sg
sgetmask
sgmldiff
sgmlnorm
shadow
shells
shm_open
shm_overview
shmctl
shmget
shmop
showmount
shutdown
sigaction
sigaltstack
siginterrupt
signal
signalfd
signbit
significand
sigpause
sigpending
sigprocmask
sigqueue
sigreturn
sigset
sigsetops
sigsuspend
sigvec
sigwait
sigwaitinfo
sin
sincos
sinh
sk98lin
skill
slabinfo
slabtop
slattach
sleep
snice
sockatmark
socket
socketcall
socketpair
spam
spent
splice
spu_create
spu_run
spufs
sqrt
st
standards
stat
statd
statfs
statvfs
stdarg
stdin
stdio
stdio_ext
stime
stpcpy
stpncpy
strcasecmp
strcat
strchr
strcmp
strcoll
strcpy
strdup
strerror
strfmon
strfry
strftime
string
strlen
strnlen
strpbrk
strptime
strsep
strsignal
strspn
strstr
strtod
strtoimax
strtok
strtol
strtoul
strverscmp
strxfrm
suffixes
sulogin
svcgssd
svipc
swab
swapoff
swapon
switchdesk
sx
symlink
symlinkat
sync
sync_file_range
sys-unconfig
syscall
syscalls
sysconf
sysctl
sysfs
sysinfo
syslog
system
sysv_signal
tailf
tan
tanh
tcgetpgrp
tcgetsid
tcp
tee
telinit
telldir
tempnam
termcap
termio
termios
tgamma
time
timegm
timer_create
timer_delete
timer_getoverrun
timer_settime
timeradd
timerfd_create
times
tkill
tkpppoe
tload
tmpfile
tmpnam
toascii
touch
toupper
towctrans
towlower
towupper
trunc
truncate
tsearch
tty
ttyS
tty_ioctl
ttyname
ttyslot
ttytype
tzfile
tzselect
tzset
ualarm
udp
udplite
ulimit
umask
umount
uname
undocumented
ungetwc
unicode
unimplemented
units
unix
unlink
unlinkat
unlocked_stdio
unlockpt
unshare
update-pciids
updwtmp
uptime
uri
uselib
useradd
userdel
usermod
usernetctl
usleep
ustat
utf-8
utime
utimensat
utmp
vcs
vdir
vfork
vhangup
vigr
vim
vimdiff
vimtutor
vipw
vm86
vmsplice
vmstat
volname
w
wait
wait4
wall
watch
wavelan
wcpcpy
wcpncpy
wcrtomb
wcscasecmp
wcscat
wcschr
wcscmp
wcscpy
wcscspn
wcsdup
wcslen
wcsncasecmp
wcsncat
wcsncmp
wcsncpy
wcsnlen
wcsnrtombs
wcspbrk
wcsrchr
wcsrtombs
wcsspn
wcsstr
wcstoimax
wcstok
wcstombs
wcswidth
wctob
wctomb
wctrans
wctype
wcwidth
whatis
whereis
wmemchr
wmemcmp
wmemcpy
wmemmove
wmemset
wordexp
wprintf
write
x25
x86_64
xcrypt
xdr
xxd
y0
ypcat
ypchfn
ypchsh
ypdomainname
ypmatch
yppasswd
yppoll
ypset
yptest
ypwhich
yum
yum-builddep
yum-complete-transaction
yum-shell
yum-updatesd
yum-utils
yum-verify
yumdownloader
zcat
zcmp
zdiff
zdump
zforce
zgrep
zic
zmore
znew

Pages de MAN

PROC(5)			  Manuel du programmeur Linux		       PROC(5)



NOM
       proc - Pseudo-système de fichiers d'informations sur les processus.

DESCRIPTION
       Le  système  de fichiers proc est un pseudo-système de fichiers qui est
       utilisé comme interface avec les structures de données du noyau. Il est
       généralement  monté  sur /proc. La plupart des fichiers sont en lecture
       seule, mais quelques uns permettent la  modification  de	 variables  du
       noyau.

       La description suivante fournit un aperçu de la hiérarchie de /proc.

       /proc/[pid]
	      Il  existe  un  sous-répertoire  pour chaque processus actif. Le
	      sous-répertoire prend comme nom  le  PID	du  processus.	Chaque
	      sous-répertoire  contient	 les  pseudo-fichiers et pseudo-réper-
	      toires suivants.

       /proc/[pid]/auxv (depuis le noyau 2.6.0-test7)
	      Il  comporte   le	  contenu   des	  informations	 passées   par
	      l'interpréteur ELF au processus lors de son exécution. Le format
	      est  constitué,  pour  chacune  des  entrées,  d'un  identifiant
	      unsigned	long  suivi  d'une  valeur  unsigned long. La dernière
	      entrée comporte deux zéros.

       /proc/[pid]/cmdline
	      Ce fichier contient la ligne de commande complète du  processus,
	      sauf s'il s'agit d'un zombie. Dans ce dernier cas, il n'y a rien
	      dans ce fichier : c'est-à-dire qu'une lecture de ce  fichier  ne
	      retournera  aucun	 caractère. Les paramètres de la ligne de com-
	      mande apparaissent dans ce fichier comme un ensemble de  chaînes
	      séparées	par  le	 caractère « NULL » (0 binaire), avec un octet
	      nul (« \0 ») supplémentaire après la dernière chaîne.

       /proc/[pid]/coredump_filter (depuis le noyau 2.6.23)
	      Consultez core(5).

       /proc/[pid]/cpuset (depuis le noyau 2.6.12)
	      Consultez cpuset(7).

       /proc/[pid]/cwd
	      Lien symbolique vers le répertoire de travail actuel du  proces-
	      sus.  Pour  obtenir le répertoire de travail du processus 20 par
	      exemple, vous pouvez faire ceci :

		  $ cd /proc/20/cwd; /bin/pwd

	      Notez que la commande  directe  pwd  est	souvent	 une  commande
	      interne  de l'interpréteur de commandes, et qu'elle risque de ne
	      pas fonctionner correctement. Avec bash(1), vous pouvez utiliser
	      pwd -P.

	      Dans un traitement multiprocessus (multithreaded), le contenu de
	      ce lien symbolique n'est pas disponible si le processus  princi-
	      pal   est	  déjà	 terminé   (typiquement	  par	un   appel   à
	      pthread_exit(3).

       /proc/[pid]/environ
	      Ce fichier contient l'environnement du  processus.  Les  entrées
	      sont  séparées par des caractères nuls (« \0 »), et il devrait y
	      en avoir un à la fin du fichier. Ainsi, pour afficher l'environ-
	      nement du processus numéro 1, vous pouvez utiliser :

		  $ (cat /proc/1/environ; echo) | tr '\000' '\n'

       /proc/[pid]/exe
	      Sous  Linux  2.2 et ultérieur, ce fichier est un lien symbolique
	      représentant le chemin réel de la commande en cours d'exécution.
	      Ce lien symbolique peut être déréférencé normalement ; tenter de
	      l'ouvrir ouvrira le fichier exécutable. Vous pouvez même	entrer
	      /proc/[pid]/exe pour lancer une autre instance du même processus
	      [pid] indiqué. Pour les multiprocessus, le contenu  de  ce  lien
	      symbolique  n'est pas disponible si le processus principal s'est
	      déjà terminé (typiquement par l'appel de pthread_exit(3)).

	      Sous Linux 2.0 et précédents, /proc/[pid]/exe était un  pointeur
	      sur  le  fichier binaire exécuté, qui apparaissait sous forme de
	      lien symbolique. Un appel système	 readlink(2)  sur  ce  fichier
	      renvoyait une chaîne de la forme :

		  [périphérique]:inode

	      Par   exemple,   [0301]:1502   correspond	  à  l'inode  1502  du
	      périphérique ayant le numéro majeur 03 (disque IDE,  MFM,	 etc.)
	      et mineur 01 (première partition du premier disque).

	      On  peut	utiliser find(1) avec l'option -inum pour retrouver le
	      fichier exécutable à partir du numéro d'inode.

       /proc/[pid]/fd
	      Il s'agit d'un sous-répertoire contenant une entrée pour	chaque
	      fichier  ouvert par le processus. Chaque entrée a le descripteur
	      du fichier pour nom, et est représentée par un  lien  symbolique
	      vers le vrai fichier. Ainsi, 0 correspond à l'entrée standard, 1
	      à la sortie standard, 2 à la sortie d'erreur, etc.

	      Dans un traitement multiprocessus (multithreaded), le contenu de
	      ce répertoire n'est pas disponible si le processus principal est
	      déjà terminé (typiquement par l'appel de pthread_exit(3).

	      Les programmes qui prennent un nom de fichier comme paramètre de
	      la ligne de commande mais qui ne lisent pas l'entrée standard si
	      aucun paramètre n'est fourni, ou qui écrivent  dans  un  fichier
	      indiqué par un paramètre de la ligne de commande sans écrire sur
	      la sortie standard si  aucun  paramètre  n'est  fourni,  peuvent
	      néanmoins	 utiliser  l'entrée standard et la sortie standard par
	      l'intermédiaire de /proc/[pid]/fd. Par exemple, en supposant que
	      l'option -i indique le nom du fichier d'entrée et l'option -o le
	      nom du fichier de sortie :

		  $ tototiti -i /proc/self/fd/0 -o /proc/self/fd/1 ...

	      et vous avez alors réalisé un filtre.

	      /proc/self/fd/N est approximativement identique à /dev/fd/N  sur
	      certains systèmes Unix et pseudo-Unix. D'ailleurs la plupart des
	      scripts MAKEDEV de Linux lient symboliquement en fait /dev/fd  à
	      /proc/self/fd.

	      La  plupart  des	systèmes  fournissent  les  liens  symboliques
	      /dev/stdin, /dev/stdout et /dev/stderr, qui sont	respectivement
	      liés  aux	 fichiers  0, 1 et 2 de /proc/self/fd. Par conséquent,
	      l'exemple précédent peut être écrit de la façon suivante :

		  $ foobar -i /dev/stdin -o /dev/stdout ...

       /proc/[pid]/fdinfo/ (depuis le noyau 2.6.22)
	      Il s'agit d'un sous-répertoire contenant une entrée pour	chaque
	      fichier  ouvert  par  le processus, nommé par son descripteur de
	      fichier.	Le  contenu  de	 chaque	 fichier  peut	être  lu  afin
	      d'obtenir	 des informations sur le descripteur de fichier corre-
	      spondant, par exemple :

		  $ cat /proc/12015/fdinfo/4
		  pos:	  1000
		  flags:  01002002

	      Le champ pos est un nombre décimal indiquant la position	de  la
	      tête  de	lecture.  Le champ flags est un nombre octal indiquant
	      les modes d'accès au fichier  ainsi  que	ses  attributs	d'état
	      (voir open(2)).

	      Les fichiers de ce répertoire ne sont accessibles en lecture que
	      par le propriétaire du processus.

       /proc/[pid]/limits (depuis le noyau 2.6.24)
	      Ce fichier indique les limites souples et strictes ainsi que les
	      unités  de  mesure  de  chaque limite de ressources du processus
	      (voir getrlimit(2)). Le fichier est protégé de telle  sorte  que
	      seul l'UID réel du processus puisse le lire.

       /proc/[pid]/maps
	      Fichier  contenant  les  régions de la mémoire actuellement pro-
	      jetées et leurs autorisations d'accès.

	      Le format est :

	      address		perms offset  dev   inode   pathname
	      08048000-08056000 r-xp 00000000 03:0c 64593   /usr/sbin/gpm
	      08056000-08058000 rw-p 0000d000 03:0c 64593   /usr/sbin/gpm
	      08058000-0805b000 rwxp 00000000 00:00 0
	      40000000-40013000 r-xp 00000000 03:0c 4165    /lib/ld-2.2.4.so
	      40013000-40015000 rw-p 00012000 03:0c 4165    /lib/ld-2.2.4.so
	      4001f000-40135000 r-xp 00000000 03:0c 45494   /lib/libc-2.2.4.so
	      40135000-4013e000 rw-p 00115000 03:0c 45494   /lib/libc-2.2.4.so
	      4013e000-40142000 rw-p 00000000 00:00 0
	      bffff000-c0000000 rwxp 00000000 00:00 0

	      Où « adresses » correspond à l'espace d'adressage	 du  processus
	      qui l'occupe, « perm » est un ensemble d'autorisations :

		   r = lecture
		   w = écriture
		   x = exécution
		   s = partage
		   p = privé (copie lors de l'écriture)

	      Le  « décalage »	est  le	 décalage  dans	 le  fichier ou autre,
	      « périph » correspond à la paire (majeur:mineur), et l'« inode »
	      est l'inode sur ce périphérique. 0 signifie qu'aucun inode n'est
	      associé avec cette zone mémoire, comme c'est  le	cas  avec  BSS
	      (données non initialisées).

