Accueil

CPU_SET
INFINITY
MB_CUR_MAX
MB_LEN_MAX
__setfpucw
_exit
_syscall
a64l
abort
abs
accept
access
acct
acos
acosh
addpart
addseverity
adduser
adjtime
adjtimex
aio_cancel
aio_error
aio_fsync
aio_read
aio_return
aio_suspend
aio_write
alarm
alloc_hugepages
alloca
apropos
arch
arch_prctl
argz_add
armscii-8
arp
ascii
asin
asinh
asprintf
assert
assert_perror
at
atan
atan2
atanh
atd
atexit
atof
atoi
atq
atrm
atrun
backend-spec
backtrace
basename
bash
bashbug
batch
bcmp
bcopy
bdflush
bind
bindresvport
blockdev
boot
bootlogd
bootparam
bosskill
brk
bsd_signal
bsearch
bstring
btowc
btree
builtin
builtins
byteorder
bzero
c
cabs
cacheflush
cacos
cacosh
cal
canonicalize_file_name
capabilities
capget
carg
casin
casinh
catan
catanh
catgets
catopen
cbrt
ccos
ccosh
ceil
cerf
cexp
cexp2
cfree
chage
charmap
charsets
chatise
chdir
chgrp
chmod
chown
chpasswd
chroot
chrt
chsh
cimag
clearenv
clock
clock_getcpuclockid
clock_getres
clock_nanosleep
clog
clog10
clog2
clone
close
closedir
cmp
cmsg
col
complex
confstr
conj
connect
console
console_codes
console_ioctl
consoletype
copysign
core
cos
cosh
cp
cp1251
cpow
cproj
cpuid
cpuset
creal
create_module
createrepo
credentials
cron
crond
crontab
crypt
crypttab
csin
csinh
csqrt
ctan
ctanh
ctermid
ctime
ctluser
ctrlaltdel
daemon
db2dvi
db2html
db2pdf
db2ps
db2rtf
dbopen
dd
ddp
delete_module
delpart
depmod
des_crypt
df
diff
diff3
difftime
dir
dir_colors
dircolors
dirfd
div
dl_iterate_phdr
dlopen
dmesg
docbook2dvi
docbook2html
docbook2man
docbook2man-spec
docbook2pdf
docbook2ps
docbook2rtf
docbook2tex
docbook2texi
docbook2texi-spec
docbook2txt
doexec
domainname
dprintf
drand48
drand48_r
dsp56k
du
dup
dysize
ecvt
ecvt_r
egrep
eject
elf
encrypt
end
endian
environ
envz_add
epoll
epoll_create
epoll_ctl
epoll_wait
erf
erfc
err
errno
error
ether_aton
ethers
euidaccess
eventfd
evim
exec
execve
exit
exit_group
exp
exp10
exp2
expm1
exportfs
exports
fabs
faccessat
faillog
fallocate
fchmodat
fchownat
fclose
fcloseall
fcntl
fd
fdformat
fdim
fdisk
feature_test_macros
fenv
ferror
fexecve
fflush
ffs
fgetgrent
fgetpwent
fgetwc
fgetws
fgrep
fifo
filesystems
finite
flock
flockfile
floor
fma
fmax
fmemopen
fmin
fmod
fmtmsg
fnmatch
fopen
fopencookie
fork
fpathconf
fpclassify
fpurge
fputwc
fputws
fread
free
frexp
frontend-spec
fseek
fseeko
fstab
fstab-decode
fstatat
fsync
ftime
ftok
ftpusers
fts
ftw
full
fuser
futex
futimes
futimesat
fwide
gamma
gcvt
get_kernel_syms
get_mempolicy
get_thread_area
getaddrinfo
getcontext
getcpu
getcwd
getdate
getdents
getdirentries
getdomainname
getdtablesize
getenv
getfsent
getgid
getgrent
getgrent_r
getgrnam
getgrouplist
getgroups
gethostbyname
gethostid
gethostname
getifaddrs
getipnodebyname
getitimer
getkey
getline
getloadavg
getlogin
getmntent
getnameinfo
getnetent
getnetent_r
getopt
getpagesize
getpass
getpeername
getpid
getpriority
getprotoent
getprotoent_r
getpt
getpw
getpwent
getpwent_r
getpwnam
getresuid
getrlimit
getrpcent
getrpcent_r
getrpcport
getrusage
gets
getservent
getservent_r
getsid
getsockname
getsockopt
getsubopt
gettid
gettimeofday
getttyent
getuid
getumask
getusershell
getutent
getutmp
getw
getwchar
getxattr
glob
gnu_get_libc_version
gpasswd
grantpt
grep
group
groupadd
groupdel
groupmod
grpck
grpconv
grpunconv
gshadow
gsignal
gssd
gunzip
guru
gzexe
gzip
halt
hash
hd
hier
host
hostname
hosts
hsearch
hypot
i386
icmp
iconv
iconv_close
iconv_open
idle
idmapd
ifconfig
ilogb
index
inet
inet_ntop
inet_pton
infnan
init
init_module
initgroups
initlog
initrd
initscript
inittab
inotify
inotify_add_watch
inotify_init
inotify_rm_watch
insmod
insque
install
install-catalog
intro
io_cancel
io_destroy
io_getevents
io_setup
io_submit
ioctl
ioctl_list
ioperm
iopl
ioprio_set
ip
ipc
ipcalc
ipcrm
ipcs
ipv6
isalpha
isatty
isgreater
iso_8859-1
iso_8859-10
iso_8859-11
iso_8859-13
iso_8859-14
iso_8859-15
iso_8859-16
iso_8859-2
iso_8859-3
iso_8859-4
iso_8859-5
iso_8859-6
iso_8859-7
iso_8859-8
iso_8859-9
issue
iswalnum
iswalpha
iswblank
iswcntrl
iswctype
iswdigit
iswgraph
iswlower
iswprint
iswpunct
iswspace
iswupper
iswxdigit
j0
jade
jw
key_setsecret
kill
killall
killall5
killpg
koi8-r
koi8-u
last
lastb
lastlog
ld
ldconfig
ldd
ldexp
lgamma
libc
link
linkat
linux32
linux64
listen
listxattr
llseek
ln
locale
localeconv
lockd
lockf
log
log10
log1p
log2
logb
login
longjmp
lookup_dcookie
lp
lrint
lround
ls
lsearch
lseek
lseek64
lsmod
lspci
lsusb
madvise
mailaddr
makecontext
makedev
makewhatis
malloc
malloc_hook
man
man-pages
math_error
matherr
mbind
mblen
mbrlen
mbrtowc
mbsinit
mbsnrtowcs
mbsrtowcs
mbstowcs
mbtowc
mcookie
mdoc
mem
memccpy
memchr
memcmp
memcpy
memfrob
memmem
memmove
mempcpy
memset
mesg
mincore
mkdir
mkdirat
mkdtemp
mkfifo
mkfifoat
mkfs
mknod
mknodat
mkstemp
mkswap
mktemp
mlock
mmap
mmap2
modf
modify_ldt
modifyrepo
modinfo
modprobe
more
motd
mount
mountd
mountpoint
mouse
move_pages
mpool
mprotect
mq_close
mq_getattr
mq_getsetattr
mq_notify
mq_open
mq_overview
mq_receive
mq_send
mq_unlink
mremap
msgctl
msgget
msgop
msr
msync
mtrace
mv
nan
nanosleep
netdevice
netlink
netreport
netstat
networks
newgrp
newusers
nextafter
nfs
nfsd
nfsservctl
nfsstat
nice
nicknames
nisdomainname
nl_langinfo
nmap
nologin
nscd
nsgmls
nsswitch
ntpd
ntpdc
null
numa
offsetof
on_exit
onsgmls
open
openat
opendir
openjade
openpty
operator
osgmlnorm
ospam
ospcat
ospent
osx
outb
package-cleanup
packet
passwd
path_resolution
pause
pciconfig_read
pcilib
perror
personality
pgrep
pidof
pipe
pivot_root
pkill
plipconfig
pmap
poll
popen
posix_fadvise
posix_fallocate
posix_memalign
posix_openpt
posixoptions
pow
pow10
poweroff
ppp-watch
pppoe
pppoe-connect
pppoe-relay
pppoe-server
pppoe-setup
pppoe-sniff
pppoe-start
pppoe-status
pppoe-stop
pppoe-wrapper
prctl
pread
printf
proc
profil
program_invocation_name
protocols
psignal
pstree
pthread_atfork
pthread_attr_destroy
pthread_attr_getdetachstate
pthread_attr_getinheritsched
pthread_attr_getschedparam
pthread_attr_getschedpolicy
pthread_attr_getscope
pthread_attr_init
pthread_attr_setaffinity_np
pthread_attr_setdetachstate
pthread_attr_setguardsize
pthread_attr_setinheritsched
pthread_attr_setschedparam
pthread_attr_setschedpolicy
pthread_attr_setscope
pthread_attr_setstack
pthread_attr_setstackaddr
pthread_attr_setstacksize
pthread_cancel
pthread_cleanup_pop
pthread_cleanup_pop_restore_np
pthread_cleanup_push
pthread_cleanup_push_defer_np
pthread_cond_broadcast
pthread_cond_destroy
pthread_cond_init
pthread_cond_signal
pthread_cond_timedwait
pthread_cond_wait
pthread_condattr_destroy
pthread_condattr_init
pthread_create
pthread_detach
pthread_equal
pthread_exit
pthread_getattr_np
pthread_getcpuclockid
pthread_getschedparam
pthread_getspecific
pthread_join
pthread_key_create
pthread_key_delete
pthread_kill
pthread_kill_other_threads_np
pthread_mutex_destroy
pthread_mutex_init
pthread_mutex_lock
pthread_mutex_trylock
pthread_mutex_unlock
pthread_mutexattr_destroy
pthread_mutexattr_getkind_np
pthread_mutexattr_gettype
pthread_mutexattr_init
pthread_mutexattr_setkind_np
pthread_mutexattr_settype
pthread_once
pthread_self
pthread_setaffinity_np
pthread_setcancelstate
pthread_setcanceltype
pthread_setconcurrency
pthread_setschedparam
pthread_setschedprio
pthread_setspecific
pthread_sigmask
pthread_testcancel
pthread_tryjoin_np
pthread_yield
pthreads
ptrace
pts
ptsname
pty
putenv
putgrent
putpwent
puts
putwchar
pwck
pwconv
pwdx
pwunconv
qecvt
qsort
query_module
queue
quotactl
raise
ram
rand
random
random_r
raw
rbash
rcmd
re_comp
read
readahead
readdir
readlink
readlinkat
readv
realpath
reboot
recno
recv
regex
remainder
remap_file_pages
remove
removexattr
remquo
rename
renameat
renice
repo-rss
repoquery
reposync
resolv
resolver
rev
rewinddir
rexec
rgrep
rint
rm
rmdir
rmmod
round
route
rpc
rpm
rpmatch
rquotad
rtc
rtime
rtld-audit
rtnetlink
runlevel
scalb
scalbln
scandir
scanf
sched_get_priority_max
sched_getcpu
sched_rr_get_interval
sched_setaffinity
sched_setparam
sched_setscheduler
sched_yield
sd
sdiff
securetty
sed
seekdir
select
select_tut
sem_close
sem_destroy
sem_getvalue
sem_init
sem_open
sem_overview
sem_post
sem_unlink
sem_wait
semctl
semget
semop
send
sendfile
service
services
set_mempolicy
set_thread_area
set_tid_address
setaliasent
setarch
setbuf
setenv
seteuid
setfsgid
setfsuid
setgid
setjmp
setlocale
setlogmask
setnetgrent
setpci
setpgid
setresuid
setreuid
setsid
setuid
setup
setxattr
sfdisk
sg
sgetmask
sgmldiff
sgmlnorm
shadow
shells
shm_open
shm_overview
shmctl
shmget
shmop
showmount
shutdown
sigaction
sigaltstack
siginterrupt
signal
signalfd
signbit
significand
sigpause
sigpending
sigprocmask
sigqueue
sigreturn
sigset
sigsetops
sigsuspend
sigvec
sigwait
sigwaitinfo
sin
sincos
sinh
sk98lin
skill
slabinfo
slabtop
slattach
sleep
snice
sockatmark
socket
socketcall
socketpair
spam
spent
splice
spu_create
spu_run
spufs
sqrt
st
standards
stat
statd
statfs
statvfs
stdarg
stdin
stdio
stdio_ext
stime
stpcpy
stpncpy
strcasecmp
strcat
strchr
strcmp
strcoll
strcpy
strdup
strerror
strfmon
strfry
strftime
string
strlen
strnlen
strpbrk
strptime
strsep
strsignal
strspn
strstr
strtod
strtoimax
strtok
strtol
strtoul
strverscmp
strxfrm
suffixes
sulogin
svcgssd
svipc
swab
swapoff
swapon
switchdesk
sx
symlink
symlinkat
sync
sync_file_range
sys-unconfig
syscall
syscalls
sysconf
sysctl
sysfs
sysinfo
syslog
system
sysv_signal
tailf
tan
tanh
tcgetpgrp
tcgetsid
tcp
tee
telinit
telldir
tempnam
termcap
termio
termios
tgamma
time
timegm
timer_create
timer_delete
timer_getoverrun
timer_settime
timeradd
timerfd_create
times
tkill
tkpppoe
tload
tmpfile
tmpnam
toascii
touch
toupper
towctrans
towlower
towupper
trunc
truncate
tsearch
tty
ttyS
tty_ioctl
ttyname
ttyslot
ttytype
tzfile
tzselect
tzset
ualarm
udp
udplite
ulimit
umask
umount
uname
undocumented
ungetwc
unicode
unimplemented
units
unix
unlink
unlinkat
unlocked_stdio
unlockpt
unshare
update-pciids
updwtmp
uptime
uri
uselib
useradd
userdel
usermod
usernetctl
usleep
ustat
utf-8
utime
utimensat
utmp
vcs
vdir
vfork
vhangup
vigr
vim
vimdiff
vimtutor
vipw
vm86
vmsplice
vmstat
volname
w
wait
wait4
wall
watch
wavelan
wcpcpy
wcpncpy
wcrtomb
wcscasecmp
wcscat
wcschr
wcscmp
wcscpy
wcscspn
wcsdup
wcslen
wcsncasecmp
wcsncat
wcsncmp
wcsncpy
wcsnlen
wcsnrtombs
wcspbrk
wcsrchr
wcsrtombs
wcsspn
wcsstr
wcstoimax
wcstok
wcstombs
wcswidth
wctob
wctomb
wctrans
wctype
wcwidth
whatis
whereis
wmemchr
wmemcmp
wmemcpy
wmemmove
wmemset
wordexp
wprintf
write
x25
x86_64
xcrypt
xdr
xxd
y0
ypcat
ypchfn
ypchsh
ypdomainname
ypmatch
yppasswd
yppoll
ypset
yptest
ypwhich
yum
yum-builddep
yum-complete-transaction
yum-shell
yum-updatesd
yum-utils
yum-verify
yumdownloader
zcat
zcmp
zdiff
zdump
zforce
zgrep
zic
zmore
znew