	      Sous  Linux  2.0,	 il  n'y  a  pas  de champ indiquant le chemin
	      d'accès.

       /proc/[pid]/mem
	      Ce fichier peut être utilisé pour accéder à la mémoire d'un pro-
	      cessus au travers de open(2), read(2), et lseek(2).

       /proc/[pid]/mountinfo (depuis Linux 2.6.26)
	      Ce  fichier  contient  des  informations relatives aux points de
	      montage. Il contient des lignes de la forme :

	      36 35 98:0 /mnt1 /mnt2 rw,noatime master:1 - ext3 /dev/root rw,errors=continue
	      (1)(2)(3)	  (4)	(5)	 (6)	  (7)	(8) (9)	  (10)	       (11)

	      Les nombres entre	 paranthèses  sont  des	 étiquettes  pour  les
	      descriptions suivantes :

	      (1)  mount   ID :	 identifiant  unique  du  montage  (peut  être
		   réutilisé après un umount(2)).

	      (2)  parent ID : identifiant du montage parent (ou  de  lui-même
		   pour le sommet de la hiérarchie).

	      (3)  major:minor :  valeur  de  st_dev  pour les fichiers sur le
		   système de fichiers (voir stat(2)).

	      (4)  root : racine du montage dans le système de fichiers.

	      (5)  mount point : point de montage relatif à la racine du  pro-
		   cessus.

	      (6)  mount options : options par montage.

	      (7)  optional  fields :  zéro  ou	 plusieurs  champs de la forme
		   « tag[:value] ».

	      (8)  separator : indique la fin des champs optionnels.

	      (9)  file system type : nom du système de fichiers de  la	 forme
		   « type[.subtype] ».

	      (10) mount  source :  informations  spécifiques  au  système  de
		   fichiers ou « none ».

	      (11) super options : options par super bloc.

	      Les outils d'analyse devraient ignorer les champs optionnels non
	      reconnus. Les champs optionnels actuellement disponibles sont :

		   shared:X	     le montage est partagé par le groupe pair
				     X

		   master:X	     le montage est  esclave  pour  le	groupe
				     pair X

		   propagate_from:X  le	 montage  est  esclave	et  reçoit des
				     propagations provenant du groupe  pair  X
				     (*)

		   unbindable	     le point de montage ne peut pas être lié

	      (*)  X  est le group pair dominant le plus proche sous la racine
	      du processus. Si X est le maître immédiat du montage ou s'il n'y
	      a	 pas de group pair dominant sous la même racine, alors seul le
	      champ  « master:X »  est	présent	 et  pas  le  champ   « propa-
	      gate_from:X ».

	      Pour  plus  d'informations sur les propagations de montage, voir
	      Documentation/filesystems/sharedsubtree.txt dans	l'arborescence
	      des sources du noyau.

       /proc/[pid]/mounts (depuis Linux 2.6.17)
	      C'est  une  liste	 de  tous les systèmes de fichiers montés dans
	      l'espace de noms de  montage  du	processus.  Le	format	de  ce
	      fichier est documenté dans fstab(5). Depuis la version 2.6.15 du
	      noyau, ce fichier peut  être  pollué :  après  avoir  ouvert  le
	      fichier en lecture, une modification de ce fichier (par exemple,
	      le montage ou le démontage d'un système de fichiers) provoque le
	      marquage	par  select(2)	du  descripteur de fichier comme étant
	      lisible, et poll(2) et epoll_wait(2) marquent le	fichier	 comme
	      étant en erreur.

       /proc/[pid]/mountstats (depuis Linux 2.6.17)
	      Ce  fichier  exporte  des informations (statistiques, configura-
	      tion) relatives aux points de montage dans l'espace de  noms  du
	      processus. Les lignes de ce fichier sont de la forme :

	      device /dev/sda7 mounted on /home with fstype ext3 [statistics]
	      (	      1	     )		  ( 2 )		    (3 ) (4)

	      Les champs de chaque ligne sont :

	      (1)  Le  nom  du	périphérique monté (ou « nodevice » s'il n'y a
		   pas de périphérique correspondant).

	      (2)  Le point de	montage	 dans  l'arborescence  du  système  de
		   fichiers.

	      (3)  Le type du système de fichiers.

	      (4)  Statistiques optionnelles et informations de configuration.
		   Actuellement (Linux 2.6.26), seuls les systèmes de fichiers
		   NFS exportent des informations à travers ce champ.

	      Ce  fichier  n'est accessible en lecture que par le propriétaire
	      du processus.

       /proc/[pid]/numa_maps (depuis Linux 2.6.14)
	      Consultez numa(7).

       /proc/[pid]/oom_adj (depuis Linux 2.6.11)
	      Ce fichier est utilisé pour ajuster la  notation	utilisée  pour
	      sélectionner  le	processus  qui	sera tué dans une situation de
	      mémoire  saturée.	 Le  noyau  utilise  cette  valeur  pour   une
	      opération de décalage sur la valeur oom_score du processus : les
	      valeurs valables sont dans l'intervalle de -16  à	 +15  plus  la
	      valeur  spéciale	-17, qui désactive complètement la mise à mort
	      sur mémoire saturée du processus. Une notation négative  diminue
	      la  probabilité.	La  valeur par défaut de ce fichier est 0 ; un
	      nouveau processus hérite de la valeur oom_adj de	son  père.  Un
	      processus	 doit être privilégié (CAP_SYS_RESOURCE) pour mettre à
	      jour ce fichier.

       /proc/[pid]/oom_score (depuis Linux 2.6.11)
	      Ce fichier indique la notation actuelle donnée par le noyau pour
	      sélectionner  un	processus  pour	 une  mise  à mort sur mémoire
	      saturée. Une notation élevée signifie que le processus a plus de
	      chance  d'être  sélectionné  pour	 une  mise  à mort sur mémoire
	      saturée. La base de cette notation est la	 quantité  de  mémoire
	      utilisée	par le processus. Cette notation peut augmenter (+) ou
	      diminuer (-) en fonction des facteurs suivants :

	      * le processus crée beaucoup d'enfants avec fork(2) (+) ;

	      * le processus s'exécute depuis longtemps ou a consommé beaucoup
		de temps processeur (-) ;

	      * le  processeur a une faible valeur de courtoisie (c'est-à-dire
		positive) (+) ;

	      * le processus est privilégié (-) ; et

	      * le processus effectue des accès matériels directs (-).

	      oom_score reflète également l'ajustement de décalage de  bit  du
	      processus indiqué dans oom_adj.

       /proc/[pid]/root
	      Unix et Linux gèrent une notion de racine du système de fichiers
	      par processus, configurée avec  l'appel  système	chroot(2).  Ce
	      fichier  est  un	lien  symbolique qui pointe vers le répertoire
	      racine du processus, et se comporte comme	 le  font  exe,	 fd/*,
	      etc.

	      Dans un traitement multiprocessus (multithreaded), le contenu de
	      ce lien symbolique n'est pas disponible si le processus  princi-
	      pal   est	  déjà	 terminé   (typiquement	  par	un   appel   à
	      pthread_exit(3).

       /proc/[pid]/smaps (depuis Linux 2.6.14)
	      Ce fichier affiche la mémoire utilisée par les cartes de	chacun
	      des  processus.  Pour  chacune  des  cartes, il y a une série de
	      lignes comme les suivantes :

		  08048000-080bc000 r-xp 00000000 03:02 13130	   /bin/bash
		  Size:		      464 kB
		  Rss:		      424 kB
		  Shared_Clean:	      424 kB
		  Shared_Dirty:		0 kB
		  Private_Clean:	0 kB
		  Private_Dirty:	0 kB

	      La première de ces lignes	 montre	 les  mêmes  informations  que
	      celles  qui  sont	 affichées  pour  la cartographie mémoire dans
	      /proc/[pid]/maps. Les lignes qui suivent montrent la taille  des
	      cartes,  la  taille  mémoire  actuellement  résidente en mémoire
	      vive, le nombre de pages partagées de la	carte  « propres »  ou
	      « sales », et le nombre de cartes privées propres ou sales.

	      Ce  fichier  n'est  présent  que si l'option de configuration du
	      noyau CONFIG_MMU a été validée.

       /proc/[pid]/stat
	      Informations sur l'état  du  processus.  Ceci  est  utilisé  par
	      ps(1).	   La	    définition	     se	      trouve	  dans
	      /usr/src/linux/fs/proc/array.c.

	      Les champs sont, dans l'ordre, et avec leur propre spécificateur
	      de format de type scanf(3) :

	      pid %d	  Identifiant du processus.

	      comm %s	  Nom  du fichier exécutable entre parenthèses. Il est
			  visible  que	l'exécutable  ait  été	déchargé   sur
			  l'espace d'échange (« swappé ») ou pas.

	      state %c	  Un  caractère	 parmi « RSDZTW » ou R signifie que le
			  processus est en cours d'exécution, S	 endormi  dans
			  un état non interruptible, D en attente de disque de
			  manière non interruptible, Z	zombie,	 T  qu'il  est
			  suivi	 pour  une  trace ou arrêté par un signal et W
			  qu'il	 effectue   une	  pagination   vers   l'espace
			  d'échange.

	      ppid %d	  PID du processus parent.

	      pgrp %d	  Identifiant de groupe de processus du processus.

	      session %d  Identifiant de session du processus.

	      tty_nr %d	  Le  terminal	de  contrôle  du processus. (Le numéro
			  mineur de périphérique dans la combinaison des  bits
			  31  à	 20  et	 7 à 0 ; le numéro majeur est dans les
			  bits 15 à 8.)

	      tpgid %d	  L'identifiant du groupe de processus	d'arrière-plan
			  du terminal de contrôle du processus.

	      flags %u (était %lu avant Linux 2.6.22)
			  Mot  contenant  les indicateur du noyau pour le pro-
			  cessus. Pour en savoir plus sur la signification des
			  bits,	   voir	  les	définitions   de   PF_*	  dans
			  . Les détails dépendent de la version
			  du noyau.

	      minflt %lu  Nombre   de  fautes  mineures	 que  le  processus  a
			  déclenchées et qui n'ont pas nécessité le chargement
			  d'une page mémoire depuis le disque.

	      cminflt %lu Nombre de fautes mineures que les enfants en attente
			  du processus ont déclenchées.

	      majflt %lu  Nombre  de  fautes  majeures	que  le	 processus   a
			  déclenchées  et  qui	ont nécessité un chargement de
			  page mémoire depuis le disque.

	      cmajflt %lu Nombre de fautes majeures que les enfants en attente
			  du processus ont déclenchées.

	      utime %ld	  Le temps passé en mode utilisateur par le processus,
			  mesuré    en	  tops	  d'horloge    (divisé	   par
			  sysconf(_SC_CLK_TCK). Cela inclut le temps d'invité,
			  guest_time (temps passé  à  exécuter	un  processeur
			  virtuel,  voir plus loin), de sorte que les applica-
			  tions qui ne sont pas au courant  du	champ  « temps
			  d'invité »  ne  perdent pas ce temps dans leurs cal-
			  culs.

	      stime %ld	  Le temps passé  en  mode  noyau  par	le  processus,
			  mesuré     en	   tops	   d'horloge	(divisé	   par
			  sysconf(_SC_CLK_TCK).

	      cutime %ld  Le temps passé en mode utilisateur par le  processus
			  et ses descendants, mesuré en tops d'horloge (divisé
			  par sysconf(_SC_CLK_TCK). Voir aussi times(2).) Cela
			  inclut le temps d'invité, cguest_time (temps passé à
			  exécuter un processeur virtuel, voir plus loin).

	      cstime %ld  Le temps passé en mode noyau par le processus et ses
			  descendants,	mesuré	en  tops d'horloge (divisé par
			  sysconf(_SC_CLK_TCK).

	      priority %ld
			  (Explications pour Linux  2.6)  Pour	les  processus
			  s'exécutant	sous  une  politique  d'ordonnancement
			  temps réel (policy plus loin ; voir  sched_setsched-
			  uler(2)),  il	 s'agit	 de  la	 valeur négative de la
			  politique d'ordonnancement, moins un ;  c'est-à-dire
			  un nombre dans l'intervalle -2 à -100, correspondant
			  aux priorités temps réel 1 à 99. Pour les  processus
			  s'exécutant  sous une politique d'ordonnancement qui
			  ne soit pas temps réel, il s'agit de la valeur brute
			  de  courtoisie  (setpriority(2))  comme  représentée
			  dans le noyau. Le noyau enregistre  les  valeurs  de
			  courtoisie  sous  forme  de nombre de l'intervalle 0
			  (haute) à 39 (faible), correspondant à un intervalle
			  de courtoisie visible par l'utilisateur de -20 à 19.

			  Avant Linux 2.6, c'était une valeur d'échelle	 basée
			  sur la pondération de l'ordonnanceur fournie au pro-
			  cessus.

	      nice %ld	  La valeur de courtoisie (voir	 setpriority(2)),  une
			  valeur  dans l'intervalle 19 (faible priorité) à -19
			  (haute priorité).

	      num_threads %ld
			  Nombre de threads dans ce  processus	(depuis	 Linux
			  2.6). Avant le noyau 2.6, ce champ était codé en dur
			  à 0 pour remplacer un champ supprimé auparavant.

	      itrealvalue %lu
			  Nombre de jiffies avant que le signal SIGALRM	 suiv-
			  ant  soit  envoyé  au processus par un temporisateur
			  interne. Depuis le noyau 2.6.17, ce champ n'est plus
			  maintenu et est codé en dur à 0.

	      starttime %llu (était %lu avant Linux 2.6)
			  Instant  en  jiffies	auquel	le processus a démarré
			  après le démarrage du système.

	      vsize %lu	  Taille de la mémoire virtuelle en octets.

	      rss %lu	  Taille de l'ensemble résident (Resident Set  Size) :
			  nombre de pages dont le processus dispose en mémoire
			  réelle. Il ne s'agit que  des	 pages	contenant  les
			  espaces  de  code,  donnée et pile. Ceci n'inclut ni
			  les pages en attente de chargement ni celles qui ont
			  été déchargées.

	      rsslim %lu  Limite  souple  actuelle en octets du RSS du proces-
			  sus ; voir la description de RLIMIT_RSS dans getpri-
			  ority(2).

	      startcode %lu
			  Adresse  au-dessus  de laquelle le code du programme
			  peut s'exécuter.

	      endcode %lu Adresse en-dessous de laquelle le code du  programme
			  peut s'exécuter.

	      startstack %lu
			  Adresse de début (c'est-à-dire le bas) de la pile.

	      kstkesp %lu Valeur  actuelle  du	pointeur  de pile (ESP), telle
			  qu'on la trouve dans la page de pile du  noyau  pour
			  ce processus.

	      kstkeip %lu EIP actuel (Pointeur d'instructions).

	      signal %ld  Masque  des  signaux	en attente, affiché sous forme
			  d'un nombre décimal. Obsolète car il ne fournit  pas
			  d'informations sur les signaux temps réel ; utilisez
			  plutôt /proc/[pid]/status.

	      blocked %ld Masque des signaux bloqués, affiché sous forme  d'un
			  nombre  décimal.  Obsolète  car  il  ne  fournit pas
			  d'information sur les signaux temps réel ;  utilisez
			  plutôt /proc/[pid]/status.

	      sigignore %ld
			  Masque  des signaux ignorés, affiché sous forme d'un
			  nombre décimal.  Obsolète  car  il  ne  fournit  pas
			  d'informations sur les signaux temps réel ; utilisez
			  plutôt /proc/[pid]/status.

	      sigcatch %ld
			  Masque des signaux interceptés, affiché  sous	 forme
			  d'un	nombre décimal. Obsolète car il ne fournit pas
			  d'informations sur les signaux temps réel ; utilisez
			  plutôt /proc/[pid]/status.

	      wchan %lu	  Il  s'agit  du « canal » sur lequel le processus est
			  en attente. C'est l'adresse d'un appel système, dont
			  on  peut  retrouver le nom dans une table si besoin.
			  (Si vous avez le fichier /etc/psdatabase à jour,  et
			  essayé ps -l pour voir le champs WCHAN en action).

	      nswap %lu	  Nombre  de  pages  déplacées	sur l'espace d'échange
			  (non maintenu).

	      cnswap %lu  Champ nswap cumulé pour les processus	 enfants  (non
			  maintenu).

	      exit_signal %d (depuis Linux 2.1.22)
			  Signal  à  envoyer au parent lors de la mort du pro-
			  cessus.

	      processor %d (depuis Linux 2.2.8)
			  Numéro du processeur utilisé	lors  de  la  dernière
			  exécution.

	      rt_priority  %u  (depuis	Linux  2.5.19 ;	 était %lu avant Linux
	      2.6.22)
			  Priorité d'ordonnancement temps réel, un nombre dans
			  l'intervalle 1 à 99 pour les	processus  ordonnancés
			  sous une politique temps réel, ou 0 pour les proces-
			  sus non temps réel (voir sched_setscheduler(2)).

	      policy %u (depuis Linux 2.5.19 ; était %lu avant Linux 2.6.22)
			  Politique  d'ordonnancement  (voir   sched_setsched-
			  uler(2)).  Décoder  avec  les	 constantes SCHED_* de
			  linux/sched.h.

	      delayacct_blkio_ticks %llu (depuis Linux 2.6.18)
			  Cumul des délais d'entrées-sorties,  mesuré  en  tic
			  horloge (centièmes de secondes).

	      guest_time %lu (depuis Linux 2.6.24)
			  Temps	 d'invité du processus (temps passé à exécuter
			  un processeur virtuel pour un système d'exploitation
			  invité),   mesuré  en	 tops  d'horloge  (divisé  par
			  sysconf(_SC_CLK_TCK).

	      cguest_time %ld (depuis Linux 2.6.24)
			  Temps d'invité des fils du processus, mesuré en tops
			  d'horloge (divisé par sysconf(_SC_CLK_TCK).

       /proc/[pid]/statm
	      Donne  des informations sur l'utilisation de la mémoire, mesurée
	      en pages. Les colonnes représentent :

		  size	     taille totale du programme
			     (comme pour VmSize dans /proc/[pid]/status)
		  resident   taille résidant en mémoire
			     (comme pour VmRSS dans /proc/[pid]/status)
		  share	     pages partagées (des projections partagées)
		  text	     texte (code)
		  lib	     bibliothèque (non utilisé dans Linux 2.6)
		  data	     données + pile
		  dt	     pages touchées (dirty, non utilisé dans Linux 2.6)

       /proc/[pid]/status
	      Fournit l'essentiel  des	informations  de  /proc/[pid]/stat  et
	      /proc/[pid]/statm	 dans  un  format  plus facile à lire pour les
	      humains. Voici un exemple :

		  $ cat /proc/$$/status
		  Name:	  bash
		  State:  S (sleeping)
		  Tgid:	  3515
		  Pid:	  3515
		  PPid:	  3452
		  TracerPid:	  0
		  Uid:	  1000	  1000	  1000	  1000
		  Gid:	  100	  100	  100	  100
		  FDSize: 256
		  Groups: 16 33 100
		  VmPeak:     9136 kB
		  VmSize:     7896 kB
		  VmLck:	 0 kB
		  VmHWM:      7572 kB
		  VmRSS:      6316 kB
		  VmData:     5224 kB
		  VmStk:	88 kB
		  VmExe:       572 kB
		  VmLib:      1708 kB
		  VmPTE:	20 kB
		  Threads:	  1
		  SigQ:	  0/3067
		  SigPnd: 0000000000000000
		  ShdPnd: 0000000000000000
		  SigBlk: 0000000000010000
		  SigIgn: 0000000000384004
		  SigCgt: 000000004b813efb
		  CapInh: 0000000000000000
		  CapPrm: 0000000000000000
		  CapEff: 0000000000000000
		  CapBnd: ffffffffffffffff
		  Cpus_allowed:	  00000001
		  Cpus_allowed_list:	  0
		  Mems_allowed:	  1
		  Mems_allowed_list:	  0
		  voluntary_ctxt_switches:	  150
		  nonvoluntary_ctxt_switches:	  545

	      Les champs sont les suivants :

	      * Name : Commande lancée par ce processus.

	      * State : État actuel du processus parmi les valeurs : « R (run-
		ning) »,   « S	 (sleeping) »,	 « D   (disk   sleep) »,   « T
		(stopped) », « T  (tracing  stop) »,  « Z  (zombie) »  ou  « X
		(dead) ».

	      * Tgid : Identifiant du groupe de threads (c'est-à-dire, identi-
		fiant du processus PID).

	      * Pid : Identifiant de thread (voir gettid(2)).

	      * TracerPid : PID du processus  traçant  ce  processus  (0  s'il
		n'est pas tracé).

	      * Uid, Gid : UID (et GID) réel, effectif, sauvé et de système de
		fichiers.

	      * FDSize : Nombre d'entrées de descripteurs de fichier actuelle-
		ment alloués.

	      * Groups : Liste des groupes supplémentaires.

	      * VmPeak : Taille de pointe de mémoire virtuelle.

	      * VmSize : Taille de mémoire virtuelle.

	      * VmLck : Taille de mémoire verrouillée.

	      * VmHWM :	 Taille	 de  pointe de mémoire résidente (« High Water
		Mark »).

	      * VmRSS : Taille de mémoire résidente

	      * VmData, VmStk, VmExe : Taille des segments de données, de pile
		et de texte.

	      * VmLib : Taille du code de bibliothèque partagée.

	      * VmPTE :	 Taille	 des  entrées  de  table de page (depuis Linux
		2.6.10).

	      * Threads : Nombre de threads dans  le  processus	 contenant  ce
		thread.

	      * SigPnd,	 ShdPnd : Nombre de signaux en attente du thread et du
		processus dans son ensemble (voir pthreads(7) et signal(7)).

	      * SigBlk,	 SigIgn,  SigCgt :  Masques  indiquant	 les   signaux
		bloqués, ignorés et interceptés (voir signal(7)).

	      * CapInh,	 CapPrm,  CapEff :  Masques des capacités actives dans
		les ensembles transmissibles, permis et effectifs (voir	 capa-
		bilities(7)).

	      * CapBnd :  Ensemble  de	limitation  de	capacités  (Capability
		Bounding set ; depuis le noyau 2.6.26, voir  capabilities(7)).

	      * Cpus_allowed :	Masque des processeurs sur lesquels le proces-
		sus peut s'exécuter (depuis Linux 2.6.24, voir cpuset(7)).

	      * Cpus_allowed_list : Pareil que précédemment,  mais  au	format
		liste (depuis Linux 2.6.26, voir cpuset(7)).

	      * Mems_allowed : Masque des noeuds mémoire autorisés pour ce pro-
		cessus (depuis Linux 2.6.24, voir cpuset(7)).

	      * Mems_allowed_list : Pareil que précédemment,  mais  au	format
		liste (depuis Linux 2.6.26, voir cpuset(7)).

	      * voluntary_context_switches,    nonvoluntary_context_switches :
		Nombre de basculement de contexte, volontaire ou  non  (depuis
		Linux 2.6.23).

       /proc/[pid]/task (depuis Linux 2.6.0-test6)
	      C'est  un répertoire qui comporte un sous-répertoire pour chacun
	      des processus légers (threads) de la tâche. Le nom de chacun des
	      sous-répertoire  est  l'identifiant ([tid]) du thread (voir get-
	      tid(2). Dans chacun de ces sous-répertoire se trouvent un ensem-
	      ble de fichiers ayant le même nom et contenu que dans les réper-
	      toires /proc/[pid]. Pour les attributs  qui  sont	 partagés  par
	      tous  les	 processus, le contenu de chacun des fichiers se trou-
	      vant dans le sous-répertoire task/[tid] sera identique  à	 celui
	      qui  se  trouve  dans le répertoire parent /proc/[pid] (par ex.,
	      pour une tâche multiprocessus, tous les fichiers	task/[tid]/cwd
	      auront  le  même	contenu que le fichier /proc/[pid]/cwd dans le
	      répertoire parent, puisque tous les processus d'une  même	 tâche
	      partage  le  même	 répertoire de travail. Pour les attributs qui
	      sont distincts pour chacun des processus,	 les  fichiers	corre-
	      spondants sous task/[tid] peuvent être différents (par ex., cer-
	      tains champs de chacun  de  fichiers  task/[tid]/status  peuvent
	      être différents pour chaque processus).