Pages de MAN

MOUNT(8)	       Manuel de l'administrateur Linux		      MOUNT(8)



NOM
       mount - Monter un système de fichiers"

SYNOPSIS
       mount [-lhV]

       mount -a [-fFnrsvw] [-t type] [-o options]
       mount [-fnrsvw] [-o options [,...]] périph | rép
       mount [-fnrsvw] [-t type] [-o options] périph rép

DESCRIPTION
       Tout  fichier accessible par un système Unix est inséré dans une grande
       arborescence, la hiérarchie des fichiers, commençant  à	la  racine  /.
       Ces  fichiers peuvent résider sur différents périphériques. La commande
       mount  permet  d'attacher  un  système  de  fichiers  trouvé   sur   un
       périphérique   quelconque  à  la	 grande	 arborescence  du  système.  À
       l'inverse, umount(8) le détachera à nouveau.

       La forme standard de la commande mount est
	      mount -t type périphérique répertoire
       Ceci indique au noyau d'attacher le système de fichiers se trouvant sur
       le  périphérique mentionné (dont on précise le type) dans le répertoire
       indiqué.	 L'éventuel  contenu,  le  propriétaire	 et  le	 mode  d'accès
       précédents  du répertoire deviennent invisibles et, tant que le nouveau
       système de fichiers  reste  monté,  le  chemin  d'accès	du  répertoire
       représente  alors  la  racine du système de fichiers se trouvant sur le
       périphérique.

       Il y a trois façons d'invoquer mount sans qu'il	ne  monte  quoique  ce
       soit :
	      mount -h
       qui affiche un message d'aide ;
	      mount -V
       qui affiche un numéro de version ; et
	      mount [-l] [-t type]
       seul  qui fournit la liste des systèmes de fichiers actuellement montés
       (du type indiqué uniquement). L'option -l ajoute les étiquettes	(ext2,
       ext3, et XFS).  Voir plus bas.

       Depuis  Linux  2.4.0,  il  est  possible	 de  remonter une partie de la
       hiérarchie des fichiers ailleurs. L'appel est :
	      mount --bind olddir newdir
       Ensuite, le même contenu est accessible	en  deux  endroits.   On  peut
       également remonter un fichier unique (sur un fichier unique).

       Cet  appel  attache  seulement  (une  partie  de)  un unique système de
       fichiers, et pas les éventuels sous-montages. La hiérarchie complète, y
       compris les sous-montages est attachée une seconde fois avec :
	      mount --rbind olddir newdir

       Veuillez	 noter	que les options de montage du système de fichiers res-
       teront les mêmes que celles du point de montage d'origine et  ne	 pour-
       ront   pas   être   modifiées  en  ajoutant  l'option  -o  aux  options
       --bind/--rbind.

       Depuis Linux  2.5.1  il	est  possible  de  déplacer  atomiquement  une
       arborescence montée à un autre endroit. L'appel est :
	      mount --move olddir newdir
       Depuis  Linux  2.6.15  on  peut marquer un montage et ses sous-montages
       comme partagés (shared), privés (private),  esclaves  (slave)  ou  non-
       réaffectables  (unbindable). Un montage partagé permet de créer un mon-
       tage miroir. Ainsi les montages et démontages à l'intérieur d'un miroir
       se  propageront à l'autre mirroir. Un montage esclave recoit les propa-
       gations de son maitre mais  pas	le  contraire.	Un  montage  privé  ne
       propage	rien.  Un montage non-réaffectable est un montage privé qui ne
       peut pas être  dupliqué	par  une  opération  --bine.  Les  sémantiques
       détaillées  sont	 documentées  dans le fichier Documentation/sharedsub-
       tree.txt des sources du noyau.
	      mount --make-shared point_montage
	      mount --make-slave point_montage
	      mount --make-private point_montage
	      mount --make-unbindable point_montage

       Les commandes suivantes permettent de changer récursivement le type  de
       tous les sous-montages à partir d'un point donné.
	      mount --make-rshared mountpoint
	      mount --make-rslave mountpoint
	      mount --make-rprivate mountpoint
	      "mount --make-runbindable mountpoint"

       Le  système  de	fichiers  proc	n'est associé à aucun périphérique, et
       lorsqu'on le monte, un mot  quelconque,	par  exemple  proc  peut  être
       utilisé	à  la  place de l'indication de périphérique. Le choix courant
       none (aucun) n'est pas très heureux, car	 un  message  d'erreur	« none
       busy » (aucun occupé) lors d'un umount peut être mal interprété.

       La  plupart  des	 périphériques	sont  indiqués	sous  forme de noms de
       fichiers (spécial bloc), comme /dev/sda1, mais il y a  d'autres	possi-
       bilités.	 Par  exemple,	pour  un  montage  par	NFS, périphérique peut
       ressembler à  knuth.cwi.nl:/dir.	  On  peut  indiquer  un  périphérique
       spécial	boc  par  son  étiquette de volume ou UUID (voir options -L et
       -U).

       Le fichier /etc/fstab (voir fstab(5)), contient	des  lignes  décrivant
       les  périphériques  habituellement  montés, leurs répertoires, et leurs
       options. Ce fichier est utilisé dans trois buts :

       (i) La commande
	      mount -a [-t type ] [-O options]
       (généralement exécutée dans un script  de  démarrage)  monte  tous  les
       systèmes	 de  fichiers  indiqués dans fstab (ou uniquement ceux du type
       indiqué), sauf  ceux  dont  la  ligne  contient	noauto.	  En  ajoutant
       l'option	 -F,  fork  (2) sera invoqué pour que tous les systèmes soient
       montés simultanément.

       (ii) Lorsque l'on monte un système de fichiers mentionné dans la fstab,
       il suffit d'indiquer le point de montage, ou le périphérique.

       (iii)  Normalement,  seul le super-utilisateur peut monter des systèmes
       de fichiers. Néanmoins, si la ligne de la fstab contient l'option user,
       n'importe  quel	utilisateur  peut monter le système de fichiers corre-
       spondant.

       Ainsi, avec une ligne
	      /dev/cdrom  /cd  iso9660	ro,user,noauto,unhide
       n'importe quel utilisateur peut monter le système iso9660  se  trouvant
       sur son CDROM en utilisant la commande
	      mount /dev/cdrom
       ou
	      mount /cd
       Pour plus de détails, voir fstab(5).  Seul l'utilisateur qui a monté un
       système de fichiers peut le démonter.  Si tous les utilisateurs doivent
       pouvoir	faire  le  démontage,  alors utilisez users à la place de user
       dans le ligne de fstab.

       L'option owner est similaire à user, avec la contrainte que  l'utilisa-
       teur doit être le propriétaire du fichier spécial. Ceci peut servir par
       exemple pour /dev/fd si un script de connexion rend l'utilisateur de la
       console	propriétaire  de  ce fichier spécial. L'option group est simi-
       laire, avec la contrainte que l'utilisateur doit appartenir au group de
       ce fichier spécial.

       Les programmes mount et umount maintiennent une liste des périphériques
       actuellement montés dans le fichier /etc/mtab.  Si  mount  est  invoqué
       sans arguments, cette liste est affichée.

       Quand  le  système  proc	 est  monté  (disons  sur /proc), les fichiers
       /etc/mtab et /proc/mounts sont très semblables. Le premier contient  un
       peu plus d'informations, par exemple les options de montage, mais n'est
       pas obligatoirement à jour. (cf l'option -n plus bas). Il est  possible
       de  remplacer  /etc/mtab	 par  un lien symbolique vers /proc/mounts, et
       particulièrement lorsque vous avez un très grand nombre de montages, ce
       sera  plus rapide avec ce lien symbolique, mais on perd quelques infor-
       mations ainsi, et en particulier le travail avec le  périphérique  loop
       sera moins aisé, et l'utilisation de l'option "user" échouera.