	      Dans  un	traitement  multiprocessus,  le	 contenu du répertoire
	      /proc/[pid]/task n'est pas disponible si le processus  principal
	      est déjà terminé (typiquement lors de l'appel pthread_exit(3).

       /proc/apm
	      La  version du système de gestion de puissance APM et les infor-
	      mations sur l'état de la batterie	 si  la	 constante  CONFIG_APM
	      était définie à la compilation du noyau.

       /proc/bus
	      Contient des sous-répertoires pour les bus installés.

       /proc/bus/pccard
	      Répertoire  pour	les  périphériques PCMCIA si la constante CON-
	      FIG_PCMCIA était définie à la compilation du noyau.

       /proc/bus/pccard/drivers

       /proc/bus/pci
	      Contient divers sous-répertoires de bus, et des  pseudo-fichiers
	      recélant	des  informations  sur	les bus PCI, les périphériques
	      installés et leurs pilotes. Certains de ces fichiers ne sont pas
	      en ASCII pur.

       /proc/bus/pci/devices
	      Informations sur les périphériques PCI. Peut-être consulté grâce
	      à lspci(8) et setpci(8).

       /proc/cmdline
	      Arguments passés au noyau Linux lors du boot.  Généralement  par
	      l'intermédiaire  d'un  gestionnaire  de  boot  comme  lilo(8) ou
	      grub(8).

       /proc/config.gz (depuis Linux 2.6)
	      Ce fichier indique les options  de  configuration	 qui  ont  été
	      utilisées	 pour  construire le noyau actuel, dans le même format
	      que celui utilisé pour le fichier .config résultant de  la  con-
	      figuration  du noyau (en utilisant make xconfig, make config, ou
	      autre). Le contenu du fichier est compressé ;  parcourez	le  ou
	      effectuez vos recherches avec zcat(1), zgrep(1), etc. Tant qu'il
	      n'y a pas de changement dans les fichiers qui suivent,  le  con-
	      tenu de /proc/config.gz est identique à celui fournit par :

		  cat /lib/modules/$(uname -r)/build/.config

	      /proc/config.gz  n'est fourni que si le noyau est configuré avec
	      l'option CONFIG_IKCONFIG_PROC.

       /proc/cpuinfo
	      Il s'agit d'informations dépendantes  de	l'architecture	et  du
	      processeur  utilisé.  Les deux seules entrées toujours présentes
	      sont processor qui donne le nombre de processeurs	 et  bogomips,
	      une  constante  système  calculée	 pendant  l'initialisation  du
	      noyau. Les machines SMP ont une ligne d'information pour	chaque
	      processeur.

       /proc/devices
	      Liste  littérale	des  groupes  de  périphériques et des numéros
	      majeurs. Ceci peut servir dans les scripts MAKEDEV  pour	rester
	      cohérent avec le noyau.

       /proc/diskstats (depuis Linux 2.5.69)
	      Ce fichier contient les statistiques d'entrées-sorties du disque
	      pour chaque périphérique disque. Voir le fichier fourni avec les
	      sources  du noyau Documentation/iostats.txt pour plus d'informa-
	      tion.

       /proc/dma
	      Il s'agit d'une liste des canaux DMA (Direct Memory  Acess)  ISA
	      en cours d'utilisation.

       /proc/driver
	      Sous-répertoire vide.

       /proc/execdomains
	      Liste des domaines d'exécution (personnalités).

       /proc/fb
	      Information sur la mémoire d'écran Frame Buffer, lorsque la con-
	      stante CONFIG_FB a été définie lors de la compilation du	noyau.

       /proc/filesystems
	      Liste textuelle des systèmes de fichiers qui sont pris en compte
	      par le noyau, c'est-à-dire les systèmes de fichiers qui ont  été
	      compilés	dans  le  noyau	 ou  dont  les	modules	 du noyau sont
	      actuellement chargés. (Voir aussi filesystems(5)). Si un système
	      de  fichiers  est	 marqué par « nodev », ceci signifie qu'il n'a
	      pas besoin d'un périphérique de type bloc pour être  monté  (par
	      exemple  un  système de fichiers virtuel, un système de fichiers
	      réseau).

	      Ce  fichier  peut	 éventuellement	 être  utilisé	par   mount(8)
	      lorsqu'aucun système de fichiers n'est indiqué et qu'il n'arrive
	      pas à déterminer le type du  système  de	fichiers.  Alors,  les
	      systèmes	de  fichiers que comportent ce fichier sont essayés (à
	      l'exception de ceux qui sont marqués par « nodev »).

       /proc/fs
	      Sous-répertoire vide.

       /proc/ide
	      Le répertoire /proc/ide existe sur les  systèmes	ayant  un  bus
	      IDE.  Il	y  a des sous-répertoires pour chaque canal IDE et les
	      périphériques attachés. Les fichiers contiennent :

		  cache		     taille du tampon en ko
		  capacity	     nombre de secteurs
		  driver	     version du pilote
		  geometry	     géométries physique et logique
		  identify	     identification en hexadécimal
		  media		     type de support
		  model		     référence fournisseur
		  settings	     configuration du pilote
		  smart_thresholds   seuils en hexadécimal
		  smart_values	     paramètres in hexadécimal

	      L'utilitaire hdparm(8) fournit un accès convivial à ces informa-
	      tions.

       /proc/interrupts
	      Utilisé  pour  enregistrer  le nombre d'interruptions par CPU et
	      par périphérique d'entrées-sorties. Depuis  Linux	 2.6.24,  pour
	      les architectures i386 et x86_64 au moins, il comprend également
	      les interruptions internes au système (c'est à dire pas directe-
	      ment  attachées à un périphérique), comme les NMI (« nonmaskable
	      interrupt », interruptions non masquable),  LOC  (« local	 timer
	      interrupt »,  interruption  timer	 local),  et pour les systèmes
	      SMP, TLB (« TLB flush interrupt »), RES  (« rescheduling	inter-
	      rupt »),	CAL (« remote function call interrupt »), et peut-être
	      d'autres. Le format est très facile à lire, en ASCII.

       /proc/iomem
	      Projection des entrées-sorties en mémoire, depuis Linux 2.4.

       /proc/ioports
	      Il s'agit d'une liste des	 régions  d'entrées-sorties  en	 cours
	      d'utilisation.

       /proc/kallsyms (depuis Linux 2.5.71)
	      Ce  fichier  contient  les  symboles  exportés  par  le noyau et
	      utilisés par les outils des modules(X)  pour  assurer  l'édition
	      dynamique	 des  liens des modules chargeables. Dans Linux 2.5.47
	      et précédents, un fichier similaire avec une syntaxe  légèrement
	      différente s'appelait ksyms.

       /proc/kcore
	      Ce  fichier représente la mémoire physique du système sous forme
	      de fichier ELF core. À  l'aide  de  ce  pseudo-fichier  et  d'un
	      binaire  du  noyau non stripé (/usr/src/linux/vmlinux), gdb peut
	      servir à inspecter  l'état  de  n'importe	 quelle	 structure  de
	      données du noyau.

	      La longueur totale de ce fichier est la taille de la mémoire RAM
	      physique plus 4 Ko.

       /proc/kmsg
	      Ce fichier peut être utilisé à la place de l'appel système  sys-
	      log(2) pour journaliser les messages du noyau. Un processus doit
	      avoir les privilèges superutilisateur pour lire ce  fichier,  et
	      un seul processus à la fois peut le lire. On NE DOIT PAS lire ce
	      fichier si  un  processus	 syslogd  tourne  et  utilise  l'appel
	      système syslog(2) pour journaliser les messages du noyau.

	      Les  informations de ce fichier sont consultées par le programme
	      dmesg(1).

       /proc/ksyms (Linux 1.1.23-2.5.47)
	      Voir /proc/kallsyms.

       /proc/loadavg
	      Les trois premiers champs de ce  fichier	sont  des  valeurs  de
	      charge  moyenne  donnant	le  nombre  de	travaux	 dans  la file
	      d'exécution (état	 R)  ou	 en  attente  d'E/S  disque  (état  D)
	      moyennés sur 1, 5 ou 15 minutes. Ils sont identiques aux valeurs
	      de charge moyenne données par uptime(1) et d'autres  programmes.
	      Le quatrième champ consiste ne deux nombres séparés par un slash
	      (/). Le premier d'entre-eux est  le  nombre  d'entités  d'ordon-
	      nancement	 du noyau (tâches, processus) en cous d'exécution ; il
	      sera inférieur ou égal au nombre de processeurs. La  valeur  qui
	      suit  le slash est le nombre d'entités d'ordonnancement du noyau
	      qui existent actuellement sur le système. Le cinquième champ est
	      le PID du processus le plus récemment créé sur le système.

       /proc/locks
	      Ce   fichier  montre  les	 verrouillages	actuels	 des  fichiers
	      (flock(2) et fcntl(2)) et les baux (fcntl(2)).

       /proc/malloc (seulement jusqu'à Linux 2.2 inclu)
	      Ce fichier n'est présent que si CONFIG_DEBUG_MALLOC a été défini
	      lors de la compilation du noyau.

       /proc/meminfo
	      Ce  fichier fourni des statistiques sur l'utilisation mémoire du
	      système. Il sert au programme free(1) pour  indiquer  les	 quan-
	      tités  de mémoires (physique et swap) libres et utilisées, ainsi
	      que la mémoire partagée et les tampons utilisés par le noyau.

       /proc/modules
	      Liste littérale des modules qui ont été chargés par le  système.
	      Voir lsmod(8).

       /proc/mounts
	      Avant  le	 noyau	2.4.19, ce fichier était une liste de tous les
	      systèmes de fichiers actuellement monté  sur  le	système.  Avec
	      l'introduction des espaces de noms de montage par processus dans
	      Linux 2.4.19,   ce   fichier   est   devenu   un	  lien	  vers
	      /proc/self/mounts,  qui  liste les points de montage de l'espace
	      de noms de montage du processus. Le format  de  ce  fichier  est
	      documenté dans fstab(5).

       /proc/mtrr
	      Memory  Type  Range  Registers. Voir Documentation/mtrr.txt dans
	      les sources du noyau pour plus d'informations.

       /proc/net
	      Ce répertoire regroupe divers pseudo-fichiers relatifs aux fonc-
	      tionnalités réseau. Chaque fichier fournit des informations con-
	      cernant une couche particulière. Ces fichiers sont en  ASCII  et
	      sont  donc  lisible  grâce  à cat(1), mais le programme standard
	      netstat(8) fournit un accès plus propre à ces données.

       /proc/net/arp
	      Ce fichier contient un affichage ASCII lisible des tables ARP du
	      noyau  servant  à	 la résolution d'adresse. Il indique à la fois
	      les entrées apprises dynamiquement et celles préprogrammées.  Le
	      format est le suivant :

	Adresse IP    Matériel	Attribut   Adresse matérielle Masque  Périph.
	192.168.0.50   0x1	 0x2	   00:50:BF:25:68:F3   *      eth0
	192.168.0.250  0x1	 0xc	   00:00:00:00:00:00   *      eth0

	      Où  « adresse  IP » est l'adresse IPv4 de la machine, le type de
	      matériel est issu de  la	RFC  826.  L'attribut  correspond  aux
	      attributs	    de	   la	  structure    ARP    (définie	  dans
	      /usr/include/linux/if_arp.h) et l'adresse matérielle  est	 celle
	      de  la couche physique de l'adaptateur correspondant à l'adresse
	      IP (si elle est connue).

       /proc/net/dev
	      Ce pseudo-fichier	 contient  des	informations  d'état  sur  les
	      périphériques réseau. On y trouve les nombres de paquets émis et
	      reçus, le nombre d'erreurs et de collisions, ainsi que  d'autres
	      données  statistiques.  Ce  fichier est utilisé par le programme
	      ifconfig(8). Le format est le suivant :

 Inter-|   Receive						  |  Transmit
  face |bytes	 packets errs drop fifo frame compressed multicast|bytes    packets errs drop fifo colls carrier compressed
     lo: 2776770   11307    0	 0    0	    0	       0	 0  2776770   11307    0    0	 0     0       0	  0
   eth0: 1215645    2751    0	 0    0	    0	       0	 0  1782404    4324    0    0	 0   427       0	  0
   ppp0: 1622270    5552    1	 0    0	    0	       0	 0   354130    5669    0    0	 0     0       0	  0
   tap0:    7714      81    0	 0    0	    0	       0	 0     7714	 81    0    0	 0     0       0	  0

       /proc/net/dev_mcast
	      Définie dans /usr/src/linux/net/core/dev_mcast.c :
		   indx interface_name	dmi_u dmi_g dmi_address
		   2	eth0		1     0	    01005e000001
		   3	eth1		1     0	    01005e000001
		   4	eth2		1     0	    01005e000001

       /proc/net/igmp
	      Protocole	 Internet  Group  Management  Protocol.	 Défini	  dans
	      /usr/src/linux/net/core/igmp.c.

       /proc/net/rarp
	      Ce  fichier  emploie  le même format que le fichier arp, et con-
	      tient la projection inverse de la base de données utilisée  pour
	      fournir  les  services de recherche inversée de rarp(8). Si RARP
	      n'est pas configuré dans le noyau, ce fichier est absent.

       /proc/net/raw
	      Fournit le contenu de la table des sockets RAW (brutes). La plu-
	      part  des	 informations  ne sert que pour le débogage. La valeur
	      « sl » est l'emplacement de la socket dans la table  de  hachage
	      du  noyau.  Le champ « local_address » contient l'adresse locale
	      ainsi que la paire de numéros associée au protocole. « St »  est
	      l'état  interne  de  la  socket.	« tx_queue »  et  « rx_queue »
	      représentent les files d'attente en émission et en réception  en
	      ce  qui  concerne	 l'utilisation de la mémoire par le noyau. Les
	      champs « tr », « tm->when » et « rexmits » ne sont pas  utilisés
	      par  « RAW ».  Le champ uid contient l'identifiant d'utilisateur
	      (UID) effectif du créateur de la socket.

       /proc/net/snmp
	      Ce fichier contient les données ASCII nécessaires pour les bases
	      d'information d'IP, ICMP, TCP et UDP pour un agent SNMP.

       /proc/net/tcp
	      Fournit  le  contenu  de la table des socket TCP. La plupart des
	      informations ne sert que pour le débogage. La valeur « sl »  est
	      l'emplacement de la socket dans la table de hachage du noyau. Le
	      champ « local_address » contient l'adresse locale ainsi  que  la
	      pair  de	numéros	 de  port.  Le	champ « rem_address » contient
	      l'adresse distante et la paire de numéros de port (si la	socket
	      est   connectée).	 « St »	 est  l'état  interne  de  la  socket.
	      « tx_queue » et « rx_queue » représentent les files d'attente en
	      émission	et en réception en ce qui concerne l'utilisation de la
	      mémoire  par  le	noyau.	Les  champs  « tr »,  « tm->when »  et
	      « rexmits » contiennent des données internes au noyau ne servant
	      qu'au débogage. Le champ uid contient  l'identifiant  d'utilisa-
	      teur (UID) effectif du créateur de la socket.

       /proc/net/udp
	      Fournit  le  contenu  de la table des socket UDP. La plupart des
	      informations ne sert que pour le débogage. La valeur « sl »  est
	      l'emplacement de la socket dans la table de hachage du noyau. Le
	      champ « local_address » contient l'adresse locale ainsi  que  la
	      paire  de	 numéros  de  port.  Le champ « rem_address » contient
	      l'adresse distante et la paire de numéros de port (si la	socket
	      est   connectée).	 « St »	 est  l'état  interne  de  la  socket.
	      « tx_queue » et « rx_queue » représentent les files d'attente en
	      émission	et en réception en ce qui concerne l'utilisation de la
	      mémoire  par  le	noyau.	Les  champs  « tr »,  « tm->when »  et
	      « rexmits »  ne sont pas utilisés par UDP. Le champ uid contient
	      l'identifiant d'utilisateur (UID) effectif  du  créateur	de  la
	      socket. Le format est :

 sl  local_address rem_address	 st tx_queue rx_queue tr rexmits  tm->when uid
  1: 01642C89:0201 0C642C89:03FF 01 00000000:00000001 01:000071BA 00000000 0
  1: 00000000:0801 00000000:0000 0A 00000000:00000000 00:00000000 6F000100 0
  1: 00000000:0201 00000000:0000 0A 00000000:00000000 00:00000000 00000000 0

       /proc/net/unix
	      Liste des sockets dans le domaine Unix présentes sur le système,
	      et leurs états. Le format est :
	      Num RefCount Protocol Flags    Type St Path
	       0: 00000002 00000000 00000000 0001 03
	       1: 00000001 00000000 00010000 0001 01 /dev/printer

	      Où « Num » est l'emplacement dans	 la  table  du	noyau.	« Ref-
	      count »  est le nombre d'utilisateurs de la socket. « Protocol »
	      est toujours 0 pour le moment. « Flags » représente un  attribut
	      interne  du  noyau  correspondant à l'état de la socket. Le type
	      est toujours 1 pour le moment (Les sockets de  datagrammes  dans
	      le  domaine  Unix	 ne  sont  pas encore supportés par le noyau).
	      « St » est un état interne de la socket, et  Path	 correspond  à
	      l'éventuel chemin d'accès de la socket.

       /proc/partitions
	      Contient les numéros majeur et mineur de chaque partition, ainsi
	      que le nombre de blocs et le nom de la partition.

       /proc/pci
	      Il s'agit d'une liste de tous  les  périphériques	 PCI  détectés
	      pendant l'initialisation ainsi que leur configuration.

	      Ce  fichiers  a  été déprécié au profit d'une nouvelle interface
	      /proc pour le PCI (/proc/bus/pci). Il est devenu optionnel  dans
	      Linux    2.2    (disponible    par   l'intermédiaire   de	  CON-
	      FIG_PCI_OLD_PROC, défini à la  compilation  du  noyau).  Il  est
	      devenu  non  optionnel une fois de plus dans Linux 2.4. Ensuite,
	      il a été déprécié	 dans  Linux  2.6  (il	reste  disponible  par
	      l'intermédiaire du positionnement de CONFIG_PCI_LEGACY_PROC), et
	      il a finalement été entièrement supprimé depuis Linux 2.6.17.

       /proc/scsi
	      Répertoire  regroupant  les  pseudo-fichiers  du	 niveau	  scsi
	      intermédiaire  et	 divers sous-répertoires pour les pilotes SCSI
	      de bas-niveau. Ils contiennent un fichier pour chaque hôte  SCSI
	      du  système,  chacun  d'entre-eux donnant l'état d'une partie du
	      sous-système d'E/S SCSI. Les fichiers contiennent des structures
	      sous forme ASCII, et sont donc lisibles avec cat(1).

	      On  peut	également écrire dans certains fichiers pour reconfig-
	      urer le sous-système SCSI, ou activer/désactiver certaines fonc-
	      tionnalités.

       /proc/scsi/scsi
	      Il  s'agit  d'une	 liste de tous les périphériques SCSI reconnus
	      par le noyau.  Cette liste est la même que celle affichée durant
	      le  démarrage. Le sous-système SCSI n'accepte pour le moment que
	      la commande add-single-device  qui  permet  au  superutilisateur
	      d'ajouter	 un  périphérique  branché  à  chaud  à	 la  liste des
	      périphériques connus.

	      La commande

		  echo 'scsi add-single-device 1 0 5 0' > /proc/scsi/scsi

	      fera examiner le canal SCSI 0 par l'hôte scsi1, à	 la  recherche
	      d'un  périphérique  identifié  ID	 5  LUN	 0.  S'il  y a déjà un
	      périphérique à cette adresse ou si l'adresse est	inconnue,  une
	      erreur sera renvoyée.

       /proc/scsi/[nom_de_pilote]
	      Le  [nom_de_pilote] peut être actuellement : NCR53c7xx, aha152x,
	      aha1542, aha1740, aic7xxx, buslogic,  eata_dma,  eata_pio,  fdo-
	      main, in2000, pas16, qlogic, scsi_debug, seagate, t128, u15-24f,
	      ultrastore ou wd7000.  Ces répertoires  correspondent  à	chaque
	      pilote  qui  pilote au moins un HBA SCSI. Chaque répertoire con-
	      tient un fichier par hôte enregistré. Chaque  fichier  hôte  est
	      baptisé avec le numéro assigné à l'hôte durant l'initialisation.

	      La lecture de ces fichiers montrera en général la	 configuration
	      de l'hôte et du pilote, des statistiques, etc.

	      L'écriture  dans ces fichiers permettra différentes choses suiv-
	      ant les hôtes. Par exemple, avec les commandes latency et	 nola-
	      tency,  le  superutilisateur  peut activer ou inhiber le code de
	      mesure de latence des commandes dans le  pilote  eata_dma.  Avec
	      les  commandes lockup et unlock, il peut contrôler les verrouil-
	      lages de bus simulés par le pilote scsi_debug.

       /proc/self
	      Ce répertoire se rapporte au processus accédant  au  système  de
	      fichiers	/proc,	et  est	 identique au sous-répertoire de /proc
	      ayant pour nom le PID du processus appelant.

       /proc/slabinfo
	      Information concernant les caches du noyau. Depuis Linux 2.6.16,
	      ce  fichier  n'est  présent  que si l'option de configuration du
	      noyau CONFIG_SLAB est validée. Les colonnes  de	/proc/slabinfo
	      sont :

		  nom-du-cache
		  nombre-d'objets-actifs
		  nombre-total-d'objets
		  taille-d-'objet
		  nombre-de-tampons-actifs
		  nombre-total-de-tampons
		  nombre-de-pages-par-tampon

	      Voir slabinfo(5) pour des détails.

       /proc/stat
	      Statistiques du noyau, et du système. Varie avec l'architecture,
	      les entrées communes sont :

	      cpu  3357 0 4313 1362393
		     Temps, mesuré en unités de USER_HZ (centièmes de  seconde
		     sur    la	  plupart    des    architectures,    utilisez
		     sysconf(_SC_CLK_TCK) pour connaître la valeur  correcte),
		     que le système a passé en mode utilisateur, en mode util-
		     isateur avec une basse priorité (« courtoisie  élevée » :
		     nice),  en	 mode  système,	 et  le temps d'inactivité. La
		     dernière  valeur  devrait	correspondre  à	 100  fois  la
		     deuxième entrée du pseudo-fichier uptime.

		     Avec  Linux  2.6,	cette  ligne  comporte	trois colonnes
		     supplémentaires : iowait -	 temps	à  attendre  pour  que
		     l'E/S se termine (depuis 2.5.41) ; irq - délai pour pren-
		     dre  en  compte  l'interruption  (depuis	2.6.0-test4) ;
		     softirq  - délai pour prendre en compte les interruptions
		     logicielles (depuis 2.6.0-test4).

		     Depuis Linux 2.6.11, il y a une huitième colonne, volée -
		     le	 temps	volé,  qui  est	 le  temps passé dans d'autres
		     systèmes d'exploitation  lorsqu'un	 environnement	virtu-
		     alisé est actif

		     Depuis  Linux 2.6.14, il y a une neuvième colonne, guest,
		     qui est le temps passé à exécuter un  processeur  virtuel
		     pour des systèmes d'exploitation invités sous le contrôle
		     du noyau Linux.

	      page 5741 1808
		     Le nombre de pages que le système a paginé en  entrée  et
		     en sortie.

	      swap 1 0
		     Le	 nombre	 de  pages de swap que le système a échangé en
		     entrée et en sortie.

	      intr 1462898
		     Cette ligne contient le nombre  d'interruptions  qui  ont
		     été prises en compte depuis le démarrage du système, pour
		     chacune des interruptions possibles. La première  colonne
		     est le total de toutes les interruptions ayant été prises
		     en compte ; chacune des colonnes suivantes représente  le
		     total pour une interruption particulière.

	      disk_io: (2,0):(31,30,5764,1,2) (3,0):...
		     (major,disk_idx):(noinfo,	   read_io_ops,	    blks_read,
		     write_io_ops, blks_written)
		     (Linux 2.4 seulement)

	      ctxt 115315
		     Le nombre de changements de  contexte  effectués  par  le
		     système.

	      btime 769041601
		     La	 date  de  démarrage  du  système en secondes écoulées
		     depuis le 1er janvier 1970.

	      processes 86031
		     Le nombre de processus exécutés sur le système depuis  le
		     démarrage.

	      procs_running 6
		     Nombre de processus dans un état exécutable. (à partir de
		     Linux 2.5.45).

	      procs_blocked 2
		     Nombre de processus bloqués en attente de fin  d'E/S.  (À
		     partir de Linux 2.5.45).