OPTIONS
       L'ensemble  exact  des options utilisées lors d'une invocation de mount
       est déterminé d'abord en lisant les options de la table fstab  pour  ce
       système	de  fichiers, puis en appliquant les options de l'argument -o,
       et finalement en appliquant les options -r ou -w	 si  elles  sont  men-
       tionnées.

       Les options valides pour la commande mount sont :

       -V     Afficher un numéro de version.

       -h     Afficher un message d'aide.

       -v     Mode volubile.

       -a     Monter  tous  les	 systèmes  de  fichiers (d'un type donné) men-
	      tionnés dans fstab.

       -F     (utilisée conjointement avec -a).	  Lancer  un  processus	 mount
	      pour  chaque  périphérique.   Ceci effectuera le montage en par-
	      allèle des divers périphériques ou serveurs NFS.	L'avantage est
	      la rapidité ; de plus les délais de NFS s'écoulent en parallèle.
	      Un désavantage est que les montages ont lieu dans	 le  désordre.
	      Il  ne faut donc pas utiliser cette option pour monter à la fois
	      /usr et /usr/spool.

       -f     Fonctionnement normal sauf pour l'appel système final qui	 n'est
	      pas  exécuté.  Ceci  simule  le  montage du système de fichiers.
	      Cette option, en conjonction avec -v permet de déterminer ce que
	      la  commande  mount  essaye  de  faire. Ceci peut aussi servir à
	      ajouter des entrées pour les  périphériques  montés  précédement
	      avec  l'option  -n.  L'option  -f verifie les enregistrements de
	      /etc/mtab et échoue si l'enregistrement existe déja  (lors  d'un
	      montage  réel,  non-fictif,  cette  vérification	a lieu dans le
	      noyau).

       -i     Ne pas appeler l'auxiliaire /sbin/mount., même  s'il
	      existe .

       -l     Ajoute  les  étiquettes ext2, ext3 et XFS en sortie de mount. Il
	      faut que mount ait la permission de lire	le  périphérique  (par
	      ex,  Set-UID  root).   On peut écrire une étiquette ext2 ou ext3
	      avec l'utilitaire e2label(8), XFS en utilisant xfs_admin(8),  et
	      reiserfs en utilisant reiserfstune(8).

       -n     Montage  sans écriture dans /etc/mtab.  Ceci est nécessaire dans
	      le cas où /etc réside sur un  système  de	 fichiers  en  lecture
	      seule.

       -p num Dans  le	cas  d'un  périphérique boucle (Ndt : loop) monté avec
	      encryptage, lire la phrase de passe à partir du  descripteur  de
	      fichier num plutôt que du terminal.

       -s     Tolérer  les  options  invalides	plutôt qu'échouer. Ceci permet
	      d'ignorer les options non supportées par un type de  système  de
	      fichiers.	 Tous les systèmes de fichiers ne supportent pas cette
	      option. Elle existe pour le support de l'auto-monteur Linux basé
	      sur autofs.

       -r     Montage du système de fichiers en lecture seule. Un synonyme est
	      -o ro.

       -w     Montage du système en lecture/écriture (option  par  défaut)  Un
	      synonyme est -o rw.

       -L label
	      Monter la partition qui a l'étiquette label.

       -U uuid
	      Monter  la partition avec l'uuid indiqué. Cette option nécessite
	      que le fichier /proc/partitions existe (depuis Linux 2.1.116).

       -t type
	      L'argument à la suite de -t est utilisé pour préciser le type de
	      système  de fichier. Les types actuellement supportés incluent :
	      adfs, affs,  autofs,  cifs,  coda,  coherent,  cramfs,  debugfs,
	      devpts,  efs, ext, ext2, ext3, hfs, hfsplus, hpfs, iso9660, jfs,
	      minix, msdos, ncpfs, nfs, nfs4, ntfs, proc, qnx4,	 ramfs,	 reis-
	      erfs,  romfs, smbfs, sysv, tmpfs, udf, ufs, umsdos, usbfs, vfat,
	      xenix, xfs, xiafs.  Notez	 que  coherent,	 sysv  et  xenix  sont
	      équivalents et que xenix et coherent disparaîtront dans l'avenir
	      -- utilisez sysv à leur place. Depuis Linux 2.1.21, les types ext
	      et  xiafs	 n'existent plus. Précédemment, usbfs était connu sous
	      le nom de usbdevfs.  Remarquez bien que la liste des systèmes de
	      fichiers réellement supportés dépend de votre noyau.

	      Pour  la	plupart	 des  types, mount effectue seulement un appel
	      système mount(2), car aucune connaissance détaillée  du  système
	      de  fichiers  n'est  nécessaires.	  Pour certains type toutefois
	      (comme nfs, nfs4, cifs, smbfs, ncpfs) du code supplémentaire est
	      indispensable.  nfs, nfs4, cifs, smbfs et ncpfs ont un programme
	      mount indépendant. Afin de rendre uniforme le traitement de tous
	      les  types,  mount exécutera le programme /sbin/mount.TYPE (s'il
	      existe) lorsqu'invoqué pour le  type  TYPE.   Comme  différentes
	      versions	de  smbmount  ont  des	conventions d'appels diverses,
	      /sbin/mount.smbfs doit être un script shell qui réalise  l'appel
	      voulu.

	      Si  aucune  option  -t  n'est mentionnée, ou si le type auto est
	      précisé, mount  essayera	de  deviner  le	 type  désiré.	 Mount
	      utilise  la  bibliothèque	 blkid	ou volume_id pour détermine le
	      type de système. S'il n'y trouve rien  qui  lui  soit  familier,
	      mount  essaiera  de  lire	 le  fichier /etc/filesystems ou, s'il
	      n'existe pas, /proc/filesystems.	Tous les types de systèmes  de
	      fichiers	listés	seront essayés, sauf ceux marqués "nodev" (par
	      exemple devpts, proc et nfs).  Si	 /etc/filesystems  se  termine
	      par   une	  ligne	  contenant   un   unique  « * »,  mount  lira
	      /proc/filesystems à sa suite.

	      Le type auto peut être utile pour	 des  disquettes  montées  par
	      l'utilisateur.   Créer  un  fichier  /etc/filesystems  permet de
	      changer l'ordre d'essai (par exemple vfat avant msdos,  ou  ext3
	      avant  ext2)  ou	d'utiliser  un autochargeur de modules pour le
	      noyau.  Attention : la détection s'appuie	 sur  une  heuristique
	      (des  nombres  « magiques » précis) qui peut conduire à une mau-
	      vaise reconnaissance, avec des conséquences catastrophiques.  Si
	      vos données sont précieuses ne demandez pas à mount d'essayer de
	      deviner le type de leur support.

	      On peut indiquer plusieurs types, séparés par des virgules.  Une
	      liste de systèmes peut également être préfixée par no pour indi-
	      quer les types qu'il ne faut pas tester.	(Ceci prend  son  sens
	      avec l'option -a).

	      Par exemple, la commande :
		     mount -a -t nomsdos,ext
	      monte  tous  les	systèmes de fichiers, à l'exception de ceux de
	      type msdos et ext.

       -O     Utilisée conjointement avec  -a,	pour  limiter  l'ensemble  des
	      systèmes	de  fichiers auxquels -a s'applique. Comme -t sauf que
	      c'est inutile hors du contexte -a.  Par exemple, la commande :
		     mount -a -O no_netdev
	      monte tous les systèmes sauf ceux qui ont l'option _netdev  dans
	      le champ option du fichier /etc/fstab.

	      C'est  différent	de  -t	en ceci que chaque option est vérifiée
	      exactement ; un no au début d'une option ne nie pas le reste.

	      Les options -t et -O se cumulent dans les faits. La commande
		     mount -a -t ext2 -O _netdev
	      monte tous les systèmes ext2 avec l'option _netdev, et  pas  les
	      systèmes	qui  sont seulement ext2 ou qui ont seulement l'option
	      _netdev.

       -o     Les options de montage sont indiquées par	 l'argument  -o	 suivi
	      d'une  liste  d'options  séparées	 par  des  virgules. Certaines
	      d'entre-elles ne sont utiles que lorsqu'elles apparaissent  dans
	      le  fichier  /etc/fstab  Les  options suivantes sont communes au
	      montage de tous les systèmes de fichiers (mais tous les systèmes
	      ne  les honorents pas, par exemple sync n'est effective que pour
	      ext2, ext3, fat, vfat et ufs) :

	      async  Toutes les entrées-sorties sur  le	 système  de  fichiers
		     seront asynchrones.

	      atime  Mise  à  jour  des	 horodatages  d'accès  à chaque accès.
		     Option par défaut.

	      auto   Peut être monté par l'option -a.

	      defaults
		     Utilisation des options par défaut : rw, suid, dev, exec,
		     auto, nouser, et async.

	      dev    Interpréter   les	 fichiers  spéciaux  de	 périphériques
		     présents sur le système.

	      exec   Permettre l'exécution de fichiers binaires.

	      group  Autoriser à un utilisateur ordinaire (c.-à-d. qui ne soit
		     pas   le  super-utilisateur)  de  monter  le  système  de
		     fichiers si l'un des groupes auxquels il appartient  cor-
		     respond  au  groupe du périphérique. Cette option intègre
		     les options nosuid et nodev  (à  moins  qu'elle  ne  soit
		     annulée   par   d'autres  options	comme  dans  la	 ligne
		     group,dev,suid).

	      mand   Permettre les verrouillages obligatoires sur  ce  système
		     de fichiers. Voir fcntl(2).

	      _netdev
		     Le	 système de fichiers réside sur un périphérique néces-
		     sitant des accès  réseau  (pour  éviter  que  le  système
		     essaye  de	 monter ces systèmes de fichiers avant d'avoir
		     activé le réseau).

	      noatime
		     Ne pas mettre jour les horodatages d'accès à chaque accès
		     (accélération pour des serveurs de news par exemple).  TP
		     nodiratime Ne pas mettre à jour les  heures  d'acces  aux
		     répertoires sur ce système de fichiers.

	      relatime
		     Mettre  à	jour les heures d'accès en fonction des heures
		     de modification ou	 changement  d'état  des  inodes.  Les
		     heures  d'acces  ne  sont	mises à jour que si elles sont
		     antérieures à celles de modification ou changement d'état
		     des  inodes. (Comme noatime, mais fonctionne avec mutt ou
		     les applications qui ont besoin de voir si un  fichier  a
		     été lu depuis sa dernière modification).

	      noauto Ne	 peut  être  monté  qu'explicitement  (l'invocation de
		     mount avec l'argument -a ne montera  pas  le  système  de
		     fichiers).

	      nodev  Ne pas interpréter les fichiers spéciaux de périphériques
		     présents sur le système de fichiers.

	      noexec Ne pas permettre l'exécution directe de fichiers binaires
		     sur  le système de fichiers monté. (Jusqu'à récemment, il
		     était possible de lancer des fichiers binaires  n'importe
		     comment  en  utilisant  une  commande  comme  /lib/ld*.so
		     /mnt/binary.   Cette    ruse    échoue    depuis	 Linux
		     2.4.25/2.6.0.)

	      nomand Ne	 pas  permettre	 les verrouillages obligatoires sur ce
		     système de fichiers.

	      nosuid Ne pas tenir compte des bits Set-UID ou Set-GID. Ca  peut
		     paraître sûr, mais ne l'est pas si vous avez l'utilitaire
		     suidperl(1) installé).

	      nouser Ne pas autoriser d'utilisateur  ordinaire	(non  root)  à
		     monter  le système de fichiers. C'est le comportement par
		     défaut.

	      owner  Autoriser un utilisateur ordinaire (non root) à monter le
		     système   de   fichiers   s'il  est  le  propriétaire  du
		     périphérique. Cette option implique les options nosuid et
		     nodev  (à	moins  qu'elle	ne  soit  annulée par d'autres
		     options comme dans la ligne owner,dev,suid).

	      remount
		     Remonter un système de  fichiers  déjà  monté.  Ceci  est
		     utilisé  pour  changer  les attributs de montage, princi-
		     palement pour autoriser l'écriture sur un système en lec-
		     ture  seule.  Ne  change  ni le périphérique ni le réper-
		     toire.

	      ro     Montage du système en lecture seule.

	      rw     Montage du système en lecture/écriture.

	      suid   Prendre  en  compte  les  bits  Set-UID  ou  Set-GID  des
		     fichiers se trouvant sur le système monté.

	      sync   Toutes  les  entrées-sorties  sur	le système de fichiers
		     devront être réalisées de manière synchrone. Si  un  sup-
		     port   n'a	 qu'un	nombre	limité	de  cycles  d'écriture
		     (mémoire flash par exemple), "sync" peut en raccourcir la
		     durée de vie.

	      dirsync
		     Faire  les	 mises	à  jour	 des répertoires du système de
		     fichiers  immédiatement.	Ceci   affecte	 les   appels-
		     système :	creat,	link,  unlink,	symlink, mkdir, rmdir,
		     mknod et rename.

	      user   Autoriser les utilisateurs ordinaires à monter le système
		     de	 fichiers.  Le nom de l'utilisateur est noté dans mtab
		     pour qu'il puisse	le  démonter  ensuite.	Ceci  entraîne
		     l'utilisation  des	 options  noexec,  nosuid, et nodev (à
		     moins qu'elles ne soient explicitement surchargées, comme
		     dans une ligne d'option user,exec,dev,suid).

	      users  Permettre	à  tous les utilisateurs de monter et démonter
		     le système de fichiers.  Cette option intègre les options
		     noexec, nosuid, et nodev (sauf s'il y a une surcharge par
		     une   option   ultérieure,	   comme    sur	   la	 ligne
		     users,exec,dev,suid).

       context=contexte, fscontext=contexte and defcontext=contexte
	      L'option context= sert pour monter un système de fichiers qui ne
	      supporte pas les attributs étendus, comme une  disquette	ou  un
	      disque  dur  formatté  en	 VFAT,	ou des systèmes qui ne servent
	      habituellement pas avec SE-Linux, comme un  disque  formatté  en
	      ext3  en	provenance  d'un poste non-SE-Linux. Vous pouvez aussi
	      utiliser	l'option  context=  pour  les  systèmes	 de   fichiers
	      auxquels	vous  n'accordez  pas  votre confiance, comme une dis-
	      quette. Cela sert aussi pour la compatibilité avec les  systèmes
	      supportant  les xattr des premiers noyaux 2.4. Même si xattr est
	      supporté, on gagne du temps  en  évitant	d'étiqueter  tous  les
	      fichiers, et en etiquetant le disque entier.

	      Une  option  courante  pour les périphériques amovibles est con-
	      text=system_u:object_r:removable_t.

	      Les deux autres options, fscontext= et defcontext=, sont	incom-
	      patibles	avec  l'option	context.  Ceci signifie qu'on peut les
	      utiliser ensembles, mais pas avec context.

	      L'option	fscontext=  fonctionne	sur  tous  les	 systèmes   de
	      fichiers,	 quel que soit leur support xattr.  L'option fscontext
	      étiquette l'ensemble du système de fichiers avec un contexte  de
	      sécurité	donné.	Cet étiquetage du système de fichiers est dis-
	      tinct de	celui  des  fichiers  individuels.  Il	représente  le
	      système  global  pour  certaines	vérifications  d'autorisation,
	      comme au montage ou à la création de fichiers.   Les  étiquettes
	      individuelles  sont  toujours  obtenues  des attributs xattr des
	      fichiers eux-meme. L'option context, en fait, fixe  le  contexte
	      global  de  fscontext  en plus de fournir la même étiquette pour
	      tous les fichiers.  On  indique  le  contexte  de	 sécurité  par
	      défaut  pour  les fichiers non-étiquetés avec defcontext=.  Ceci
	      surcharge la valeur pour les  fichiers  sans  étiquettes	de  la
	      politique de sécurité, et nécessite le support de xattr.

	      Pour plus d'informations, voir selinux(8)

       --bind Remonter	 une   sous-arborescence  ailleurs  (le	 contenu  sera
	      disponible en deux points différents). Voir plus haut.

       --move Déplacer une sous-arborescence ailleurs. Voir plus haut.


OPTIONS DE MONTAGE SPÉCIFIQUES
       Les  options  suivantes	ne  s'appliquent  qu'à	certains  systèmes  de
       fichiers.   Elles  sont	triées	par type de système. Elles s'utilisent
       toutes à la suite d'un argument -o.

       Les options supportées dépendent un peu du noyau	 en  cours  d'utilisa-
       tion.   Vous  trouverez	plus d'information dans le sous-répertoire des
       sources du noyau Documentation/filesystems.

Options de montage pour adfs
       uid=value et gid=value
	      Fixerle  propriétaire  et	 le  groupe  des  fichiers   (défaut :
	      uid=gid=0).

       ownmask=value et othmask=value
	      Fixer  le maque de permission pour le propriétaire et les autres
	      respectivement (défaut : 0700 et	0077,  respectivement).	  Voir
	      aussi /usr/src/linux/Documentation/filesystems/adfs.txt.

Options de montage pour affs
       uid=value et gid=value
	      Positionner le propriétaire et le groupe de la racine du système
	      de fichiers (par défaut : uid=gid=0, mais avec l'option  uid  ou
	      gid  sans	 valeur,  l'uid et le gid du processus appelant seront
	      utilisés).

       setuid=value et setgid=value
	      Positionner le propriétaire et le groupe de tous les fichiers du
	      système.

       mode=valeur
	      Fixer  le mode d'accès à tous les fichiers au mode valeur & 0777
	      sans s'occuper de leurs  permissions  originales.	  Ceci	ajoute
	      également	 l'autorisation	 de  parcours dans les répertoires qui
	      permettent la lecture. La valeur doit être mentionnée en	octal.

       protect
	      N'autoriser aucune modification des bits d'accès aux fichiers du
	      système.

       usemp  Utiliser l'uid et le gid du point de montage comme uid et gid de
	      la  racine  du  système  de  fichiers  jusqu'au  premier sync ou
	      umount, puis ignorer cette option. Bizarre...

       verbose
	      Afficher des informations supplémentaires	 pour  chaque  montage
	      réussi.

       prefix=chaîne
	      Préfixe  à  utiliser avant le nom de volume lorsque l'on suit un
	      lien.

       volume=chaîne
	      Préfixe (30 car. au plus) à utiliser avant '/' quand on suit  un
	      lien symbolique.

       reserved=valeur
	      (Par  défaut :  2.)  Nombre  de  blocs  inutilisés  au  début du
	      périphérique.

       root=valeur
	      Fournir explicitement l'emplacement du bloc racine.

       bs=valeur
	      Fournir la taille de bloc.  Les  valeurs	autorisées  sont  512,
	      1024, 2048, et 4096.

       grpquota / noquota / quota / usrquota
	      Ces  options  sont  acceptées  mais  sans effet.	(Toutefois les
	      utilitaires de quota peuvent réagir à  de	 telles	 chaînes  dans
	      /etc/fstab).

Mount options for cifs
       Voyez  la  section  "options"  de  la  page de manuel mount.cifs(8) (le
       paquetage cifs-mount doit être installé).

Options de montage pour coherent
       Aucune.

Options de montage pour debugfs
       Le système de fichiers debugfs est  un  pseudo-système,	habituellement
       monté sur /sys/kernel/debug.  Il n'y a pas d'options de montage.

Options de montage pour devpts
       Le système devpts est un pseudo système de fichiers, traditionnellement
       monté en /dev/pts.  Pour acquérir  un  pseudo  terminal,	 un  processus
       ouvre /dev/ptmx; le numéro du pseudo terminal est rendu disponible pour
       le  processus,  et  le  pseudo  terminal	 esclave  est  accessible  via
       /dev/pts/.

       uid=value et gid=value
	      Fixe  le	propriétaire et le groupe des PTYs nouvellement créés.
	      Quand rien n'est spécifié, ils seront fixés avec l'UID et le GID
	      du processus créateur. Par exemple s'il y a un groupe tty de GID
	      5, alors gid=5 fera appartenir les PTYs créés au groupe tty.

       mode=value
	      Fixe le mode des PTYs nouvellement créés.	 La valeur par	défaut
	      est 0600.	 Une valeur mode=620 et gid=5 correspond à un "mesg y"
	      pour tous les PTYs nouvellement créés.

Options de montage pour ext
       Aucune.	Notez que le type « ext » de système de fichiers est obsolète.
       Ne  l'utilisez  pas.   Depuis  Linux  2.1.21, extfs n'est plus dans les
       sources du noyau.

Options de montage pour ext2
       « ext2 » est le type standard pour  les	systèmes  de  fichiers	Linux.
       Depuis  linux  2.5.46, les valeurs par défaut de la plupart des options
       de montage sont déterminées par le superbloc  du	 système  de  fichier.
       Vous pouvez les configurer avec tune2fs(8).

       acl / noacl
	      Supporter	 (ou  non) les listes de contrôle d'accès POSIX (Ndt :
	      POSIX Access Control Lists).

       bsddf / minixdf
	      Indiquer le comportement	à  adopter  lors  de  l'appel  système
	      statfs.	Le  comportement  minixdf  consiste à renvoyer dans le
	      champ f_blocks le nombre total  de  blocs	 dans  le  système  de
	      fichiers,	 alors que le comportement bsddf (par défaut) consiste
	      à	 soustraire  les  blocs	 utilisés  par	le  système  ext2  non
	      disponibles pour le stockage. Ainsi on obtient :

       % mount /k -o minixdf; df /k; umount /k
       Filesystem   1024-blocks	 Used Available Capacity Mounted on
       /dev/sda6      2630655	86954  2412169	    3%	 /k
       % mount /k -o bsddf; df /k; umount /k
       Filesystem   1024-blocks	 Used Available Capacity Mounted on
       /dev/sda6      2543714	   13  2412169	    0%	 /k

       (Remarquez  que cet exemple montre que l'on peut, en ligne de commande,
       ajouter des options à celles mentionnées dans /etc/fstab.)

       check=none / nocheck
	      Pas de vérification au moment du	montage.  C'est	 l'option  par
	      défaut.	C'est rapide. Il est sage d'invoquer de temps en temps
	      e2fsck(8), par exemple au démarrage.

       debug  Afficher des informations de débogage lors de chaque  (re)mount.

       errors=continue / errors=remount-ro / errors=panic
	      Définir  le  comportement	 à  adopter  en	 cas d'erreur. On peut
	      ignorer l'erreur en  indiquant  simplement  que  le  système  de
	      fichiers est corrompu, et continuer.  On peut également remonter
	      le système en lecture-seule. Ou l'on peut déclencher une panique
	      du  noyau	 et arrêter le système. Le comportement par défaut est
	      inscrit dans le superbloc du système et peut être configuré avec
	      tune2fs(8).

       grpid ou bsdgroups / nogrpid ou sysvgroups
	      Ces  options  définissent	 le  GID que reçoit un nouveau fichier
	      créé.  Quand grpid est positionné, le fichier reçoit le  GID  du
	      répertoire dans lequel il est créé. Sinon (par défaut), il prend
	      le fsgid du processus appelant, à moins que  le  répertoire  ait
	      son  bit	Set-GID	 positionné,  auquel  cas  il reçoit le GID du
	      répertoire parent, et s'il s'agit d'un nouveau répertoire,  voit
	      son bit Set-GID positionné.