       /proc/swaps
	      Les zones de swap utilisées. Voir aussi swapon(8).

       /proc/sys
	      Ce  répertoire  (présent	depuis	le  noyau  1.3.57) contient un
	      ensemble de fichiers et de sous-répertoires correspondant à  des
	      variables internes du noyau. Celles-ci peuvent être lues et par-
	      fois modifiées en utilisant le pseudo-système de fichiers /proc,
	      et  en utilisant l'appel système (obsolète) sysctl(2). Actuelle-
	      ment, il existe les sous-répertoires abi, debug, dev,  fs,  ker-
	      nel,  net,  proc, rxrpc, sunrpc et vm qui contiennent chacun des
	      fichiers et d'autres sous-répertoires.

       /proc/sys/abi (depuis Linux 2.4.10)
	      Ce répertoire peut  contenir  des	 fichiers  d'informations  sur
	      l'exécutable  de	l'application  Voir le fichier fourni avec les
	      sources du noyau Documentation/sysctl/abi.txt pour plus d'infor-
	      mations.

       /proc/sys/debug
	      Ce répertoire peut être vide.

       /proc/sys/dev
	      Ce  répertoire  contient	des  informations  spécifiques sur les
	      périphériques  (par  exemple   dev/cdrom/info).	Sur   certains
	      systèmes, il peut être vide.

       /proc/sys/fs
	      On  trouve ici les sous-répertoires binfmt_misc, epoll, inotify,
	      and mqueue, et  les  fichiers  dentry-state,  dir-notify-enable,
	      dquot-nr,	 file-max,  file-nr, inode-max, inode-nr, inode-state,
	      lease-break-time,	  leases-enable,   overflowgid,	  overflowuid,
	      suid_dumpable, super-max et super-nr.

       /proc/sys/fs/binfmt_misc
	      La  documentation	 concernant  les  fichiers de ce répertoire se
	      trouve   dans   les   sources   du   noyau,   dans    Documenta-
	      tion/binfmt_misc.txt.

       /proc/sys/fs/dentry-state (depuis Linux 2.2)
	      Ce  fichier  contient  des  informations	sur l'état du cache de
	      répertoire (dcache). Ce fichier contient six nombres  nr_dentry,
	      nr_unused,   age_limit  (age  en	secondes),  want_pages	(pages
	      réclamées par le système) et deux valeurs inutiles.

	      * nr_dentry est le nombre d'entrées dcache  allouées.  Ce	 champ
		n'est pas utilisé dans Linux 2.2.

	      * nr_unused est le nombre d'entrées de répertoire libres.

	      * age_limit  est	l'âge  en  seconde après lequel les entrées de
		cache peuvent être réclamées quand la mémoire libre diminue.

	      * want_pages  n'est  pas	 nul   quand   le   noyau   a	appelé
		shrink_dcache_pages()  et  que	le cache de répertoire n'a pas
		encore été élagué.

       /proc/sys/fs/dir-notify-enable
	      ce fichier peut être utilisé pour activer ou inhiber l'interface
	      dnotify décrite dans fcntl(2) au niveau système Une valeur nulle
	      inhibe cette interface, et la valeur 1 l'active.

       /proc/sys/fs/dquot-max
	      Ce fichier montre le nombre maximal d'entrée de quota de	disque
	      en  cache.   Sur	certains  systèmes (2.4), il est absent. Si le
	      nombre de quotas de disque libres est très bas, et si vous  avez
	      un  nombre important d'utilisateurs simultanés, vous pouvez aug-
	      menter cette valeur.

       /proc/sys/fs/dquot-nr
	      Ce fichier  montre  le  nombre  d'entrées	 de  quota  de	disque
	      allouées et le nombre d'entrées libres.

       /proc/sys/fs/epoll (depuis Linux 2.6.28)
	      Ce  répertoire  contient	le  fichier max_user_watches, qui peut
	      être utilisé pour	 limiter  la  quantité	de  mémoire  du	 noyau
	      utilisée	par  l'interface  epoll.  Voir epoll(7) pour davantage
	      d'informations.

       /proc/sys/fs/file-max
	      Ce fichier est la limite système du nombre de  fichiers  ouverts
	      par  un  processus.  (Voir  aussi setrlimit(2) qui peut servir à
	      fixer la limite par  processus,  RLIMIT_NOFILE).	Si  vous  avez
	      beaucoup	de  messages d'erreurs indiquant un manque de descrip-
	      teurs de fichiers, essayez d'augmenter cette valeur.

	      echo 100000 > /proc/sys/fs/file-max

	      La constante NR_OPEN du noyau impose une limite supérieure à  la
	      valeur que l'on peut placer dans file-max.

	      Si  vous	augmentez  /proc/sys/fs/file-max,  assurez-vous d'aug-
	      menter /proc/sys/fs/inode-max jusqu'à 3 à	 4  fois  la  nouvelle
	      valeur de /proc/sys/fs/file-max, ou vous serez à court d'inodes.

       /proc/sys/fs/file-nr
	      Ce fichier (en  lecture  seule)  donne  le  nombre  de  fichiers
	      actuellement  ouverts.  Il contient trois nombres : les descrip-
	      teurs de fichiers allouées, les descripteurs de fichiers libres,
	      et  le  maximum de descripteurs de fichiers. Le noyau alloue les
	      descripteurs dynamiquement, mais il ne les  libère  pas.	Si  le
	      nombre  de descripteurs alloués est proche du maximum, vous pou-
	      vez  envisager  d'augmenter  le  maximum.	 Quand	le  nombre  de
	      descripteurs  libres est très grand, vous avez rencontré dans le
	      passé un pic d'utilisation et  n'avez  probablement  pas	besoin
	      d'augmenter le maximum.

       /proc/sys/fs/inode-max
	      Ce  fichier  contient le nombre maximal d'inodes en mémoire. Sur
	      certains systèmes	 (2.4)	il  peut  être	absent.	 Cette	valeur
	      devrait  être 3 à 4 fois plus grande que le nombre file-max, car
	      les descripteurs stdin, stdout, et les socket réseau nécessitent
	      aussi un inode. Lorsque vous manquez régulièrement d'inode, aug-
	      mentez cette valeur.

       /proc/sys/fs/inode-nr
	      Ce fichier contient les deux premières valeurs d'inode-state.

       /proc/sys/fs/inode-state
	      Ce fichier contient sept	nombres :  nr_inodes,  nr_free_inodes,
	      preshrink et quatre valeurs non significatives. nr_inodes est le
	      nombre d'inodes alloués par le système. Il peut être  légèrement
	      plus  grand  que	inode-max,  car	 Linux	les  alloue  par  page
	      complète. nr_free_inodes représente le nombre  d'inodes  libres.
	      preshrink	 est  non-nul  lorsque nr_inodes > inode-max et que le
	      système doit purger  la  liste  d'inodes	plutôt	qu'en  allouer
	      davantage.

       /proc/sys/fs/inotify (depuis Linux 2.6.13)
	      Ce   répertoire	contient   les	 fichiers   max_queued_events,
	      max_user_instances,  et  max_user_watches,  qui	peuvent	  être
	      utilisés	pour  limiter la quantité de mémoire du noyau utilisée
	      par l'interface inotify. Voir inotify(7) pour davantage d'infor-
	      mations.

       /proc/sys/fs/lease-break-time
	      Ce  fichier  indique le délai de grâce que le noyau accorde à un
	      processus détenant un  blocage  de  fichier  (file  lease,  voir
	      fcntl(2))	 après	qu'il  lui  a envoyé un signal indiquant qu'un
	      autre processus attend pour ouvrir le  fichier.  Si,  durant  le
	      délai  de	 grâce, le détenteur du blocage ne le supprime pas, en
	      n'en diminue pas la portée,  le  noyau  éliminera	 de  force  le
	      blocage.

       /proc/sys/fs/leases-enable
	      Ce  fichier  permet  d'activer  ou  d'inhiber  les  blocages  de
	      fichiers (file lease, voir fcntl(2)) pour tout le	 système.   Si
	      ce  fichier  contient la valeur 0, les blocages sont désactivés,
	      une valeur non-nulle les active.

       /proc/sys/fs/mqueue (depuis Linux 2.6.6)
	      Ce répertoire contient les  fichiers  msg_max,  msgsize_max,  et
	      queues_max,  qui	contrôlent  les	 ressources  utilisées par les
	      files de messages	 POSIX.	 Voir  mq_overview(7)  pour  davantage
	      d'informations.

       /proc/sys/fs/overflowgid et /proc/sys/fs/overflowuid
	      Ces  fichiers  contiennent des valeurs de GID et UID de déborde-
	      ment, par défaut 65534. Certains systèmes de fichiers ne suppor-
	      tent que des UID et GID sur 16 bits, bien que le noyau Linux les
	      gère sur 32 bits. Lorsque l'un de ces systèmes de	 fichiers  est
	      monté  en	 lecture-écriture, tout UID ou GID dépassant 65535 est
	      remplacé par la valeur de débordement avant  l'écriture  sur  le
	      disque.

       /proc/sys/fs/suid_dumpable (depuis Linux 2.6.13)
	      La  valeur  de  ce  fichier  détermine  si des fichiers d'images
	      mémoire ont été produit pour « set-user-ID » ou d'autre binaires
	      protégés	ou  corrompus. Trois différentes valeurs entières peu-
	      vent être indiquées :

	      0 (défaut) Ceci donne le comportement traditionnel (antérieur  à
	      Linux  2.6.13).  Une  image mémoire ne sera pas produite pour un
	      processus qui a modifié ses droits (en appelant seteuid(2), set-
	      gid(2),  ou  autre,  ou en exécutant un programme set-user-ID ou
	      set-group-ID) ou dont le binaire n'a pas	le  droit  de  lecture
	      actif.

	      1 (« debug »)  Des  images  mémoire de tous les processus seront
	      faites si possible. L'image mémoire appartient  à	 l'identifiant
	      d'utilisateur du système de fichiers du processus dont l'image a
	      été créée et aucune mesure de sécurité n'est prise.  Ceci	 n'est
	      prévu  que  dans	des  situations	 où  l'on souhaite déboguer le
	      système. Ptrace n'est pas vérifié.

	      2 (« suidsafe ») L'image mémoire d'un binaire qui n'aurait  nor-
	      malement pas été effectuée (voir « 0 » ci-dessus) est prise lis-
	      ible par le superutilisateur (root)  seulement.  Ceci  permet  à
	      l'utilisateur  de pourvoir supprimer l'image mémoire mais pas de
	      la lire. Pour des	 raisons  de  sécurité,	 les  images  mémoires
	      prises  dans  ce	mode n'en écraseront pas une autre ou d'autres
	      fichiers. Ce mode est adéquat lorsque l'administrateur essaie de
	      déboguer des problèmes dans un environnement normal.

       /proc/sys/fs/super-max
	      Ce  fichier  indique le nombre maximal de superblocs, et donc le
	      nombre maximal de systèmes de fichiers que le noyau peut monter.
	      Vous  n'avez  besoin  d'augmenter	 super-max que si vous désirez
	      monter plus de  systèmes	de  fichiers  que  ce  que  la	valeur
	      actuelle de super-max vous permet.

       /proc/sys/fs/super-nr
	      contient	le nombre de systèmes de fichiers montés actuellement.

       /proc/sys/kernel
	      Ce répertoire contient des fichiers contrôlant tout une série de
	      paramètres, décrits ci-dessous.

       /proc/sys/kernel/acct
	      Ce  fichier contient trois nombres : un seuil haut, un seuil bas
	      et une période. Si la comptabilité des processus	à  la  manière
	      BSD  est	activée,  ses valeurs déterminent son comportement. Si
	      l'espace disque sur  le  système	de  fichiers  accueillant  les
	      statistiques  descend  sous  le  seuil bas, (en pourcentage), la
	      comptabilité est suspendue. Si  l'espace	remonte	 au-dessus  du
	      seuil haut, elle reprend. La période (en seconde) est celle avec
	      laquelle	le  noyau  vérifie  l'espace  disque  disponible.  Les
	      valeurs  par défaut sont 4, 2 et 30. Cela signifie que la compt-
	      abilité est suspendue en-dessous	de  2%	d'espace  libre,  elle
	      reprend  à  partir de 4% et la vérification a lieu toutes les 30
	      secondes.