       grpquota / noquota / quota / usrquota
	      Ces options sont acceptées mais ignorées.

       nobh   Ne  pas attacher les buffer_heads au cache des pages associé aux
	      fichiers.	 (Depuis 2.5.49.)

       nouid32
	      Désactiver les UID et GID 32 bits. Pour compatibilité  avec  les
	      anciens  noyaux  qui  ne stockent et n'attendent que des valeurs
	      16 bits.

       oldalloc or orlov
	      Utiliser l'ancien allocateur ou bien l'allocateur Orlov pour les
	      nouveaux	i-noeuds. La valeur par défaut est l'allocateur Orlov.

       resgid=n et resuid=n
	      Le système de fichiers ext2 réserve un  certain  pourcentage  de
	      l'espace	 disponible   (par   défaut   5%,  voir	 mke2fs(8)  et
	      tune2fs(8)).  Ces options	 déterminent  qui  peut	 utiliser  ces
	      blocs  réservés (celui qui a l'UID indiqué, ou qui appartient au
	      groupe mentionné).

       sb=n   Utiliser le bloc n comme superbloc plutôt que le	bloc  1.  Ceci
	      sert  lorsque le système de fichiers a été endommagé. Avant, des
	      copies du superbloc étaient placées tous	les  8192  blocs :  1,
	      8193,  16385, ... (des milliers de copies sur un gros système de
	      fichiers). Depuis la  version  1.08,  mke2fs  a  une  option  -s
	      (sparse)	pour réduire le nombre de copies, et depuis la version
	      1.15, c'est l'option par défaut. Notez que cela  peut  signifier
	      qu'un  système  ext2  créé  par une version récente de mke2fs ne
	      peut pas être monté en lecture/écriture avec  Linux  2.0.*.   Le
	      numéro  de bloc utilise des unités de 1 k. Pour utiliser le bloc
	      logique 32678 sur un système  de	fichiers  avec	des  blocs  de
	      4 ko : "sb=131072".

       user_xattr / nouser_xattr
	      Supporter (ou non) les attributs étendus « user ».

Options de montage pour ext3
       Le  système de fichiers ext3 est une version de ext2 qui a été amélioré
       pour la journalisation. Il supporte les mêmes options que ext2 avec  en
       plus :

       journal=update
	      Mettre  à	 jour le journal du système de fichiers avec le format
	      actuel.

       journal=inum
	      Si un journal existe,  cette  option  est	 ignorée.  Sinon  elle
	      indique le numéro de l'i-noeud qui représente le fichier journal
	      du système de fichiers ext3 ; ext3 créera un journal en écrasant
	      le contenu du fichier dont l'i-noeud vaut inum.

       noload Ne  pas  charger	le journal du système de fichiers ext3 au mon-
	      tage.

       data=journal / data=ordered / data=writeback
	      Précise le mode de journalisation pour les  données.  Les	 méta-
	      données  sont toujours journalisées. Pour utiliser un mode autre
	      que ordered sur le système de fichiers racine, passer le mode au
	      noyau   comme   paramètre	  de   boot,   par   exemple :	 root-
	      flags=data=journal.

	      journal
		     Les données sont inscrites dans le journal	 avant	d'être
		     écrites dans le système de fichiers principal.

	      ordered
		     (défaut).	Les  données  sont envoyées dans le système de
		     fichiers avant d'inscrire les méta-données dans le	 jour-
		     nal.

	      writeback
		     L'ordre  des données n'est pas préservé. Les données peu-
		     vent être écrites dans le système de fichiers  après  que
		     les  méta-données	sont  inscrites	 dans  le journal.  On
		     soupconne que ce soit l'option à plus  haut  débit.  Elle
		     garantit l'intégrité interne du système de fichiers, mais
		     ne récupère pas les anciennes  données  dans  un  fichier
		     après un crash et une récupération du journal.

       commit=nrsec
	      Synchroniser  toutes  les données et les méta-données toutes les
	      nrsec secondes. La valeur par défaut est 5 secondes. Zéro signi-
	      fie la valeur par défaut.

       user_xattr
	      Active  le  support  des	attributs utilisateur étendus. Voir la
	      page de manuel attr(5).

       acl    Active le support des listes de contrôle d'accès Posix. Voir  la
	      page de manuel acl(5).


Options de montage pour fat
       (Note :	fat  n'est pas un système de fichiers séparé, mais une portion
       commune des systèmes msdos, umsdos et vfat).

       blocksize=512 / blocksize=1024
	      Indiquer la taille de bloc (par défaut 512).

       uid=valeur et gid=valeur
	      Indiquer le propriétaire et le groupe de tous les fichiers  (par
	      défaut : l'uid et le gid du processus appelant).

       umask=valeur
	      Fixer l'umask (c'est à dire le masque de bit des permissions qui
	      ne sont pas fournies).  Par  défaut  il  s'agit  de  l'umask  du
	      processus en cours.  La valeur est donnée en octal.

       dmask=valeur
	      Fixer  l'umask  appliqué	aux répertoires seulement.  Par défaut
	      c'est l'umask du processus appelant.  La valeur  est  donnée  en
	      octal.

       fmask=valeur
	      Fixer  l'umask  appliqué	aux fichiers réguliers seulement.  Par
	      défaut c'est l'umask  du	processus  appelant.   La  valeur  est
	      donnée en octal. Présent depuis 2.5.43.

       check=valeur
	      Il y a trois niveaux de vérification des noms de fichiers :

	      r[elaxed]
		     Les  majuscules  et  minuscules sont acceptées et équiva-
		     lentes. La partie excédentaire des noms  longs  est  sup-
		     primée  (par  exemple  nombeaucouptroplong.foobar devient
		     nombeauc.foo).  Les espaces en tête, et au sein des  noms
		     sont acceptés, tant dans le nom que dans l'extension.

	      n[ormal]
		     Comme  « relaxed »,  mais de nombreux caractères spéciaux
		     (*, ?, <, espaces, etc...)	 sont refusés.	C'est  l'atti-
		     tude par défaut.

	      s[trict]
		     Comme  « normal »,	 mais les noms ne peuvent pas contenir
		     de partie longue, et les  caractères  spéciaux  qui  sont
		     acceptés  par  Linux mais pas par MS-DOS sont rejetés (+,
		     =, espaces, etc...)

       codepage=valeur
	      Fixe la page de code pour	 convertir  les	 caractères  des  noms
	      courts  des  systèmes  FAT  et VFAT. Par défaut, la page 437 est
	      utilisée.

       conv=b[inary] / conv=t[ext] / conv=a[uto]
	      Le système de fichiers fat peut  effectuer  automatiquement  les
	      conversions  CRLF<-->NL  (format	de texte MS-DOS vers format de
	      texte UNIX).  Les modes de conversion suivants sont autorisés :

	      binary aucune conversion. C'est le comportement par défaut.

	      text   Conversion CRLF<-->NL sur tous les fichiers.

	      auto   Conversion CRLF<-->NL sur tous les fichiers qui n'ont pas
		     une  extension  de "binaire bien-connu". Cette liste, non
		     exhaustive, se trouve au  début  de  fs/fat/misc.c	 (dans
		     Linux  2.0,  la liste est : exe, com, bin, app, sys, drv,
		     ovl, ovr, obj, lib, dll, pif, arc, zip,  lha,  lzh,  zoo,
		     tar,  z,  arj, tz, taz, tzp, tpz, gz, tgz, deb, gif, bmp,
		     tif, gl, jpg, pcx, tfm, vf, gf, pk, pxl, dvi).

	      Les programmes qui calculent des positions avec  lseek  n'aiment
	      pas  la  conversion  text.  Plusieurs  personnes ont détruit des
	      données ainsi. Faites attention !

	      Pour les systèmes montés en mode binaire, un outil de conversion
	      (fromdos/todos) est disponible.

       cvf_format=module
	      Oblige  le  pilote  à  utiliser le module CVF (Compressed Volume
	      File) cvf_module plutôt que l'auto-détection. Si le  noyau  sup-
	      porte  kmod,  l'option  cvf_format=xxx commande le chargement du
	      module CVF à la demande.

       cvf_option=option
	      Option passée au module CVF.

       debug  Activer l'attribut de débogage.  Un numéro de  version,  et  une
	      liste des paramètres du système de fichiers seront affichés (ces
	      données  seront  également   affichées   si   le	 système   est
	      incohérent).

       fat=12 / fat=16
	      Préciser	s'il  s'agit d'une FAT 12 bits ou 16 bits. Ceci a pri-
	      orité sur la détection automatique du type de FAT. À  n'utiliser
	      qu'avec précaution !

       iocharset=valeur
	      Jeu  de  caractère  pour	les conversions entre les caractères 8
	      bits et  les  caractères	16  bitS  Unicode.  Par	 défaut	 c'est
	      iso8859-1.   Les	noms  de  fichiers  longs  sont stockés sur le
	      disque en format Unicode.

       quiet  Activer l'attribut de silence.  Les tentatives  de  modification
	      du  propriétaire	ou  du mode d'accès aux fichiers ne renverront
	      pas d'erreurs, bien qu'elles échouent. À utiliser	 avec  précau-
	      tion !

       sys_immutable, showexec, dots, nodots, dotsOK=[yes|no]
	      Diverses	tentatives  risquées de forcer un comportement Unix ou
	      Dos dans un système de fichiers FAT.

Options de montage pour hfs
       creator=cccc, type=cccc
	      Positionner les valeurs « creator » et « type » telles  que  les
	      montre  le  « Finder  MacOS »  lors  de  la création de nouveaux
	      fichiers.	 Valeurs par défaut « ???? ».

       uid=n, gid=n
	      Établir le propriétaire et le groupe de tous les fichiers.  (Les
	      valeurs par défaut sont l'UID et le GID du processus courant.)

       dir_umask=n, file_umask=n, umask=n
	      Établir  l'umask	utilisé	 pour  tous  les répertoires, tous les
	      fichiers réguliers ou tous  les  fichiers	 et  répertoires.  Les
	      valeurs par défaut sont les umask du processus courant.

       session=n
	      Choisir  la session CDROM à monter.  La valeur par défaut est de
	      laisser cette décision au lecteur CDROM.	Cette option ne	 fonc-
	      tionne que pour les CDROM.

       part=n Choisir  la  partition N°n du périphérique. Cela n'a de sens que
	      pour les CDROM. Le comportement par défaut est de ne  pas	 anal-
	      yser la table des partitions

       quiet  Ne pas râler dans le cas d'options de montage invalides.

Options de montage pour hpfs
       uid=valeur et gid=valeur
	      Fixer  le	 propriétaire, et le groupe, de tous les fichiers (par
	      défaut : l'uid et le gid du processus appelant).

       umask=valeur
	      Fixer l'umask (c'est à dire le masque de bit des permissions qui
	      ne  sont	pas fournies). Par défaut il s'agit de l'umask du pro-
	      cessus en cours.	La valeur est donnée en octal.

       case=lower / case=asis
	      Convertir les noms de fichiers  en  minuscules  (lower)  ou  les
	      laisser tels quels (asis). Par défaut : case=lower.

       conv=binary / conv=text / conv=auto
	      Avec  conv=text,	supprimer  une	partie des retour-chariots (en
	      particulier tout ceux suivis par	un  saut-de-ligne)  durant  la
	      lecture  des fichiers. Avec conv=auto, choisir, plus ou moins au
	      hasard, entre conv=binary et conv=text.  Avec conv=binary,  lire
	      le contenu des fichiers sans les modifier (option par défaut).

       nocheck
	      Ne pas interrompre le montage si le test de cohérence échoue.

Options de montage pour iso9660
       ISO  9660 est un standard décrivant la structure du système de fichiers
       pour les CD-Roms. (Ce type de  systèmes	apparaît  aussi	 sur  certains
       DVD ; voir également le système de fichiers udf).

       Les  noms  de fichiers iso9660 normaux se présentent dans le format 8.3
       (limite de longueur des noms comme sous Dos). Tous les caractères  sont
       en majuscule. De plus, rien n'est prévu pour stocker le propriétaire du
       fichier, le mode d'accès, le nombre de  liens,  les  fichiers  spéciaux
       blocs/caractères, etc...

       Rock  Ridge est une extension du format iso9660 qui permet d'offrir ces
       fonctionnalités Unix. En gros, des données sont	ajoutées  pour	chaque
       entrée  de chaque répertoire afin de fournir les informations désirées.
       Lorsque Rock Ridge est utilisée, le système de fichiers est  totalement
       semblable  à un système de fichiers Unix normal (sauf qu'il est en lec-
       ture seule évidemment).

       norock Ne pas utiliser les extensions Rock Ridge, même  si  elles  sont
	      disponibles. Voir map.

       nojoliet
	      Désactiver  les  extensions  Microsoft Joliet même si elles sont
	      disponibles. Cf.	map.

       check=r[elaxed] / check=s[trict]
	      Avec check=relaxed, les noms de fichier sont convertis en minus-
	      cules.  Ceci  n'a	 probablement  d'intérêt  qu'avec  les options
	      norock et map=normal.  (Par défaut : check=strict.)

       uid=value et gid=value
	      Fixer le propriétaire, et le groupe, de  tous  les  fichiers  en
	      écrasant	éventuellement	les  informations  trouvées  dans  les
	      extensions Rock Ridge (par défaut : uid=0,gid=0.)

       map=n[ormal] / map=o[ff]
	      Pour les volumes sans extension Rock Ridge,  la  traduction  des
	      noms  de	fichiers  convertit les majuscules en minuscules, sup-
	      prime l'éventuel « ;1 » final, et	 transforme  « ; »  en	« . ».
	      Avec  map=off  il	 n'y  a	 pas de traduction. Voir norock.  (Par
	      défaut :	map=normal.)   map=acorn  est  comme  map=normal  mais
	      applique aussi les extensions Acorn si elles sont présentes.

       mode=value
	      Pour  les	 volumes non-Rock Ridge, donner le mode indiqué à tous
	      les fichiers (Par défaut : lecture autorisée pour tous).	Depuis
	      Linux  2.1.37 on n'a plus besoin de spécifier le mode en décimal
	      (l'octal est indiqué par un 0 en tête).

       unhide Montrer également les fichiers cachés, et les fichiers  d'exten-
	      sion.   (Si les fichiers ordinaires et les fichiers d'extensions
	      ou cachés ont les mêmes noms, cela peut rendent inaccessible les
	      fichiers ordinaires.)

       block=[512|1024|2048]
	      Fixer la taille de bloc (par défaut : block=1024).

       conv=a[uto] / conv=b[inary] / conv=m[text] / conv=t[ext]
	      (par  défaut :  conv=binary).   Depuis Linux 1.3.54 cette option
	      n'a plus d'effet.	 (les conversions autres que binaires  étaient
	      dangereuses, avec un risque important de corruption de données).

       cruft  Si l'octet de poids fort de la longueur  d'un  fichier  contient
	      n'importe	 quoi,	utilisez  cette	 option	 pour indiquer à mount
	      d'ignorer ces octets dans toutes les longueurs de fichiers. Ceci
	      entraîne que la longueur maximale d'un fichier sera 16 Mo.

       session=x
	      Indique  le  numéro  de  session	sur un CD multisession (Depuis
	      2.3.4).

       sbsector=xxx
	      La session commence au secteur xxx. (Depuis 2.3.4).

       Les options suivantes sont les mêmes que pour vfat at les spécifier n'a
       de  sens	 que dans le cas de disques utilisant les extensions Joliet de
       Microsoft.

       iocharset=value
	      Jeu de caractères à utiliser pour la conversion des  caractètres
	      Unicode  16 bits	du  CD	en  des	 caractères 8 bits. Le jeu par
	      défaut estiso8859-1.

       utf8   Convertir les caractètres Unicode 16 bits du CD en UTF-8.

Options de montage pour jfs
       iocharset=name
	      Jeu de caractères à utiliser pour la conversion de l'Unicode  en
	      ASCII.   Le  comportement par défaut est de ne pas faire de con-
	      version. Utiliser iocharset=utf8 pour les traductions UTF8. Cela
	      nécessite	 que  CONFIG_NLS_UTF8  soit positionné dans le fichier
	      .config du noyau.

       resize=valeur
	      Redimensionner le volume à valeur blocs.	JFS  ne	 supporte  que
	      l'agrandissement	d'un  volume,  pas sa réduction.  Cette option
	      n'est valide que lors d'un  remontage,  lorsque  le  volume  est
	      monté   en  lecture/écriture.  Le	 mot-clé  resize  sans	valeur
	      associée fera que le volume sezra agrandi à toute la  taille  de
	      la partition.

       nointegrity
	      Ne  pas écrire dans le journal. La première utilisation de cette
	      option est de permettre une meilleure  performance  lors	de  la
	      restauration  d'un  volume  à  partir d'un medium de sauvegarde.
	      L'intégrité du volume n'est  pas	garantie  si  le  système  est
	      arrêté de manière anormale.

       integrity
	      C'est  le	 comportement  par défaut. Soumettre les modifications
	      des meta-données dans le journal.	 Utilisez  cette  option  pour
	      remonter	un volume lorsque l'option nointegrity a été précédem-
	      ment utilisé afin de retrouver un comportement normal.

       errors=continue / errors=remount-ro / errors=panic
	      Définir le comportement  lorsque	une  erreur  survient.	 (Soit
	      ignorer les erreurs et simplement marquer le système de fichiers
	      comme erroné et continuer, soit remonter le système de  fichiers
	      en  lecture  seule,  soit	 déclencher  une  panique  du noyau et
	      arrêter le système.)

       noquota / quota / usrquota / grpquota
	      Ces options sont acceptées mais ignorées.

Options de montage pour minix
       Aucune.

Options de montage pour msdos
       Voir les options de montage pour fat.  Si le système de fichiers	 msdos
       présente des incohérences, une erreur sera indiquée, et le montage sera
       effectue en lecture seule. On peut réactiver l'écriture en remontant le
       système de fichiers.

Options de montage pour ncpfs
       Tout  comme  nfs,  l'implémentation ncpfs nécessite un argument binaire
       (une structure ncp_mount_data) lors de l'appel  système.	 Cet  argument
       est construit par ncpmount(8) et la version actuelle de mount (2.12) ne
       connaît rien en ce qui concerne ncp.

Options de montage pour nfs et nfs4
       Voir la section "options" de la page de	manuel	nfs(5)	(le  paquetage
       nfs-utils  doit être installé).	L'implémentation de nfs et nfs4 atten-
       dent un argument binaire (une struct nfs_mount_data) lors  de  l'appel-
       système	de  montage. Cet argument est construit par mount.nfs(8à et la
       version actuelle de mount (2.13) ne connaît rien à nfs et nfs4.

Options de montage pour ntfs
       iocharset=nom
	      Jeu de caractère à utiliser pour renvoyer les noms de  fichiers.
	      Contrairement à VFAT, NTFS supprime les noms qui contiennent des
	      caractères non convertibles. Obsolète.

       nls=nom
	      Nouveau nom pour l'option précédemment nommée iocharset.

       utf8   Utiliser UTF-8 pour convertir les noms de fichiers.

       uni_xlate=[0|1|2]
	      Si 0 (ou « no » ou « false »),  ne  pas  utiliser	 de  séquences
	      d'échappement  pour  les	caractères  Unicode inconnus. Si 1 (ou
	      « yes », ou « true ») ou 2, utiliser les séquences d'échappement
	      sut  quate octets de style vfat en commençant par « : ». Avec 2,
	      on a un codage little-endian et avec 1 un codage big-endian.

       posix=[0|1]
	      Si actif (posix=1),  le  système	de  fichiers  distingue	 entre
	      majuscules  et  minuscules.  Les noms d'alias 8.3 sont présentés
	      sous forme de liens physiques plutôt qu'être supprimés.

       uid=valeur, gid=valeur et umask=valeur
	      Fixe les permissions des fichiers	 sur  le  système.  La	valeur
	      d'umask est fournie en octal. Par défaut les fichiers appartien-
	      net à root et ne sont lisibles par personne d'autre.

Options de montage pour proc
       uid=valeur et gid=valeur
	      Ces options sont reconnues, mais n'ont pas d'effet  semble-t-il.

Options de montage pour ramfs
       Ramfs  est  un  système de fichiers en mémoire. Montez-le et il existe.
       Démontez-le et il disparaît. Présent depuis Linux 2.3.99pre4.  Il n'y a
       pas d'option de montage.

Options de montage pour reiserfs
       Reiserfs est un système de fichiers journalisé.	Les options de montage
       resierfs sont décrites plus en détail  à	 http://www.namesys.com/mount-
       options.html.

       conv   Indique  à la version 3.6 de reiserfs de monter un système de la
	      version 3.5, avec le format 3.6 pour  les	 nouveaux  objets.  Ce
	      système ne sera plus compatible avec les outils reiserfs 3.5.

       hash=rupasov / hash=tea / hash=r5 / hash=detect
	      Choisir  la fonction de hachage pour retrouver les fichiers dans
	      les répertoires.

	      rupasov
		     Une fonction inventée par Yuri  Yu.  Rupasov.  Rapide  et
		     préserve  la  localité :  les  noms  de  fichiers proches
		     lexicographiquement ont des valeurs de  hachage  proches.
		     Ne	 devrait  pas  être  utilisée à cause des probabilités
		     élevées de collision dans la table de hachage.

	      tea    Une   fonction   Davis-Meyer   implémentée	  par	Jeremy
		     Fitzhardinge.  Elle utilise des permutations de bits dans
		     les noms. Elle obtient une grande dispersion et  donc  de
		     faibles  probabilités  de collision, au prix d'un certain
		     coût CPU.	Elle peut être utilisée si des erreurs	EHASH-
		     COLLISION se produisent avec r5.

	      r5     Une version modifiée de la fonction rupasov. Utilisée par
		     défaut, et semble le meilleur choix sauf si le système de
		     fichiers  a d'énormes répertoires et des noms de fichiers
		     très spéciaux.

	      detect Demande à mount de rechercher la fonction	de  hachage  à
		     utiliser en examinant le système de fichiers à monter, et
		     d'écrire cette information dans  le  superbloc  reiserfs.
		     Ceci  ne  sert  qu'au  premier  montage  d'un  système de
		     fichiers d'un ancien format.

       hashed_relocation
	      Ajuste l'allocation de blocs. Peut  améliorer  les  performances
	      dans certaines situations.

       no_unhashed_relocation
	      Ajuste  l'allocation  de	blocs. Peut améliorer les performances
	      dans certaines situations.

       noborder
	      Désactive	 l'algorithme  d'allocation  "border"  de   Yury   Yu.
	      Rupasov.	 Peut améliorer les performances dans certaines situa-
	      tions.

       nolog  Désactive la journalisation.  Améliore  légèrement  les  perfor-
	      mances   dans   certains	 cas  en  perdant  la  possibilité  de
	      récupération rapide après un crash.   Même  avec	cette  option,
	      reiserf  effectue encore toutes les opérations de journalisation
	      sauf l'écriture effecitve dans la zone  journal.	 L'implémenta-
	      tion de nolog est en cours.

       notail Par  défaut,  reiserf  stocke les petits fichiers et les « files
	      tails » directement dans son arborescence.  Ceci	perturbe  cer-
	      tains  utilitaires  comme	 lilo(8).   Cette  option désactive le
	      groupement de fichiers dans l'arborescence.

       replayonly
	      Rejouer les transactions dans le journal, sans monter véritable-
	      ment le système de fichiers. Principalement utilisé par reiserf-
	      sck.

       resize=nombre
	      Option de remontage permettant d'étendre en-ligne une  partition
	      reiserfs.	  Demande à reiserfs de supposer que le périphérique à
	      le nombre indiqué de blocs.  À utiliser avec  des	 périphériques
	      gérés  sous  système Logical Volume Management (LVM).  Il y a un
	      utilitaire    spécial    resizer	  que	 l'on	 trouve	   sur
	      ftp://ftp.namesys.com/pub/reiserfsprogs.

       user_xattr
	      Active les attributs utilisateur étendus. Voir la page de manuel
	      attr(5).

       acl    Active les listes de contrôle d'accès Posix.  Voir  la  page  de
	      manuel acl(5).