       /proc/sys/kernel/cap-bound (de Linux 2.2 à 2.6.24)
	      Ce fichier conserve la valeur  de	 limitation  de	 capacités  du
	      noyau (exprimée comme un nombre décimal signé). Cet ensemble est
	      filtré par un ET binaire avec les capacités  du  processus  lors
	      d'un  execve(2).	À  partir  de  Linux  2.6.25, la limitation de
	      capacités à l'échelle du système a disparu  pour	être  remplacé
	      par une limitation au niveau des threads ; voir capabilities(7).

       /proc/sys/kernel/core_pattern
	      Consultez core(5).

       /proc/sys/kernel/core_uses_pid
	      Consultez core(5).

       /proc/sys/kernel/ctrl-alt-del
	      Ce fichier contrôle la gestion de la séquence Ctrl-Alt-Suppr  du
	      clavier.	 S'il contient la valeur zéro, Ctrl-Alt-Suppr est cap-
	      turé et envoyé au programme init(8)  pour	 relancer  le  système
	      correctement. Si la valeur est supérieure à zéro, la réaction de
	      Linux à ce Coup-de-pied Au C.. est un redémarrage immédiat, sans
	      même écrire le contenu des tampons en attente.  Note : lorsqu'un
	      programme (comme dosemu)	utilise	 le  clavier  en  mode	«raw »
	      (brut),  la  séquence  ctl-alt-suppr est interceptée par le pro-
	      gramme avant même d'atteindre  le	 gestionnaire  de  console  du
	      noyau, et c'est à ce programme de décider qu'en faire.

       /proc/sys/kernel/hotplug
	      Ce  fichier  contient  le	 chemin	 de  l'agent  du  mécanisme de
	      branchement à chaud. La valeur par défaut est /sbin/hotplug.

       /proc/sys/kernel/domainname et /proc/sys/kernel/hostname
	      Ces fichiers servent à indiquer les noms NIS/YP  de  domaine  et
	      d'hôte,  exactement de la même manière que les commandes domain-
	      name(1) et hostname(1). C'est-à-dire :

		  # echo 'darkstar' > /proc/sys/kernel/hostname
		  # echo 'mydomain' > /proc/sys/kernel/domainname

	      a exactement le même effet que

		  # hostname 'darkstar'
		  # domainname 'mydomain'

	      Notez toutefois, que le classique	 darkstar.frop.org  a  le  nom
	      d'hôte  darkstar	et le nom de domaine DNS (Internet Domain Name
	      Server) "frop.org", à ne pas confondre avec le  nom  de  domaine
	      NIS (Network Information Service) ou YP (Yellow Pages). Ces noms
	      de domaines sont généralement différents. Pour plus  de  détail,
	      voyez la page hostname(1).

       /proc/sys/kernel/htab-reclaim
	      (PowerPC seulement) Si ce fichier contient une valeur non-nulle,
	      la  htab	du  PowerPC  (voir   le	  fichier   Documentation/pow-
	      erpc/ppc_htab.txt	 du  noyau)  est  parcourue chaque fois que le
	      système atteint la boucle d'inactivité.

       /proc/sys/kernel/l2cr
	      (Sur PowerPC seulement). Ce fichier contient un indicateur  com-
	      mandant  le  cache  L2  des cartes à processeur G3. Le cache est
	      désactivé si la valeur est nulle, activé sinon.

       /proc/sys/kernel/modprobe
	      Ce fichier comporte le chemin du chargeur de modules  du	noyau.
	      Sa  valeur  par  défaut  est  /sbin/modprobe.  Ce	 fichier n'est
	      présent que si le noyau est construit avec l'option  CONFIG_KMOD
	      activée.	Ceci  est  décrit  dans le fichier du noyau Documenta-
	      tion/kmod.txt (il n'est présent que dans les  version  de	 noyau
	      2.4 et antérieures).

       /proc/sys/kernel/msgmax
	      Ce  fichier  est une limite pour l'ensemble du système précisant
	      le nombre maximal d'octets par message écrit dans	 une  file  de
	      message System V.

       /proc/sys/kernel/msgmni
	      Ce fichier définit la limite pour le système du nombre d'identi-
	      fiants de files de messages. (Ce	fichier	 n'existe  que	depuis
	      Linux 2.4).

       /proc/sys/kernel/msgmnb
	      Ce  fichier  définit  un	paramètre  valable  pour l'ensemble du
	      système utilisé pour initialiser la valeur  msg_qbytes  pour  la
	      création	ultérieure  de files de messages. La valeur msg_qbytes
	      indique le nombre maximal d'octets qui pourront être écrits dans
	      une file de messages.

       /proc/sys/kernel/ostype et /proc/sys/kernel/osrelease
	      Ces fichiers donnent des sous-chaînes de /proc/version.

       /proc/sys/kernel/overflowgid et /proc/sys/kernel/overflowuid
	      Ces  fichiers  remplissent  le  même rôle que /proc/sys/fs/over-
	      flowgid et /proc/sys/fs/overflowuid.

       /proc/sys/kernel/panic
	      Ce fichier donne un accès en lecture et écriture à  la  variable
	      panic_timeout du noyau. Si elle vaut zéro, le noyau se mettra en
	      boucle en cas de panique ; sinon elle indique que le noyau devra
	      redémarrer  de lui-même après le nombre de secondes qu'elle con-
	      tient. Si vous  utilisez	le  pilote  logiciel  de  surveillance
	      watchdog, la valeur recommandée est de 60.

       /proc/sys/kernel/panic_on_oops (depuis Linux 2.5.68)
	      Ce  fichier  contrôle  le	 comportement  du noyau lorsqu'un Oops
	      (défaut) ou un bogue est rencontré. Si ce	 fichier  contient  0,
	      alors  le système tente de continuer à travailler. S'il contient
	      1, alors le système attend quelques  secondes  (pour  laisser  à
	      klogd  le	 temps d'enregistrer la sortie du Oops) puis déclenche
	      une panique. Si le fichier /proc/sys/kernel/panic est  également
	      non nul alors la machine redémarrera.

       /proc/sys/kernel/pid_max (depuis Linux 2.5.34)
	      Ce  fichier  indique la valeur à partir de laquelle la numérota-
	      tion des PID reprendra à sa valeur initiale (ce qui signifie que
	      la  valeur dans ce fichier est celle du PID maximum plus un). La
	      valeur par défaut est 32768, ce qui correspond à la  même	 plage
	      de  PID que sur les noyaux antérieurs. Pour les plates-formes 32
	      bits, la valeur maximum  de  pid_max  est	 de  32768.  Pour  les
	      systèmes	64  bits,  pid_max  peut avoir n'importe quelle valeur
	      jusqu'à 2^22 (PID_MAX_LIMIT, approximativement 4 millions).

       /proc/sys/kernel/powersave-nap (PowerPC seulement)
	      Ce fichier contient un indicateur. S'il est  non-nul,  Linux-PPC
	      utilisera le mode « nap » d'économie d'énergie, sinon il utilis-
	      era le mode « doze ».

       /proc/sys/kernel/printk
	      Les  quatre  valeurs  dans  ce   fichier	 sont	nommées	  con-
	      sole_loglevel,  default_message_loglevel,	 minimum_console_level
	      et default_console_loglevel. Ces	valeurs	 influencent  le  com-
	      portement	 de  printk() lors de l'affichage ou de la journalisa-
	      tion de message d'erreurs. Voir syslog(2) pour  plus  d'informa-
	      tion  sur les différents niveaux. Les messages avec une priorité
	      plus élevée que console_loglevel seront affichés sur la console.
	      Les  messages  sans  priorité  explicite utiliseront la priorité
	      default_message_level. minimum_console_loglevel  est  la	valeur
	      maximale	 à   laquelle	console_loglevel  puisse  être	élevé.
	      default_console_loglevel est la  valeur  par  défaut  pour  con-
	      sole_loglevel.

       /proc/sys/kernel/pty (depuis Linux 2.6.4)
	      Ce  répertoire  contient	deux  fichiers	relatifs  au nombre de
	      pseudo-terminaux Unix 98 (voir pts(4)) sur le système.

       /proc/sys/kernel/pty/max
	      Ce fichier définit le nombre maximal de pseudo-terminaux.

       /proc/sys/kernel/pty/nr
	      Ce fichier, en lecture seule, indique le nombre  de  pseudo-ter-
	      minaux en cours d'utilisation.

       /proc/sys/kernel/random
	      Ce répertoire contient divers paramètres contrôlant le fonction-
	      nement du fichier /dev/random.  Voir  random(4)  pour  davantage
	      d'informations.

       /proc/sys/kernel/real-root-dev
	      Ce  fichier  est	documenté  dans	 le fichier Documentation/ini-
	      trd.txt des sources du noyau.

       /proc/sys/kernel/reboot-cmd (Sparc seulement)
	      permet apparemment de fournir un argument au  chargeur  de  boot
	      ROM/Flash Sparc. Peut-être indique-t-il que faire après redémar-
	      rage ?

       /proc/sys/kernel/rtsig-max
	      (Uniquement pour les noyaux jusqu'à 2.6.7	 inclus ;  voir	 setr-
	      limit(2)).Ce  fichier  peut  être utilisé pour ajuster le nombre
	      maximum de signaux POSIX temps-réel (en file d'attente)  pouvant
	      se trouver en attente sur le système.

       /proc/sys/kernel/rtsig-nr
	      (Uniquement  pour	 les noyaux de Linux jusqu'à 2.6.7 inclus). Ce
	      fichier indique le nombre de signaux POSIX temps-réel  actuelle-
	      ment en file attente.

       /proc/sys/kernel/sem (disponible depuis Linux 2.4)
	      contient	4  limites  pour  les sémaphores System V. Ces valeurs
	      sont respectivement :

	      SEMMSL  Le nombre maximal de sémaphores par ensemble.

	      SEMMNS  Une  limite  générale  au	 système  pour	le  nombre  de
		      sémaphores dans tous les ensembles.

	      SEMOPM  Le  nombre  maximal  d'opérations que l'on peut indiquer
		      dans un appel semop(2).

	      SEMNI   Une limite générale sur le nombre maximal d'identifiants
		      de sémaphores.

       /proc/sys/kernel/sg-big-buff
	      Ce  fichier  montre  la  taille  du  tampon  pour le pilote SCSI
	      générique (sg).  Vous ne pourrez pas y écrire  pour  le  moment,
	      mais  vous  pouvez changer sa valeur à la compilation en éditant
	      include/scsi/sg.h et en modifiant SG_BIG_BUFF. Toutefois, il  ne
	      devrait y avoir aucune raison de le modifier.

       /proc/sys/kernel/shmall
	      Ce  fichier  contient  le	 nombre	 maximal  de  pages de mémoire
	      partagées (IPC System V) au niveau du système.

       /proc/sys/kernel/shmmax
	      Ce fichier permet de lire ou modifier  la	 taille	 maximale  des
	      segments de mémoire partagée (IPC System V) que l'on peut créer.
	      Les segments de mémoire jusqu'à 1Go sont à présent autorisés par
	      le noyau. La valeur par défaut est SHMMAX.

       /proc/sys/kernel/shmmni
	      (disponible depuis Linux 2.4) Ce fichier indique le nombre maxi-
	      mal de segments de  mémoire  partagée  System V  que  l'on  peut
	      créer.

       /proc/sys/kernel/sysrq
	      Ce  fichier contrôle les fonctions qui peuvent être appelées par
	      les combinaisons SysRq.  Par  défaut,  le	 fichier  contient  un
	      « 1 »,  ce  qui  signifie	 que toute demande SysRq est autorisée
	      (dans les anciennes versions du noyau, SysRq était désactivé par
	      défaut,	et   il	  fallait   l'activer  explicitement  lors  de
	      l'exécution, mais ce n'est plus le cas). Les  valeurs  possibles
	      dans ce fichier sont :

		 0 - désactiver sysrq complètement
		 1 - activer toutes les fonctions de sysrq
		>1 - masque de bits des sysrq autorisées, défini comme ceci :
			2  - active le contrôle du niveau de journalisation de
	      la console
			4 - active le contrôle du clavier (SAK, unraw
			8 - active la production d'images de débogue des  pro-
	      cessus, etc.
		       16 - active la commande sync
		       32 - active le remontage en lecture seule
		       64  -  active  l'envoi  de signaux aux processus (term,
	      kill, oom-kill)
		      128 - autorise reboot/poweroff
		      256 - autorise la définition de la politesse  de	toutes
	      les tâches temps réel

	      Ce  fichier  n'est  présent  que si l'option de configuration du
	      noyau CONFIG_MAGIG_SYSRQ a été  validée.	Pour  plus  d'informa-
	      tions,  consultez	 Documentation/sysrq.txt  dans	les sources du
	      noyau.

       /proc/sys/kernel/version
	      Ce fichier contient une chaîne du type :

		  #5 Wed Feb 25 21:49:24 MET 1998

	      Le champ « #5 » indique que c'est la  cinquième  compilation  du
	      noyau  depuis  ces  sources, et la date correspond à celle de la
	      compilation.

       /proc/sys/kernel/threads-max (disponible depuis Linux 2.3.11)
	      Ce fichier contient le nombre maximal de	threads	 (tâches)  qui
	      peuvent être créés sur le système.

       /proc/sys/kernel/zero-paged (PowerPC seulement)
	      Ce  fichier  contient  un	 drapeau.  S'il	 est activé (non-nul),
	      Linux-PPC	 effacera  les	pages  dans  sa	 boucle	 d'inactivité,
	      accélérant éventuellement get_free_pages.

       /proc/sys/net
	      Ce  répertoire  contient	des  éléments  relatif	au réseau. Des
	      explications pour certains des fichiers de ce répertoire peuvent
	      être trouvées dans tcp(7) et ip(7).

       /proc/sys/net/core/somaxconn
	      Ce  fichier  défini une valeur plafond pour le paramètre backlog
	      de listen(2) ; consultez la page de manuel  listen(2)  pour  des
	      détails.

       /proc/sys/proc
	      Ce répertoire peut être vide.

       /proc/sys/sunrpc
	      Ce  répertoire  correspond  aux  appels de procédures à distance
	      (RPC) sur un système de fichiers NFS. Sur certains systèmes,  il
	      est absent.

       /proc/sys/vm
	      Ce répertoire contient des fichiers de paramétrage de la gestion
	      de mémoire, des tampons, et du cache.

       /proc/sys/vm/drop_caches (depuis Linux 2.6.16)
	      Écrire dans ce fichier fait libérer de la mémoire par le	noyau,
	      les  caches, dentries et inodes propres, en libérant ainsi cette
	      mémoire libre.

	      Pour   libérer   les    pagecache,    utilisez	echo	1    >
	      /proc/sys/vm/drop_caches ;   to  libérer	les  dentries  et  les
	      inodes,  utilisez	 echo  2  >  /proc/sys/vm/drop_caches ;	  pour
	      libérer  les  pagecache,	dentries  et inodes, utilisez echo 3 >
	      /proc/sys/vm/drop_caches.

	      Parce que cette opération est non-destructive, et que les objets
	      sales  ne	 sont  pas  libérables, l'utilisateur doit utiliser la
	      commande sync(8) au préalable.

       /proc/sys/vm/swappiness
	      La valeur dans  ce  fichier  contrôle  le	 niveau	 d'agressivité
	      utilisé  par  le	noyau  pour  déplacer  des  pages mémoire dans
	      l'espace d'échange. Les valeurs élevées indique une  agressivité
	      plus importante. La valeur par défaut est de 60.

       /proc/sys/vm/legacy_va_layout (depuis Linux 2.6.9)
	      S'il  est	 non  nul,  ceci  désactive la nouvelle disposition de
	      carte mémoire 32 bit ; le noyau utilisera alors  la  disposition
	      habituelle (legacy) (2.4) pour tous les processus.

       /proc/sys/vm/oom_dump_tasks (depuis Linux 2.6.25)
	      Active  la  production  d'une  image  des	 tâches	 du système (à
	      l'exception des threads du noyau) lors  des  mises  à  mort  sur
	      mémoire  saturée.	 L'image  comprend  les informations suivantes
	      pour chaque tâche (thread ou processus) : identifiant de thread,
	      identifiant  d'utilisateur réel, identifiant du groupe de thread
	      (identifiant du processus) taille de la mémoire virtuelle, taile
	      de  la  mémoire  résidante, CPU sur lequel la tâche était ordon-
	      nancée,	valeur	 de   oom_adj	(voir	la   description    de
	      /proc/[pid]/oom_adj)  et le nom de la commande. C'est utile pour
	      trouver la raison de la mise à mort sur mémoire saturée et  pour
	      identifier la tâche défectueuse qui en est la cause.

	      Avec  la	valeur zéro, l'information est supprimée. Sur les très
	      gros système avec des milliers de tâches, il peut	 ne  pas  être
	      faisable de créer l'image avec les informations sur chacune. Ces
	      systèmes ne devraient pas être obligés de pénaliser  leurs  per-
	      formances dans ces cas de pénurie de mémoire si ces informations
	      ne sont pas désirées.

	      Pour toute valeur non nulle, les informations sont présentées  à
	      chaque mise à mort sur mémoire saturée.

	      La valeur par défaut est 0.

       /proc/sys/vm/oom_kill_allocating_task (depuis Linux 2.6.24)
	      Ceci  active ou désactive la mise à mort de la tâche qui produit
	      l'erreur dans les situations de mémoire saturée.

	      Avec une valeur de zéro, la liste des tâches sera	 parcourue  et
	      la  tâche	 à  tuer sera sélectionnée en fonction d'heuristiques.
	      Ceci sélectionne normalement une	tâche  consommant  une	grosse
	      quantité de mémoire qui libérera beaucoup de mémoire lorsqu'elle
	      sera tuée.

	      Avec une valeur non nulle, la tâche tuée sera celle qui échouera
	      lors  d'une  allocation de mémoire. Ceci évite un parcours de la
	      liste des tâches qui peut être coûteux.

	      Si /proc/sys/vm/panic_on_oom est non nul, il est prioritaire sur
	      toute   valeur   utilisée	  dans	/proc/sys/vm/oom_kill_allocat-
	      ing_task.

	      La valeur par défaut est 0.

       /proc/sys/vm/overcommit_memory
	      Ce fichier contient le mode pour les statistiques de la  mémoire
	      virtuelle du noyau. Les valeurs sont :

		     0:	 gestion  heuristique  du  dépassement de l'allocation
		     mémoire (c'est la valeur par défaut)
		     1: pas de gestion du dépassement, ne jamais vérifier
		     2: toujours vérifier, gestion stricte du dépassement

	      Dans le mode 0, les appels à mmap(2) utilisant MAP_NORESERVE  ne
	      sont  pas	 vérifiés  et le niveau de vérification par défaut est
	      très  faible,  laissant	le   risque   d'avoir	un   processus
	      « OOM-killed ».  Sous Linux 2.4, toute valeur non nulle implique
	      le mode 1.  Dans	le  mode  2  (disponible  depuis  Linux	 2.6),
	      l'espace	d'adressage  virtuel total sur le système est limité à
	      (SS + RAM*(r/100)), où SS est la taille  de  l'espace  d'échange
	      (« swap »),  RAM	la taille de la mémoire physique, et r le con-
	      tenu du fichier /proc/sys/vm/overcommit_ratio.

       /proc/sys/vm/overcommit_ratio
	      Voir la description de /proc/sys/vm/overcommit_memory.

       /proc/sys/vm/panic_on_oom (depuis Linux 2.6.18)
	      Ceci active ou désactive le déclenchement d'une panique dans les
	      situations de mémoire saturée.

	      Si  ce  fichier  est  configuré  à  la  valeur  0,  le noyau (le
	      « OOM-killer ») tuera un processus perturbateur. D'habitude,  il
	      peut tuer un processus perturbateur et le système survivra.

	      Si  ce  fichier  est configuré à la valeur 1, le noyau paniquera
	      dans une situation de mémoire saturée. Cependant, si un  proces-
	      sus  limite les allocations que sur certains noeuds en utilisant
	      des politiques mémoire (MPOL_BIND dans mbind(2)) ou  des	ensem-
	      bles  de	processeurs  (cpuset(7)), et si ces noeuds voient leur
	      mémoire saturée, un processus peut être tué par  le  OOM-killer.
	      Aucune  panique ne survient dans ce cas. Comme de la mémoire est
	      disponible sur d'autres noeuds, le système n'a  pas  entièrement
	      atteint une situation de mémoire saturée.

	      Si ce fichier est configuré à la valeur 2, le noyau panique tou-
	      jours dans une situation de mémoire saturée.

	      La valeur par défaut est 0. Les valeurs 1 et  2  sont  utilisées
	      pour  la récupération en cas d'erreur de groupements. Sélection-
	      nez  l'un	 ou  l'autre  en  fonction  de	votre	politique   de
	      récupération en cas d'erreur.

       /proc/sysrq-trigger (depuis Linux 2.4.21)
	      L'écriture  d'un	caractère  dans	 ce  fichier déclenche la même
	      fonction SysRq que la combinaison ALT-SysRq- (voir la
	      description  de /proc/sys/kernel/sysrq). Ce fichier est normale-
	      ment accessible en écriture que pour root. Pour plus  d'informa-
	      tions,  consultez	 le  fichier  Documentation/sysrq.txt dans les
	      sources du noyau.

       /proc/sysvipc
	      Sous-répertoire contenant les pseudo-fichiers msg, sem and  shm.
	      Ces fichiers listent les objets d'IPC System V (soient les files
	      de messages, les sémaphores, et la  mémoire  partagée)  existant
	      actuellement  sur	 le système, en donnant les mêmes informations
	      que celles disponibles par la commande ipcs(1). Ces fichiers ont
	      des  en-têtes  et	 sont  formatés	 (à  raison d'un objet IPC par
	      ligne) de façon à être lus facilement. La	 page  svipc(7)	 donne
	      davantage d'informations concernant les données fournies par ces
	      fichiers.

       /proc/tty
	      Sous-répertoire contenant les pseudo-fichiers et les sous-réper-
	      toires pour les pilotes de tty et la gestion de la ligne.

       /proc/uptime
	      Ce  fichier  contient  deux valeurs : la durée de fonctionnement
	      (uptime) en secondes, et le temps écoulé à ne rien faire (idle),
	      en secondes également.

       /proc/version
	      Cette chaîne identifie la version du noyau en cours d'exécution.
	      Elle   inclue    le    contenu	de    /proc/sys/kernel/ostype,
	      /proc/sys/kernel/osrelease   et	/proc/sys/kernel/version.  Par
	      exemple :
	    Linux version 1.0.9 (quinlan@phaze) #1 Sat May 14 01:51:54 EDT 1994

       /proc/vmstat (depuis Linux 2.6)
	      Ce  fichier  contient  diverses  statistiques  sur  la   mémoire
	      virtuelle.

       /proc/zoneinfo (depuis Linux 2.6.13)
	      Ce   fichier  affiche  des  informations	concernant  les	 zones
	      mémoire. C'est utile pour analyser le comportement de la mémoire
	      virtuelle.

NOTES
       De  nombreuses  chaînes (par exemple, l'environnement et de la ligne de
       commande) sont affichées dans un format interne,	 ses  champs  terminés
       par  un	caractère nul. Il est parfois plus lisible d'utiliser od -c ou
       tr "\000" "\n" pour les lire. En remplacement, la  commande  echo  'cat
       ' fonctionne bien.

       Cette page de manuel est incomplète, incertaine, et devrait être mise à
       jour très souvent.

VOIR AUSSI
       cat(1), dmesg(1), find(1), free(1), ps(1), tr(1), uptime(1), chroot(2),
       mmap(2), readlink(2), syslog(2), slabinfo(5), hier(7), time(7), arp(8),
       hdparm(8), ifconfig(8), init(8),	 lsmod(8),  lspci(8),  mount(8),  net-
       stat(8), procinfo(8), route(8)
       Les fichiers source du noyau : Documentation/filesystems/proc.txt, Doc-
       umentation/sysctl/vm.txt

COLOPHON
       Cette page fait partie de  la  publication  3.23	 du  projet  man-pages
       Linux.  Une description du projet et des instructions pour signaler des
       anomalies  peuvent  être	 trouvées  à  l'adresse	  .

TRADUCTION
       Depuis  2010,  cette  traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a
        par l'équipe de traduction franco-
       phone	     au		sein	     du		projet	      perkamon
       .

       Christophe Blaess    (1996-2003),
       Alain  Portal  	(2003-2006).  Jean-Luc
       Coulon et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

       Veuillez signaler toute erreur de  traduction  en  écrivant  à  .

       Vous  pouvez  toujours avoir accès à la version anglaise de ce document
       en utilisant la commande « LC_ALL=C man 
». Linux 30 septembre 2009 PROC(5)

 


www.eurower.info