Options de montage pour romfs
       Aucune.

Options de montage pour smbfs
       Tout  comme  nfs,  l'implémentation smbfs nécessite un argument binaire
       (une structure smb_mount_data) lors de l'appel  système.	 Cet  argument
       est construit par smbmount(8) et la version actuelle de mount (2.12) ne
       connaît rien en ce qui concerne smbfs.

Options de montage pour sysv
       Aucune.

Options de montage pour tmpfs
       Les paramètres suivants acceptent un suffixe k, m ou g pour Ki, Mi,  Gi
       (kilo, méga et giga binaires) et peuvent changer au remontage.

       size=nbytes
	      Annule  la taille maximum par défaut du système de fichiers.  La
	      taille est en octets, arrondi par défaut à un nombre  entier  de
	      pages.  La valeur par défaut est la moitié de la mémoire.

       nr_blocks=
	      Fixe le nombre de blocs.

       nr_inodes=
	      Fixe le nombre d'i-noeuds.

       mode=  Fixe les permissions initiales pour le répertoire racine.

Options de montage pour udf
       udf  est l'« Universal Disk Format » défini par l'Optical Storage Tech-
       nology Association, et est souvent  utilisé  pour  les  DVD-ROM.	  Voir
       aussi iso9660.

       gid=   Fixe le groupe par défaut.

       umask= Fixe l'umask par défaut.	La valeur est donnée en octal.

       uid=   Fixe l'utilisateur par défaut

       unhide Montrer les fichiers normalement cachés.

       undelete
	      Montrer les fichiers effacés.

       nostrict
	      Ne pas utiliser une conformité stricte.

       iocharset
	      Configurer le jeu de caractères NLS

       bs=    Fixe la taille de bloc (peut échouer si différent de 2048).

       novrs  Eviter la reconnaissance de volume.

       session=
	      Fixe  la session de CDROM, numérotée à partir de 0. Par défaut :
	      dernière.

       anchor=
	      Override standard anchor location. Default: 256.

       volume=
	      Surcharge la position du VolumeDesc (inutilisé).

       partition=
	      Surcharge la position du PartitionDesc (inutilisé).

       lastblock=
	      Fixe le dernier bloc du système de fichiers.

       fileset=
	      Surcharge l'emplacement du bloc fileset (inutilisé).

       rootdir=
	      Surcharge l'emplacement du répertoire racine (inutilisé).

Options de montage pour ufs
       ufstype=value
	      UFS est un système de fichiers largement utilisé sur  différents
	      système  d'exploitation.	Malgré	tout  il  y  a des différences
	      suivant les implémentations.  Certaines fonctionnalités sont mal
	      documentées,  et	il  est	 donc difficile de reconnaître automa-
	      tiquement le type	 d'ufs.	  C'est	 pourquoi  l'utilisateur  doit
	      spécifier	 le  type  d'ufs  au  montage.	 Les valeurs possibles
	      sont :

	      old    Ancien format d'ufs, par défaut, en lecture  seule.   (ne
		     pas oublier l'option -r).

	      44bsd  Pour  les	systèmes  créés	 sous un BSD (NetBSD, FreeBSD,
		     OpenBSD).

	      sun    Pour les systèmes créés par SunOS ou Solaris sur Sparc.

	      sunx86 Pour les systèmes créés par Solaris sur x86.

	      hp     Pour les systèmes créés par HP-UX, lecture seule.

	      nextstep
		     Pour les systèmes créés par NeXTStep (station NeXT) (lec-
		     ture seule).

	      nextstep-cd
		     Pour  les	CD-Roms NeXTStep (block_size == 2048) (lecture
		     seule).

	      openstep
		     Pour les systèmes créés  par  OpenStep  (lecture  seule).
		     Même système utilisé par Mac OS X.

       onerror=value
	      Comportement en cas d'erreur :

	      panic  déclencher une panique du noyau.

	      [lock|umount|repair]
		     Ces options ne font rien pour le moment ; seul un message
		     est affiché sur la console en cas d'erreur.

Options de montage pour umsdos
       Voir les options de montage pour msdos.	L'option dotsOK est explicite-
       ment supprimée par umsdos.

Options de montage pour vfat
       Tout  d'abord les options de montage pour fat sont reconnues.  L'option
       dotsOK est explicitement supprimée par vfat.  De plus, il existe :

       uni_xlate
	      Traduction  des  caractères  Unicode  non	 gérés	en   séquences
	      d'échappement  spéciales.	 Ceci permet de sauver et de restaurer
	      des fichiers dont le nom contient n'importe quel caractère  Uni-
	      code.  Sans cette option, un '?' est utilisé à la place des car-
	      actères  dont  la	 traduction  est  impossible.	Le   caractère
	      d'échappement  est  « : » puisqu'il est de toute manière illégal
	      dans les	noms  de  fichiers  vfat.  La  séquence	 d'échappement
	      utilisée pour remplacer le caractère unicode u est : « : », (u &
	      0x3f), ((u>>6) & 0x3f), (u>>12).

       posix  Autoriser	 l'existence  de  deux	fichiers  dont	les  noms   ne
	      diffèrent que par une distinction majuscule/minuscule.

       nonumtail
	      Essayer  d'abord	de  créer un nom court sans numéro de séquence
	      avant d'essayer nom~num.ext.

       utf8   UTF8 est l'encodage 8-bits de l'Unicode utilisé pour la console.
	      On peut l'employer pour les noms de fichiers. Il est activé avec
	      cette option.  Si « uni_xlate » est activé, UTF8 est  désactivé.

       shortname=[lower|win95|winnt|mixed]

	      Définit le comportement pour la création et l'affichage des noms
	      de fichiers qui tiennent dans 8.3 caractères. On préférera  tou-
	      jours  l'affichage du nom long s'il existe pour un fichier. Il y
	      a quatre modes :

	      lower  Affiche le nom court en minuscules ;  enregistre  un  nom
		     long  quand  le nom court n'est pas entièrement en majus-
		     cules.

	      win95  Affiche le nom court en majuscules ;  enregistre  un  nom
		     long  quand  le nom court n'est pas entièrement en majus-
		     cules.

	      winnt  Affiche le nom court tel quel ; enregistre	 un  nom  long
		     quand le nom court n'est pas entièrement en majuscules ou
		     entièrement en minuscules.

	      mixed  Affiche le nom court tel quel ; enregistre	 un  nom  long
		     quand le nom court n'est pas entièrement en majuscules.

       Le comportement par défaut est « lower ».

Options de montage pour usbfs
       devuid=uid, devgid=gid et devmode=mode.
	      Configurer  le  propriétaire,  le groupe et le mode des fichiers
	      périphériques dans le système de	fichiers  usbfs	 (valeurs  par
	      défaut : uid=gid=0, mode=0644).  Le mode est fourni en octal.

       busuid=uid, busgid=gid et busmode=mode.
	      Configurer le propriétaire, le groupe et le mode des répertoires
	      des bus dans le système de fichiers usbfs (valeurs par  défaut :
	      uid=gid=0, mode=0555).  Le mode est fourni en octal.

       listuid=uid, listgid=gid et listmode=mode.
	      Configurer  le  propriétaire,  le	 groupe	 et le mode du fichier
	      devices (valeurs par défaut : uid=gid=0,	mode=0444).   Le  mode
	      est fourni en octal.

Options de montage pour xenix
       Aucune.

Options de montage pour xfs
       BI allocsize= taille
	      Fixe  la taille de préallocation des entrées-sorties bufferisées
	      pour utiliser des écriture différées (la taille par  défaut  est
	      64Ko).   Les  valeurs  valides  vont  de	la  taille  d'une page
	      (habituellement 4Ko) jusqu'à 1 Go	 (compris)  par	 puissance  de
	      deux.

       attr2 / noattr2
	      Ces  options  activent  ou  désactivent une amélioration "oppor-
	      tuniste" de la manière de stocker les attributs étendus  sur  le
	      disque.  Par défaut elle est désactivée pour assurer la compati-
	      bilité avec les disques précédents).  Quand la nouvelle  méthode
	      est  utilisée pour la première fois (en ajoutant ou retirant les
	      attributs étendus), le champ de bits des	fonctionnalités,  con-
	      tenu dans le superblock du disque sera mis à jour.

       barrier
	      Active  l'utilisation  des  barrières en écriture du sous-sytème
	      block pour les écritures dans le	journal	 et  les  conversions.
	      Ceci  permet  au	cache  disque  matériel d'être activé pour les
	      périphériques qui supportent les barrières en écriture.

       dmapi  Activer les événements DMAPI (Data Management API).  A  utiliser
	      avec l'option mtpt.

       grpid / bsdgroups et nogrpid / sysvgroups
	      Ces  options  définissent	 l'ID  de groupe attribué aux fichiers
	      nouvellement créés.  Quand grpid est  fixé,  le  fichier	reçoit
	      l'ID  de	groupe	du  répertoire	dans lequel il est créé, sinon
	      (comportement par	 défaut)  il  reçoit  le  fsgid	 du  processus
	      courant,	sauf  si  le  répertoire  a son bit setgid positionné,
	      auquel cas c'est le GID du répertoire qui est utilisé, et si  le
	      fichier  créé  est  un  répertoire  son bit setgid est également
	      activé.

       ihashsize=valeur
	      Fixe le nombre d'entrées disponible pour le hachage  en  mémoire
	      des inodes du point de montage indiqué. Si la valeur indiqué est
	      zéro,  un	 nombre	 par  défaut  sera  choisi  et	affiché	  dans
	      /proc/mounts.

       ikeep / noikeep
	      Quand  les  clusters  d'inodes ne contiennent plus d'inodes, les
	      laisser sur le disque  (option  ikeep),  c'est  le  comportement
	      habituel	d'XFS,	et  celui  par	défaut	pour  le  moment. Avec
	      l'option noikeep, les clusters d'inode vide sont restitués à  la
	      réserve d'espace libre.

       inode64
	      Indique  qu'XFS est autorisé à créer des inodes n'importe où sur
	      le système de fichiers, y compris aux endroits nécessitant  plus
	      de 32 bits significatids dans le numéro d'inode. Ceci est fourni
	      pour compatibilité avec les versions précédentes, mais  entraîne
	      des problèmes pour les applications de sauvegarde qui ne peuvent
	      pas gérer de grands numéros d'inode.

       largeio / nolargeio
	      Si l'option nolargeio est précisée,  la  taille  d'entrée-sortie
	      optimale	indiquée  dans	st_blksize par l'appel-système stat(2)
	      sera la plus petite possible afin que les applications  puissent
	      faire des opérations de lecture-modification-écriture efficaces.
	      Si largeio est indiquée, un système de fichiers ayant une valeur
	      swidth  donnée  renverra	cette  valeur  swidth (en octets) dans
	      st_blksize. Si le système de fichiers n'a pas de swidth indiqué,
	      mais  dispose  d'une valeur allocsize alors, cette valeur alloc-
	      size (en octets) sera renvoyée à la place.  Enfin, si aucune  de
	      ces  options  ne	sont indiquées, le système de fichiers se com-
	      portera comme si l'option nolargeio avait été fournie.

       logbufs=value
	      Fixe le nombre de	 tampons  journaux  en	mémoire.  Les  nombres
	      valides  vont  de	 2  à 8 inclus.	 La valeur par défaut est de 8
	      tampons pour les systèmes avec une taille de bloc	 de  64 ko,  4
	      tampons  pour  les  systèmes avec une taille de bloc de 32 Ko, 3
	      tampons pour les systèmes avec une taille de bloc de 16 Ko, et 2
	      tampons  pour  les autres configurations. Augmenter le nombre de
	      tampons pour améliorer les performances en charge, au prix de la
	      mémoire utilisée pour les tampons journaux et leur structures de
	      contrôle associées.

       logbsize=valeur
	      Fixer la taille des tampons journaux en  mémoire.	  Les  tailles
	      sont  indiquées en octets ou en kilo-octets avec un suffixe "k".
	      Les tailles valides pour les versions 1 et 2 sont 16384 (16k) et
	      32768  (32k).  La	 version 2 autorise aussi des tailles de 65536
	      (64k), 131072 (128k) et 262144 (256k).  Les valeurs  par	défaut
	      sont  32768  pour	 les machines avec plus de 32 Mo de mémoire et
	      16384 pour les autres.

       logdev=périph et rtdev=périph
	      Utiliser une journalisation (des méta-données)  externes	ou  un
	      périphérique temps réel. Un système de fichiers XFS a trois com-
	      posantes : une section de données, une section de	 journaux,  et
	      une  section temps-réel.	La section temps-réel est facultative,
	      et la section de journalisation peut être séparée des données ou
	      incluse dedans.  Se reporter à xfs(5).

       mtpt=point_montage
	      A	 utiliser  avec	 l'option  dmapi.  La valeur indiquée ici sera
	      incluses dans l'évenement DMAPI de montage,  et  devra  être  le
	      chemin d'accès au véritable point de montage utilisé.

       noalign
	      Les  allocations	de  données  ne	 seront	 pas  alignées sur des
	      frontières de bandes.

       noatime
	      L'horodatage d'ccès n'est pas mis à jour quand  un  fichier  est
	      lu.

       norecovery
	      Le système de fichiers sera monté sans lancer la récupération du
	      journal. Si le système n'a pas été démonté proprement,  il  peut
	      être  incohérent	quand on le monte en mode norecovery.  Certans
	      fichiers ou répertoire ne seront peut-être pas accessibles.  Les
	      systèmes	montés	en  mode  norecovery  doivent  être en lecture
	      seule, ou le montage échouera.

       nouuid Ne pas utiliser l'UUID du système de fichiers pour vérifier  les
	      double  montages.	  Ceci est utile pour monter des volumes image
	      LVM.

       osyncisosync
	      Les   écritures	synchrones   utilisant	  l'attribut	O_SYNC
	      implémenteront un vrai O_SYNC.  SANS cette option, le système de
	      fichier xfs de Linux se comporte comme si l'option  osyncisdsync
	      était  précisée,	qui  indique  que  les	fichiers  ouverts avec
	      l'attribut O_SYNC se comporteront comme  si  l'attribut  O_DSYNC
	      était  utilisé  à la place.  Ceci améliore les performances sans
	      compromettre la  sécurité	 des  données.	 Toutefois,  si	 cette
	      option  est  active,  les horodatages des écriture O_SYNC seront
	      perdus en cas de crash système.	Si  la	sauvegarde  des	 horo-
	      datages  des  fichiers  est  importante, utilisez l'option osyn-
	      cisosync.

       quota / usrquota / uqnoenforce / quota
	      Activer et imposer (éventuellement) des limites aux quotas util-
	      isateur. Voir la page xfs_quota(8) pour plus de détails.

       gquota / grpquota / gqnoenforce
	      Activer  et  imposer (éventuellement) des limites aux quotas par
	      groupe. Voir la page xfs_quota(8) pour plus de détails.

       pquota / prjquota / pqnoenforce
	      Activer et imposer (éventuellement) des limites aux  quotas  par
	      projet. Voir la page xfs_quota(8) pour plus de détails.

       sunit=valeur et swidth=valeur
	      Précise  l'unité	et la largeur de la bande pour un périphérique
	      RAID ou un volume stripe. La valeur est indiquée en blocs de 512
	      octets.	Si  cette  optioin n'est pas indiquée et si le système
	      appartient à un volume stripe, ou si la largeur  ou  l'unité  de
	      bande RAID ont été indiquées à mkfs, alors l'appel système mount
	      restituera les valeurs depuis le superbloc.  Pour	 les  systèmes
	      construits  directement  sur  un	périphérique RAID, ces options
	      peuvent servir à surcharger les informations dans le  superbloc,
	      si  la  structure du disque sous-jacent change après la création
	      du système de  fichiers.	 L'option  swidth  est	nécessaire  si
	      l'option	sunit  a  été indiquée, et doit être un multiple de la
	      valeur de sunit.

       swalloc
	      Les  allocations	de  données  seront  arrondies	 au   multiple
	      supérieur	 de  largeur de bande lors de l'extension d'un fichier
	      de taille supérieure à la largeur de bande.


Options de montage pour xiafs
       Aucune. xiafs n'est pas mauvais en soi, mais il n'est plus très répandu
       et  n'est  pas  maintenu.  Il  vaut mieux éviter de l'utiliser.	Depuis
       Linux 2.1.21, xiafs n'est plus intégré dans les sources du noyau.

LE PÉRIPHÉRIQUE LOOP
       Il est possible de faire un montage au  travers	du  périphérique  loop
       (boucle).  Par exemple, la commande :

	mount /tmp/fdimage /mnt -t msdos -o loop=/dev/loop3,blocksize=1024

       va  faire  correspondre	le  périphérique  boucle /dev/loop3 au fichier
       /tmp/fdimage, puis monter ce périphérique sur /mnt.  Ce type de montage
       dispose	de trois options, nommées loop, offset et encryption, qui sont
       en réalité des options pour  losetup(8).	  (Ces	options	 peuvent  être
       utilisées  en plus de celles qui sont spécifiques au type du système de
       fichiers.)  Si aucun périphérique loop  n'est  mentionné	 explicitement
       (uniquement  l'option « -o loop »), alors mount essayera de trouver une
       boucle inutilisée et se l'attribuera.  Si  vous	êtes  assez  casse-cou
       pour  faire de /etc/mtab un lien symbolique sur /proc/mounts alors tout
       périphérique loop alloué par mount sera libéré  par  umount.   On  peut
       libérer	un  périphérique boucle manuellement avec « losetup -d », voir
       losetup(8).

CODE DE RETOUR
       mount a les codes de retour suivants (les bits  peuvent	être  associés
       par OU) :

       0      Succès.

       1      Invocation ou permissions incorrectes.

       2      Erreur  système  (plus  de  mémoire,  échec  de fork(2), plus de
	      périphérique loop).

       4      Bogue interne de mount.  nfs absent dans mount.

       8      Interruption.

       16     Problème d'écriture ou de verrouillage de /etc/mtab.

       32     Échec de montage.

       64     Succès de certains montages.

NOTES
       La syntaxe des assistants externes de mount est :

       /sbin/mount. spec rep [-sfnv] [-o options]

       où le  est le type de système de fichier et les options -sfnvo
       ont la même signification que les options standards de mount.

FICHIERS
       /etc/fstab	 Table des systèmes de fichiers.

       /etc/mtab	 Table des systèmes de fichiers montés.

       /etc/mtab~	 Fichier de verrouillage.

       /etc/mtab.tmp	 Fichier temporaire.

       /etc/filesystems	 Liste de systèmes de fichiers à essayer.

VOIR AUSSI
       mount(2),  umount(2),  fstab(5),	 umount(8), swapon(8), nfs(5), xfs(5),
       e2label(8), xfs_admin(8), mountd(8),  nfsd(8),  mke2fs(8),  tune2fs(8),
       losetup(8)

BOGUES
       Le  montage  d'un système de fichiers corrompu peut déclencher un crash
       système.

       Sous Linux, certains systèmes de fichiers ne supportent pas -o sync  et
       -o dirsync (les systèmes ext2, ext3, fat et vfat supportent les mises à
       jour synchrones (à la manière BSD) lorsqu'il est	 monté	avec  l'option
       sync).

       L'option	 -o remount peut s'avérer incapable de modifier les paramètres
       de montage (tous ceux de ext2fs, sauf sb, sont  modifiables  lors  d'un
       remontage,  mais	 vous ne pouvez pas modifier le gid ou l'umask pour un
       système fatfs).

       Le montage par étiquette (Ndt : label) ou UUID ne fonctionnera  que  si
       vos  périphériques ont les noms dans /proc/partitions.  En particulier,
       cela peut échouer si le noyau a été compilé avec la  gestion  de	 devfs
       mais que devfs n'est pas monté.

       Il  est	possible que les fichiers /etc/mtab et /proc/mounts ne concor-
       dent pas. Le premier n'est basé que sur	les  options  de  la  commande
       mount, tandis que le second fichier dépend du noyau et d'autres config-
       urations (par exemple celles d'un serveur NFS distant,  auquel  cas  la
       commande	 mount	peut  renvoyer	des informations erronées alors que le
       fichier /proc/mounts contient des informations plus fiables).

       Comparer des fichiers se trouvant sur un système NFS, et référencés par
       des descripteurs (avec les fonctions de la famille fcntl et ioctl) peut
       conduire à des incohérences, à cause d'un  manque  de  vérification  de
       consistance dans le noyau, même avec l'option noac.

HISTORIQUE
       Une commande mount est apparue dans UNIX AT&T Version 5.

DISPONIBILITÉ
       La  commande  mount  fait  partie  du  paquetage	 util-linux-ng	et est
       disponible sur ftp://ftp.kernel.org/pub/linux/utils/util-linux-ng/.

TRADUCTION
       Ce  document  est  une  traduction  réalisée  par   Christophe	Blaess
         le  15 juillet 1997	et  révisée le
       26 mai 2008.

       L'équipe de traduction a fait le maximum pour réaliser  une  adaptation
       française de qualité. La version anglaise la plus à jour de ce document
       est toujours  consultable  via  la  commande :  « LANG=C man 8 mount ».
       N'hésitez  pas  à  signaler  à l'auteur ou au traducteur, selon le cas,
       toute erreur dans cette page de manuel.



util-linux-ng		       16 décembre 2004			      MOUNT(8)

 


www.eurower.info